Acquittez doublement l'accusé Hondelatte

Oui, acquittez Hondelatte ! Cela m’écorche la langue de le dire mais il faut reconnaître qu’il est innocent du torrent de boue qu’il traîne derrière lui depuis qu’il a commis son album. Je m’apprêtais à faire un article pour me foutre de sa gueule d’artiste à la noix quand j’ai eu la faiblesse d’aller l’écouter sur Deezer et comme à mon habitude, de noter les paroles de ses chansons. Maxima mea culpa.

 

 

 

Sur les tueurs en série

Je suis tombé sur une vidéo où il s’attaque sur un plateau télé aux pseudo-experts qui vivent des tueurs en série (Stephane Bourgoin en l’occurrence, ce gros dadais qui dit avoir perdu sa petite amie aux USA, victime d’un tueur en série… Personne ne sait de qui il parle, personne n’a jamais vérifié son histoire. il jacte, on l’écoute. Depuis 200 ans, c’est la voix des tueurs en série en France). C’est fou mais je crois qu’il a raison. L’on nous a tellement tanné avec les tueurs en série qu’il serait temps de définir clairement ce mot .

 

Le tueur en série est un criminel auteur d’homicides qu’il réitère dans le temps. Selon la définition la plus répandue, ce type de criminel a commis au moins trois meurtres, un intervalle de temps — de quelques jours à plusieurs années — séparant chacun de ces crimes, et qui réalise un certain niveau de satisfaction par la mort de sa victime.

 

Chers amis, je n’ai jamais vu de définition aussi vague que celle-là. Commettre au moins 3 meurtres dans un intervalle de temps qui peut aller de quelques jours à plusieurs années… Toute personne qui a tué plus de 2 fois est donc un tueur en série. Dans cette logique, les militaires sont des tueurs en série, les forces spéciales n’en parlons même pas… N’importe quel meurtrier ayant tué à plusieurs reprises est un tueur en série. C’est n’importe quoi.

On nous dit tout et son contraire. Ils n’ont aucun lien avec les personnes qu’ils tuent. Et quand on gratte, l’on se rend compte qu’il y’a des « tueurs en série » qui en avaient avec leurs victimes (Edmund Kemper a tué ses grands-parents. John Gacy tuait ses employés…). Ils tuent pour des raisons sexuelles, ou pas. Ils tuent pour des raisons financières, ou pas.  Ils ne dépassent jamais la barrière raciale… Normalement (Dahmer a tué des noirs comme des blancs). Ils sont uniquement blancs. Je dois d’ailleurs à la vérité de reconnaître que j’ai toujours pensé que c’était vrai jusqu’à ce que je découvre que Thierry Paulin était aussi un tueur en série. Et sur internet, l’on peut se rendre compte que notre communauté n’est pas exempte de ce type de personnages.

 

Bref, il serait intéressant d’avoir une idée un peu plus précise de ces tueurs en série. C’est quoi un tueur en série ?

 

En tout cas, je le félicite d’avoir cloué le bec à ces analystes de pacotilles qui n’ont eu de cesse de se tromper dans leurs pronostics et qui nous les brisent avec leurs prêchi-prêcha de psychanalystes. Vous consultez les psy lundi, les condamnés d’Outreau sont des pédophiles sadiques. Vous repassez mardi, ce sont d’honnêtes citoyens victimes d’enfants menteurs. Combien de personnes sont en prison à cause de ces salmigondis d’experts qui ne sont jamais responsables de rien ? Combien d’experts psychiatriques ont été rayés des tribunaux pour avoir foutus la vie de pauvres malheureux en l’air ?

 

Donc, venant d’un journaliste qui s’est fait connaître par sa fameuse émission sur les crimes, je trouve cela courageux de dénoncer ces impostures.

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=Tg-0Dk6MMvo

 

 

 

Sur la musique

D’abord, comme tout le monde, je me suis foutu de sa gueule. Et puis, je l’ai écouté, je l’ai lu.

Ce n’est certainement pas la plus belle voix que j’ai entendue, ni le plus grand parolier que j’ai connu; il n’empêche que son album est bien meilleur que la plupart des merdes qui sortent toutes les semaines d’artistes sans talent, sans voix, sans charisme, sans rien.

