L’irrésistible ascension de Kemi Seba, figure actuelle du panafricanisme révolutionnaire

 

Si l’on devait comparer Kemi Seba à un animal, il serait un phœnix, tant le polémiste panafricain a, depuis son arrivée sur la place publique voilà 14 ans de cela, cette aptitude a renaître et à augmenter son audience au moment où les gens le
pensent mort, (ou abattu après les attaques brutales auxquelles il fait face, émanant de l’oligarchie africaine ou occidentale , telles que la censure et autres interdictions de fouler le sol de plusieurs pays).

 

En cette année 2013, en pleine période de promotion de son ouvrage Supra Négritude, (tournées et interviews débutés dans la diaspora et se déroulant actuellement sur le continent), Seba aura réussi l’exploit d’effectuer lors de ses séries de
conférences, un tour de force en affichant des records d’affluence un peu partout sur son passage auprès de la jeunesse afro-diasporique, réunissant majoritairement des noirs, tout en  se payant le luxe de s’attirer la sympathie de certains occidentaux et autres orientaux.

 

1001065_10151705052732082_435578708_n

Les raisons de son succès ?

Une ténacité à toute épreuve, une endurance qui lui permet de durer depuis plus d’une dizaine d’années et d’élargir de manière constante son auditoire (là où la plupart des autres acteurs du panafricanisme ne parviennent pas à se faire entendre au-delà d’un microcosme extrêmement réduit de militants déjà acquis à leur cause), une remise en cause perpétuelle de lui-même (comme il l’explique longuement dans son ouvrage), et un charisme exceptionnel, le tout bien aidé par une capacité oratoire qui fait de lui sans aucun doute l’un des meilleurs speakers dissidents francophones
en ce début de 21ème siècle.

 

969640_10151658208702082_899050223_n

 

Mais les 2 axes qui pourraient plus que tout expliquer (pour le 1er) et illustrer (pour le second exemple) l’ascension politique de Kemi Seba sont : La crise et les femmes.

 

Lorsque Kemi Seba a émergé sur la place publique (2005), les gens avaient, bon gré mal gré, encore plus ou moins foi en la classe politique occidentale, ainsi qu’aux médias, ce qui a facilité la diabolisation de l’activiste noir anti-mondialiste en
même temps que son éclosion devant le petit écran et sur le net.

 

Kemi_Seba

Mais l’aggravation de la situation économique mondiale, la décrédibilisation de la classe politique occidentale (et africaine) , ainsi que celle des supports TV ont poussé bon nombre de gens à se ruer vers les figures dissidentes anti-système, tel que Thierry Meyssan, l’essayiste Alain Soral en France, feu Chavez au Venezuela, Evo
Morales en Bolivie, le Hezbollah au Liban.

 

Et dans la galaxie afro, compte tenu du fait qu’aucune autre figure (encore moins groupe) n’a réussi à éclore aussi solidement que Seba publiquement, la nouvelle génération (dans le monde francophone) s’est logiquement tournée vers le penseur de la Supra négritude, qui en occupant l’espace médiatique, a su être présent sur le terrain communautaire politique au bon moment.
maxresdefault

 

Au-delà de la crise, un autre facteur cité précédemment dans ce texte illustre l’ascension de Kemi Seba: Les femmes.

 

249145_10151655197892082_1995666563_n
601837_10151651220632082_1253894717_n

309901_10151639324787082_73691809_n

968798_10151651217627082_655397769_n

485488_10151639325062082_765571784_n

 

En effet, même un aveugle aurait pu constater que nombreuses, très nombreuses mêmes sont les femmes qui assistent aux allocutions de Kemi Seba ou qui simplement se déclarent partisanes de ses idées. Et comme dans toutes choses, plus il y a des femmes, plus les hommes suivent pour être aux côtés de ces dernières (la gente féminine étant bien souvent le baromètre silencieux des sociétés africaines).

La question immédiate que l’on pourrait se poser est comment se fait il qu’un militant politique, jadis  considéré médiatiquement comme machiste ( à tort ?), voir misogyne, dont les groupes successivement interdits n’ont que trop rarement été composés de femmes, peut aujourd’hui attirer massivement dans ses meetings une grande partie de femmes noires (et autres) dans la nouvelle génération en Occident ?

Sans doute parce que Seba a compris la puissance de la communication et de l’image, durant ces dernières années. Celui qui s’était fait connaitre à ses débuts avec une touffe de cheveux hirsutes et une barbe mal taillée,

 

hqdefault

 

 

et qui se spécialisait dans les bagarres de rue et les descentes spectaculaires face aux milices sionistes, choquant la ménagère de 50 ans au journal de 20H de France 2 ou de TF1, parade désormais de conférences en interviews rasés au laser, avec le look d’un chanteur RNB, et le sourire d’un publicitaire. Et visiblement, ce sourire fait mouche, attirant parfois même plus la gente féminine qu’à certains concerts de rap.
558980_10151589230347082_1583336104_n

 

Seba : charmeur et populiste ?

