From hell, with love !*

  • Depuis l’enfer, avec amour !

Tel aurait pu être le nom du dernier spectacle de Dieudonné. Nous avons eu l’honneur d’assister à Rendez nous Jésus !, le cru 2011 de Dieudo au théâtre de la main d’or et force est de constater que l’humoriste maintient le niveau élevé de ses prestations.

Quelle constance depuis 15 ans ! Il va en falloir du temps pour retrouver un humoriste qui approche cette dimension !

 

En dessous, c’est le vide !

Succession d’outrances verbales, de petits mots bien sentis, de réflexions acerbes, de parodies et de personnages si reconnaissables et si bien campés. Une corrosivité revitalisante. C’est si cruel … Et si bon !

Nous n’avons pas été déçu. Il y’avait du sang partout, surtout dans le couffin. La salle était repue et il n’y’avait qu’à voir le nombre de personnes qui se sont attardées pour discuter, prendre des photos avec le banni le plus haï de Paris, et le plus aimé de France, en mimant la désormais si célèbre quenelle, marque de fabrique des irrévérencieux. Il y’avait de la vie chez Lucifer, hier soir.

Le mot qui conviendrait pour ce spectacle est rafraîchissant. Simplement rafraîchissant.

Rendez nous Jésus est un rafraîchissant, un fortifiant, un tranquillisant, 1h30 de rires et d’allégresse.

Combien de spectateurs ont pris de nouvelles résolutions, hier soir ?

Nous ne saurons le dire. Néanmoins, aux discussions enflammées à la sortie, il était évident que les moins téméraires avaient reçu du carburant pour tenir un autre tour du monde de l’injuste. Ils reviendront encore l’année prochaine, c’est sûr !

Le public, comme à chaque fois, était très nombreux, très chaleureux et comme dirait l’un des spectateurs :

A ce rythme, on va finir par faire asseoir les gens sur nos genoux !


Cette foule pressante, jeune, multiéthnique et décomplexée se retrouve et rit ensemble, des passements de jambes verbaux et petits ponts que distribue Dieudo. Il n’y en a pour tous, le pauvre Christ servant davantage de canevas pour dresser un constat assez humiliant de notre société, des élites, des médias, que de punching-ball.

Vous l’aurez donc compris : nous sommes toujours conquis, toujours épaté par cet artiste qui ne cesse tous les ans de renouveler son spectacle et de tenir la barre haute. Le talent, sans doute !

Pour tous ceux qui n’ont jamais voulu entendre parler de Dieudonné et qui, dans un sursaut de lucidité, aimeraient avoir une opinion assez réaliste de lui, de ses engagements; allez délirer avec la bête immonde, au théâtre de la main d’or, entourée de ses diablotins insatiables et vous finirez peut-être par reconnaître l’évidence.

A ceux-là aussi, nous préconisons cette belle citation apocryphe de Voltaire :

Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.


Chers démocrates, il est temps pour vous de vous battre pour qu’il ait le droit de le dire !

Et si vous y alliez à la Main d’or pour juger par vous-mêmes au lieu de laisser à d’autres le droit de vous dire ce que vous devez faire et surtout, penser ?


Le talent n’a pas à être muselé. La liberté d’expression de Dieudonné est simplement la vôtre.

Il y’aura au moins eu ça pendant ces années 2000 ! De très rares courageux pour tenir la baraque, pour rehausser le niveau de l’époque.

A part dans un stade de football, il n’y’a quasiment plus d’endroit en France où des personnes aussi différentes et diverses, se mélangent pour communier avec autant d’entrain.

Il respirait beaucoup de joie, d’échange, d’honnêteté, de liesse, de brassage social, d’énergie et osons le dire, d’amour dans cet antre des ténèbres.

 

Nous y étions en enfer hier soir, et c’était bien.

Osez le bon sens !

YDM

Be the first to comment on "From hell, with love !*"

Leave a comment