Je vais analyser cette semaine l’album de Catherine Durand, une québécoise qui empaquette de la merde dans des feuilles d’or et dont les critiques ne trouvent pas assez de mots pour dire combien elle est douée. Quand vous comparez les deux écrits, l’amateur moqué et l’artiste révérée, vous vous rendez immédiatement compte de la médiocrité de la pro.

La variété française est avariée et il faut véritablement être scatophile ou Amélie Nothomb pour l’apprécier. Il n’a pas à avoir honte de ses écrits.

 

 

Ou Pas est un joli album. Certes, il y’a quelques scories, quelques nunucheries de style Dr House… Mais l’album dans son ensemble se tient. Et pour un amateur, c’est pas mal. C’est même très bien. Ultimement est une vraie pépite.

En plus, c’est gratuit. Donc, il a au moins l’honnêteté de se faire plaisir et de ne pas vous faire payer son délire artistique. Combien de culturistes chantent pour les impôts, les pensions alimentaires et les producteurs ?

Il n’a pas une voix terrible. Doit-on faire la liste des croasseurs et croasseuses qui polluent les bacs ?

Hondelatte a au moins les couilles de vivre ses rêves. J’imagine qu’un décalé de Canal+ aurait sans aucun doute eu plus de vivats de la part des médias. On l’a fait passer pour un idiot qui avait fait n’importe quoi. C’est faux!

 

 

 

7719749942_la-pochette-de-ou-pas-le-disque-de-christophe-hondelatte

 

 

 

1. ou pas

je serais fidèle ou pas
si j’étais honnête ou pas
je serais loyale ou pas
si j’étais un ange ou pas

ou pas x2
pas nous x2
tais-toi x2
t’es fou
chelou

je serais sordide ou pas
si j’étais solide ou pas
je serais crottin ou pas
si j’étais malin ou pas

ou pas x2
pas nous x2
tais-toi x2
t’es fou
chelou

je serais heureux ou pas
si j’avais tes yeux ouverts
et le cœur un peu vervelle
je serais heureux ou pas

ou pas x2
pas nous x2
tais-toi x2
t’es fou
chelou

si j’avais un ange

ou pas x2
pas nous x2
tais-toi x2
t’es fou
chelou

 

 

 

 

2. Conjugaison

conjuguons, tu disais
conjuguons, au passé
nous étions, tu étais
et moi, qui étais-je ?

conjuguons, je disais
conjuguons, au présent
nous sommes, tu es
et moi, qui étais-je ?

le participe passé s’accorde
avec le complément d’objet direct
le participe présent accorde
une chance si tu l’acceptes

conjuguons, nous disions
conjuguons, au futur
nous serons, tu seras
et moi, qui serai-je ?

le participe passé s’accorde
avec le complément d’objet direct
le participe présent accorde
une chance si tu l’acceptes

effaçons, tu disais
le tableau des conjugaisons
je suis, tu es
et nous ne sommes plus

le participe passé s’accorde
avec le complément d’objet direct
le participe présent accorde
une chance si tu l’acceptes

le participe passé s’accorde
avec le complément d’objet direct
le participe présent accorde
une chance si tu l’acceptes

Conjuguons

 

 

 

 

 

3. Le cœur en balance

et le cœur en balance
et j’ai le mal de mer
j’ai le cœur qui me lance
j’ai comme un goût amer

et l’autre sourit
et fait le fou
et l’autre s’enfuit
à pas de loup

j’ai la tête qui explose
et j’ai les yeux ouverts
la question que je me pose
me laisse un goût amer

et l’autre sourit
et fait le fou
et l’autre s’enfuit
à pas de loup

j’ai les jambes en compote
et je ne tiens pas droit
et j’ai des idées sottes
moins sottes que toi

et l’autre sourit
et fait le sourd
et l’autre s’enfuit
au petit jour

faire la paix pas la guerre
facile à dire, et dur à faire
piqué une grosse colère
partager les petites cuillères

faire la paix pas la guerre
facile à dire, et dur à faire
piqué une grosse colère
partager les petites cuillères

 

 

 

 