 

Sans aucun doute les deux, puisqu’il ne cache d’ailleurs  dans son livre ni d’avoir excessivement collectionné les liaisons pendant de nombreuses années avant de se ranger, ni d’axer sa démarche de conscientisation sur l’exaltation de la fierté de soi ce qui lui vaut le qualificatif de démagogue auprès de ses détracteurs.
Mais son charme semble avoir aujourd’hui un impact positif  dans sa communication politique , car associé cette fois ci à un travail de formation intellectuelle et philosophique rigoureux sur le terrain panafricain depuis ces dernières années, il enjolive et densifie le contenu de son message ,attirant spectaculairement dans ses meetings une partie de la population afro-descendante qui auparavant ne s’intéressait pas à la politeia (participation à la vie de cité).
Les objectifs de Seba

 

La tournée de Kemi Seba permet actuellement d’analyser au scalpel  ses objectifs, et il en ressort de toutes évidences que KS a un agenda double:

 

L’instauration d’un Panafricanisme anti-mondialiste de masse sur le continent (pouvant faire contre poids à l’Union africaine à plus ou moins long terme), et l’organisation des communautés afro-diasporiques en Occident en tant que populations indépendantes politiquement.

Agenda double, lié au vécu de l’activiste, né en Europe mais basé désormais sur la Mère des continents..

Agenda doublement complexe aussi car si Seba est le plus visible médiatiquement puisque bénéficiant du vide laissé sur son terrain par ses pairs, il est quasiment le seul panafricain révolutionnaire dissident anti-mondialiste sur la place
publique – la plupart préférant s’allier à la sphère gauchiste et altermondialiste afin de se battre contre le colonialisme sans avoir compris que les élites sont passées à la phase ultime de la colonisation qu’est l’instauration d’un gouvernement
global et donc du mondialisme, dont l’altermondialisme fait partie – la rareté qui le caractérise  entraîne aussi sa solitude et sa potentielle fragilité publique sur cette place face à un système qui lui est bien compact.

Que ce soit sur le continent africain, ou dans la diaspora, les réseaux et les moyens d’actions du dissident panafricain trouvent pour l’instant leur épicentre respectivement dans les Universités d’Afrique de l’Ouest et dans les salles de
meetings de la diaspora où il officie dans les deux cas en tant que conférencier spécialiste du panafricanisme et de la négritude. Son plus demeure aussi dans son don apparent à pouvoir capter l’attention publique à travers ses interviews TV qui stimulent la réflexion.

Dans la diaspora, en une période où naturellement, les peuples ont tendance à se communautariser (que l’on s’en réjouisse ou s’en attriste n’y change rien, c’est un fait), le message de Kemi Seba prend de plus en plus d’ampleur, car étant le seul qui depuis des années, avait prévenu (et prévu) que l’évolution de la société allait forcer tôt ou tard les africains à créer des groupes de solidarités (sans pour autant détester les autres).

A cet effet, son discours à Paris sur l’auto-détermination communautaire,  anti-victimaire sonne comme un futur classique, et un tournant dans la démarche d’auto-organisation diasporique, car passant des discussions privées dans les librairies afros à affirmation publique lors d’un meeting de masse, fortement relayé sur internet.

 

 

 

Jusqu’où ira-t-il ?

 

A l’heure actuelle, bien heureux celui ou celle qui saura le prédire. Mais une chose est certaine, Seba fait dans la  dissidence africaine, figure d’OVNI politique, qui, s’il négocie bien les virages (comme il le fait depuis 10 ans), continue à se remettre en question, pourrait se retrouver Ministre d’un gouvernement progressiste africain (lui qui a déjà été le principal conseiller de l’ancien Ministre du Panafricanisme au Sénégal). A condition qu’il arrête son discours faussement modeste, et mensonger, qui est que l’on peut changer les choses en étant uniquement dans la société civile.

 

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=Hs6t_ymJG6s

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=zYRT9oMrWFI

 

Youssouf Bathily

1 Comment on "L’irrésistible ascension de Kemi Seba, figure actuelle du panafricanisme révolutionnaire"

  1. KEMI SEBA , TU ES UN ROI . J’AI BEAUCOUP D’ENVIE D’EN PARLER AVEC TOI. SI TU ME LE FACILITES . J’SUIS SENEGALAIS VIVANT EN ESPAGNE

Leave a comment