Micah Johnson, Gavin Long, c’est qui le prochain ?

Et de deux ! Micah Johnson, Gavin Long ! Tristes façons de réveiller les consciences nègres aux USA. Mais, si nous étions honnêtes envers nous-mêmes, nous reconnaîtrions que ces issues étaient largement prévisibles. Des noirs systématiquement tués par la police pendant des décennies; par des policiers systématiquement blancs, sans que cela n’alerte aucune autorité publique. Mais vous vous attendiez à quoi ?

Aujourd’hui, pour ne pas alarmer la population et surtout les policiers, les médias en parlent le moins possible. Car, la pression vient de changer. Et ça, tout le monde le sait; même si tout un chacun fait semblant de ne pas voir. Des flics pris pour cible par des noirs, negroes comme ils disent. Ce chemin dangereux qui vient d’être pris par Johnson et Long marque le début de la fin d’une époque américaine où il faisait beau accrocher un négro dans son tableau de chasse pour un policier blanc. Cela en devenait écœurant. A chaque fois qu’une personne se faisait tuer par la police, c’était un noir. Un de plus. L’année est à peine entamée et ce pays compte 120 noirs tués par la police. C’est hallucinant ! Dans n’importe quel pays, on aurait vu la monstruosité de ce système raciste. 120 morts, 120 noirs, 120 policiers, 120 policiers blancs. Qui dit mieux ?

Évidemment, une injustice commise pour réparer une autre injustice n’est pas justice. Tuer des policiers pour venger la mort injustifiée de centaines de noirs n’est pas justice. Mais force est de constater qu’un policier blanc qui tirera demain sur un marchand ambulant noir immobilisé par terre, se demandera si l’un de ses collègues n’en subira pas les conséquences dans une autre ville. Faut-il passer par ce genre de menaces pour calmer les cowboys qui cachent mal leur racisme derrière un insigne de policier ?

Car, même le plus vil des voyous souhaite avoir un bon flic pour l’arrêter. Les soupçons de racisme de la police blanche américaine ne sont plus des soupçons; ce sont pratiquement des évidences. Combien de policiers noirs ont tué de marchands ambulants blancs, immobilisés ? Combien de bavures policières de noirs sur des hommes blancs ?

L’Amérique est responsable de cette situation désastreuse qu’elle a concouru à créer et alimenter par son silence. Le permis de tuer des jeunes noirs qu’elle a accordé à ses forces de l’ordre est entrain de leur revenir en pleine gueule. Des noirs, lassés de se faire tirer dessus comme des gibiers et de n’avoir aucun autre recours que des marches de protestations inutiles, des prières encore plus inutiles, ont fini par se servir de leur droit de port d’armes pour se retourner contre leurs assaillants protégés.

Des négros ont fini par tirer sur la police en représailles. Que va faire la police ? Elle va se recroqueviller sur elle, protéger ses agissements racistes, et face à la riposte naissante, tirer davantage sur des noirs. La colère de la communauté noire sera plus intense mais la digue ayant sautée, des éléments radicaux, des jeunes, n’ayant plus rien à gagner d’une société viciée, d’une existence misérable, d’un avenir improbable; certains penseront à Micah Johnson et Gavin Long, décideront de verser un peu de sang sur leur pissotière de vie, réagiront avec la même bestialité. Des policiers mourront pour couvrir les excès d’une société intrinsèquement raciste. Des innocents crèveront pour des racistes.

Je me suis toujours demandé jusqu’à quand les noirs supporteraient cette situation inacceptable et comment ils feraient pour la juguler. A l’évidence, ils ont choisi le chemin le plus difficile ; tuer. Ce n’était qu’une question de temps pour que cela explose. Tout le monde s’est dit face aux nombreuses vidéos de noirs tués lors de contrôles de police, qu’un jour, les policiers seront canardés pour ces exactions. Et si vous ne vous l’êtes pas dit, alors interrogez-vous sérieusement sur votre rapport à la justice.

Micah Johnson, après avoir parlé, a mis ses paroles en conformité avec sa pensée, et a tué des policiers blancs. Suivi quelques jours plus tard par Gavin Long. Et tout le monde se rassure: ils étaient fous, ces militaires noirs. Un peu comme leurs aieux de Thiaroye, n’est-ce pas ? Aucune remise en cause pour ne pas affronter sa nature profonde. Nouvelle donne. Les policiers devront-ils se protéger maintenant à chaque intervention anodine ? Où nous mènera cet affrontement naissant ? Du sang d’innocents coulera, à coup sûr, de toutes parts, America way of life. Ces pauvres policiers n’y étaient pour rien dans ces bavures reportées. Pris en otage d’une haine entretenue par l’État américain.

Aujourd’hui, il pleut des balles sur les flics, blancs. Tirés par des noirs. Pris pour cible. Le racisme est universel. La haine s’intensifiera. Les bavures se multiplieront, les représailles aussi. Mais, l’on ne peut pas écarter ce sentiment de rééquilibre qui naît naturellement quand on apprend que Johnson a réagi au meurtre d’un noir. Et celui qui vous dit le contraire, n’est pas noir. C’est triste ! C’est minable mais Johnson a créé une révolution dans les têtes crépues américaines. Fini les sittings, les messes, les larmes, les pancartes, les protestations, les hurlements. Fini l’apathie. Fini la victime. Voici venu le règne des snipers. Quelqu’un devra payer.
Simplement, ils ont choisi des innocents pour régler la facture. Et ça, c’est aussi injuste que les dites bavures. Et l’Amérique aurait pu s’épargner cette escalade de violences. Mais qu’est-ce qu’un américain sans arme sinon un pauvre nègre ? Les troubles sociaux commencent quand ce pauvre nègre se dit qu’il veut bien être pauvre, mais il refuse d’être nègre. Une fois cette prise de conscience advenue, seule la lâcheté fait preuve de retenue. Tant que la majorité sera lâche, ou plutôt sage n’est-ce pas ?, il ne se passera rien. Et puis un Johnson, excédé, se mettra au niveau de ses assaillants et l’hypocrisie rayonnera de mille feux. Cruel mais réel.

Les cartes seront-elles rebattues ? La police américaine saura-t-elle éviter le piège ? Retourneront-ils aux dialogues, à la confiance, à la loi pour réparer leurs différends ?

J’aimerais bien le croire mais dans un pays aussi trumpé, il est illusoire d’être optimiste.

Micah Johnson, Gavin Long, c’est qui le prochain ? Voilà la seule question qui vaille et que tout le monde essaie perfidement d’ignorer. Le racisme a de beaux jours devant lui. In hate, we trust ! Malheureusement !

 

Osez le bon sens !

 

Be the first to comment on "Micah Johnson, Gavin Long, c’est qui le prochain ?"

Leave a comment