4. Ultimement

lorsque viendra le soir des ultimes adieux
je vous veux près de moi le regard bienveillant
l’un tenant ma main droite et l’autre ma main gauche
le troisième …

lorsque viendra le soir des ultimes adieux
je vous veux près de moi le regard bienveillant
l’un tenant ma main droite et l’autre ma main gauche
le troisième …

soutenant mon regard
lorsque viendra le jour des ultimes messages
je veux votre pardon

lorsque viendra le jour des ultimes messages
je veux votre pardon

pardon pour ma folie
pardon pour mes passion
pardon pour mes amours

et quand lorsqu’au matin, je fermerai les yeux
je veux vos pupilles comme dernières images
bleus et verts, verts et bleus
verts pour la paix de l’âme
bleus pour la paix du cœur
dans l’inoubliable clarté

lorsque viendra le soir des ultimes adieux
je vous veux près de moi le regard bienveillant
l’un tenant ma main droite et l’autre ma main gauche
le troisième …
soutenant mon regard

bleus et verts, verts et bleus
verts pour la paix de l’âme
bleus pour la paix du cœur
dans l’inoubliable clarté

 

 

 

 

 

5. Pour quoi faire

parler, parler pour quoi faire ?
pour dire que la terre
est en feu, est en flammes
et puis, rentrer chez soi

j’ai grillé une cigarette
passé la fumée par le nez
j’ai toussé, toussé encore
je suis allé me coucher

écrire, écrire pour quoi faire ?
pour dire que le monde
est entrain de périr
et prendre une part de tarte

j’ai grillé une cigarette
passé la fumée par le nez
j’ai toussé, toussé encore
je suis allé me coucher

chanter, chanter pour quoi faire ?
pour dire ma planète
pour dire mes colères
et puis rentrer dormir

dormir, dormir pour quoi faire ?
pour cesser de parler
et pour cesser d’écrire
sans cesser de chanter

j’ai grillé une cigarette
passé la fumée par le nez
j’ai toussé, toussé encore
je suis allé me coucher

lalalalalala…

 

 

 

 

 

 

6. Bonjour St Pierre

il y’ en a qui ont peur de leur ombre
des matins clairs et des nuits sombres
et qui finissent dans la tombe
couchés tout droits comme tout le monde

bonjour monsieur
bonjour St Pierre
qu’avez vous fait de votre vie ?
avez vous fait le tour de la terre ?

Priez le grand Allah
chuter le Niagara
traquer le grand gorille
et baiser à Manille

merci monsieur
merci St Pierre
mais c’est trop tard
j’aurais pas le temps
il ne reste plus que mes rêves

sur le tableau blanc
un matin
je dessine un monde sans chagrin

sur le tableau blanc
un matin
je dessine un monde sans chagrin

un matin sans chagrin x3
sans chagrin

 

 

 

 

 

 

7. Fainéant

je suis un velléitaire
un ami de canapé
je crois que je suis sur terre
pour toujours me la couler

non, demain je ne suis pas libre
ni lundi je suis désolé
vendredi, c’est pas possible
et samedi je suis bloqué

je suis un velléitaire
un ami de canapé
je crois que je suis sur terre
pour toujours me la couler

voyez donc ma secrétaire
quand elle sera rentrée de congés
sans elle, je ne peux rien faire
je crois qu’elle rentrera jamais

je suis un velléitaire
un ami de canapé

je suis un velléitaire
un ami de canapé
je crois que je suis sur terre
pour toujours me la couler

Comptez pas sur moi le matin
car je me lève à midi
à 15h, je fais la sieste
à 18, je prends mon bain

je suis un velléitaire
un ami de canapé
je crois que je suis sur terre
pour toujours me la couler

le soir, je ne sors jamais
je reste devant ma télé
à minuit, je pique du nez
je vais dans les bras de Morphée

je suis un velléitaire
un ami de canapé
je crois que je suis sur terre
pour toujours me la couler

 

 

 

 

8. Yoyo

Yoyo, tours de clés et galères
pourquoi les années à la peine ?
Yoyo, tours de clés et quand même
pourquoi les années à la paire ?

la nuit tombée, faire le tour de l’enceinte
s’asseoir au pied du mirador
guetter la moindre odeur
chercher la moindre plainte

Yoyo, tours de clés et galères
pourquoi les années à la peine ?
Yoyo, tours de clés et quand même
pourquoi les années à la paire ?

se demander si dedans il a froid
grisaille humaine, une cigarette
en fumer une, puis trois
s’il sort, c’est promis, j’arrête

Yoyo, tours de clés et galères
pourquoi les années à la peine ?
Yoyo, tours de clés et quand même
pourquoi les années à la paire ?

