Quand il s'agit de richesse des afro-américains, c'est quelques centimes pour 1 dollar !

La préoccupation avec Donald Sterling, le riche propriétaire des Los Angeles Clippers a été frappé par une interdiction à vie en NBA après une conversation enregistrée qui a révélé qu’il ne voulait pas que sa compagne s’associe avec des gens noirs, confirme que le sport professionnel a remplacé la religion comme l’opium du peuple.

 

 

Dans la même semaine où la NBA a rendu son verdict, une nouvelle étude a été publiée par le Center for Global Policy Solutions et le Network on Race and Ethnic Inequality de l’Université de Duke déclarant que les noirs américains sont en dessous de la pauvreté, ayant seulement 6 centimes pour chaque dollar de richesse possédé par un blanc américain moyen, et possédant une moyenne de richesse en liquides de seulement 200 $, un chiffre qui inclut la valeur des plans d’épargne retraite des noirs américains.

Si les gens étaient responsables, ces recherches auraient eu au moins le même niveau d’indignation et d’attention que les envolées antiracistes que Donald Sterling a reçues. La nation demeure passive devant les faits qui montrent que les afro-américains continuent d’expérimenter une ségrégation économique hallucinante depuis 50 ans après le Civil Rights Act de 1965.

L’analogie avec le sport aide à montrer la profondeur de l’écart entre les richesses des différentes races. Tout comme la fortune collective des joueurs de la NBA, principalement noirs, n’est qu’une goutte dans le seau comparée à celui des propriétaires, principalement blancs, les actifs combinés de chaque afro-américain aux USA – incluant les athlètes, artistes, et hommes d’affaires – n’est pas suffisante pour augmenter la moyenne de la fortune des noirs américains au-dessus d’un nickel pour chaque dollar détenu par les blancs.

Le récit post-racial des noirs avec l’avènement du premier président noir américain et des exemples de fortunes de célébrités, est simplement un mythe, cela sert à apaiser et obscurci les données montrant que les noirs américains sont loin d’acquérir une liberté financière et d’intégration et, en fait, continuent d’affronter les lois discriminatoires et les pratiques qui ont institutionnalisées leurs désavantages.

Aidés par les lois permissives soutenues par les lobbyistes de l’industrie bancaire et leurs amis du gouvernement, le taux de propriétaires de maisons noirs américains ont décliné en partie parce qu’ils sont deux fois plus ciblés que les blancs pour des emprunts bancaires frauduleux.

Alors que la plupart des gens sont conscients que le chômage des noirs est constamment le double de celui des blancs, ils ne savent pas qu’il y a un écart racial des salaires, avec le salaire médian des noirs s’élevant à seulement 79 centimes pour chaque dollar gagné par les blancs, ou que les noirs sont disproportionnellement représentés dans les emplois qui ne rapportent pas beaucoup; et, bien sûr, les recherches montrent que les écoles publiques et le logement sont plus ségrégués aujourd’hui qu’ils n’étaient dans les années 70. Tous ces facteurs représentent une inégalité structurelle qui permet de maintenir les noirs américains dans les marges de l’économie.

Donc, bien que les lyncheurs ont disparu et les panneaux « Seulement pour les blancs » retirés des façades d’immeubles – les effets pernicieux des structures institutionnelles publiques et privées continuent de fonctionner de telle manière qu’elles empêchent l’acquisition de maisons ou, perversement, promeuvent le dépeçage quand les noirs américains réussissent malgré tout à accumuler des ressources financières.

Il est temps pour les fans partout de s’éloigner des écrans pour réaliser le jeu qui se joue sur nous chaque jour de par plusieurs moyens. Pour combien de temps encore seront nous contents d’être sur le terrain sans ballon ou avec le panier levé au-dessus des normes quand c’est notre tour de shooter ?

Arrêtez de suivre les institutions de mécènes qui nous voient comme des cibles à exploiter et n’investissent pas dans nos communautés. Et accélérons notre engagement avec des systèmes qui fixent des règles claires, ainsi le terrain de jeu sera équitable pour tous. De votre bureau au bureau des votes, si vous vous souciez de liberté financière, équité, et notre futur dans cette nation, nous devrons remplacer les barrières qui nous cernent avec les opportunités de construire et maintenir des actifs qui ont le plus de chances de croître et être légués aux prochaines générations.

Dr. Maya Rockeymoore est la présidente du Center for Global Policy Solutions et membre du Closing the Racial Wealth Gap Experts of Color Network

 

Article traduit de The Grio

 

 

1 Comment on "Quand il s'agit de richesse des afro-américains, c'est quelques centimes pour 1 dollar !"

  1. sans compté que le peu de noirs américains riches sont tout mariés aux blancs, pauvre race

Leave a comment