Crier son nom la nuit sur le terre-plein
espérer qu’il sent ma présence
fixer le ciel et les étoiles
parce que tu les vois aussi

Yoyo, tours de clés et galères
pourquoi les années à la peine ?
Yoyo, tours de clés et quand même
pourquoi les années à la paire ?

et à minuit, rentrer le cœur en vrac
envie de crier fa so la
lui dedans, moi dehors
perpette en attendant la mort

Yoyo, tours de clés et galères
pourquoi les années à la peine ?
Yoyo, tours de clés et quand même
pourquoi les années à la paire ?

 

 

 

 

 

 

 

 

9. La valse des lilas

on ne peut pas vivre
ainsi que tu le fais
d’un souvenir qui n’est plus qu’un regret
sans un ami
et sans autre secret
un peu de larmes

pour ces quelques pages de mélancolie
tu as fermé le livre de ta vie
et tu as cru que tout était fini

mai, tous les lilas
tous les lilas de mai
n’en finiront n’en finiront jamais
de faire la fête à tous les gens qui s’aiment
qui s’aiment

tant que tournera
que tournera le temps
jusqu’au dernier
jusqu’au dernier printemps
le ciel aura
le ciel aura vingt ans
les amoureux en auront tout autant

si tu vois les jour se perdre au fond des nuits
les souvenirs abandonner ta vie
c’est qu’ils ne peuvent rien contre l’oubli

mai, tous les lilas
tous les lilas de mai
n’en finiront n’en finiront jamais
de faire la fête à tous les gens qui s’aiment
qui s’aiment

tant que tournera
que tournera le temps
jusqu’au dernier
jusqu’au dernier printemps
le ciel aura
le ciel aura vingt ans
les amoureux en auront tout autant

mai, tous les lilas
tous les lilas de mai
n’en finiront n’en finiront jamais
de faire la fête à tous les gens qui s’aiment
qui s’aiment

tant que tournera
que tournera le temps
jusqu’au dernier
jusqu’au dernier printemps
le ciel aura
le ciel aura vingt ans
les amoureux en auront tout autant

en auront tout autant x4

en auront tout autant, tentant… x3

 

 

 

 

 

 

 

10. 22 au Black Jack

on m’appelle 22 au Black Jack
le type qui en fait toujours un peu trop
les cartes, tombe 22
manque de pot

trop vite, trop fort
trop long, trop noir
trop fou, trop chaud
trop près, trop froid

il y en a qui font 20, 1 de moins
compte 21 comme il faut
mais d’autres, 19, c’est pas loin
mais moi, mais moi

trop vite, trop fort
trop long, trop noir
trop fou, trop chaud
trop près, trop froid

C’est affaire de dosage
une histoire de curseur
le mot juste, pas le mot de trop
mais moi, mais moi…

trop vite, trop fort
trop long, trop noir
trop fou, trop chaud
trop près, trop froid

on m’appelle 22 au Black Jack
le type qui en fait toujours un peu trop
les cartes, tombe 22
manque de pot

 

 

 

 

 

12. D’hier à demain

un homme sur la route
toujours soliloquer
c’était mieux hier man
c’était mieux hier

Comme venait d’hier
et aller vers demain

c’est pas si bien qu’hier man
toujours moins bien qu’hier
c’est pas si bien qu’hier man
toujours moins bien qu’hier

et plus le temps passait
plus hier était loin
Dieu sait que c’était bien man x2

et la route était courte
qui allait vers demain

toujours moins bien qu’hier, man
toujours moins bien qu’hier
toujours moins bien qu’hier, man
toujours moins bien qu’hier

à la fin de la route
il n’ eut plus de demain
il n’eut plus qu’hier
et l’homme qui suivait
avait bien de la chance

car il était d’hier, man
car il était d’hier
car il était d’hier, man
car il était d’hier

toi qui sur la route
au premier kilomètre

c’est demain que c’est mieux man
c’est demain que c’est mieux

tu arriveras au bout
avec un jour d’avance

qui sait si ce n’est pas mieux, man
qui sait si ce n’est pas mieux
qui sait si ce n’est pas mieux, man
qui sait si ce n’est pas mieux

 

 

 

 

 

 

Osez le bon sens !

YDM

 

Be the first to comment on "Acquittez doublement l'accusé Hondelatte"

Leave a comment