Françoise Dolto, la déraison pure de Didier Pleux

Après Papa Sigmund, l’escroc, Mama Dolto, la bullshiteuse. Nul besoin d’avoir fait bac +8 pour subodorer que la psychanalyse, c’est de la merde. Tous ces intellos devraient venir demander aux habitants des quartiers ce qu’ils pensent de cette tartufferie. Et je ne peux que remercier Didier Pleux de s’être une nouvelle fois, dédié à démonter finement la fameuse Françoise Bonneteau.

 

 

Premièrement, j’ai acheté ce livre quand j’ai vu l’intervention de Pleux au Grand Journal de Canal+ où, j’ai eu la sensation qu’il avait tellement de choses à dire mais que personne n’avait vraiment envie de l’écouter. Il attaquait avec un scoop absolument énorme sur cette psy et sur le fait que les médias le déprogrammaient, retiraient leurs invitations ou l’ignoraient. Dolto aurait frayé avec le nazisme et la collaboration. Énorme. Autour de la table, des journalistes. Enfin,… des agents de communication qui n’ont pas daigné faire leur métier et le relancer. Ils se sont tus. Circulez, y a rien à voir ! On ne lui a pas laissé le temps d’argumenter, tout a été fait pour le hâter, pour écourter sa séquence et passer à des futilités. Quand on pense qu’ils ont invité Nabilla pour meubler leur plateau pendant des heures… Bref, eux au moins, ils ont maintenu leur invitation et c’est déjà ça.

 

 

Devant cette censure subie par ce Didier Pleux, j’ai ressenti le besoin d’en savoir plus, et surtout de relayer son travail sur mon minuscule abat-foin sur l’immonde.

 

 

Pleux

 

 

Vous n’entendrez pas parler de ce livre car Françoise Dolto est la version féminine de Freud en France: une sorte d’icône, de star intouchable du bullshit psychanalytique.

Et avec moultes citations, le Dr Pleux s’attèle à démonter ce gourou du progressisme abrutissant, cette carence prônée d’autorité et de goût de l’effort dans lesquels nous sommes plongés;  menant nos petits frères vers l’illettrisme et l’échec scolaire.

Son livre est une suite d’arguments solides sur les visions irréalistes de cette dame, papesse de l’éducation. Il s’appuie notamment sur ses écrits, ses correspondances avec son père et les écrits de Carlos, le gros dadais en salopette, fils aîné de cette dernière. Son enfance se révèle être un précieux renseignement sur la maturation de ses idées pédagogiques.

 

 

 

Qu’a fait Dolto pendant la deuxième mondiale ? A-t-elle travaillé avec des collaborateurs comme Réné Laforgue, Alexis Carrel et avec l’Institut Goering sans pour autant être imprégnée de cette idéologie de l’eugénisme ? Pourquoi communique-t-elle si peu sur cette période phare de sa vie de jeune psychanalyste ? A-t-elle collaboré et comment se fait-il qu’une telle personne, avec un tel passé, puisse rayonner autant  et être la voix de l’éducation de nos enfants ?

 

Toujours dans son Autoportrait, elle insiste sur le fait qu’elle ne soupçonnait rien de la politique antisémite du régime de Vichy et elle déclare n’avoir jamais lu MIn Kampf d’Adolph Hitler. Je me souviens pourtant qu’elle lisait L’action Française, un journal qui prendra fait et cause pour le régime de Vichy. Vivant à Paris, elle ne voit pas les affiches de propagande antisémite. Elle est « ailleurs »… Quand elle évoque la rafle du Vél d’Hiv, elle nous dit qu’elle pensait que l’on regroupait les juifs dans des camps de concentration pour qu’ils échappent aux nazis… Quelle Naïveté ! Souvenons-nous que dans la capitale, à cette époque-là, les Juifs devaient arborer l’étoile jaune au vu de tous, il était donc évident que c’était le singe d’une volonté de les préserver des nazis!… Page 120

 

 

L’auteur décortique cette mythification (mystification aussi) de Dolto, met en lumière ses aberrations, ses erreurs, ses bullshiteries.

Comme pour Freud, il est évident que ceux qui sont censés savoir, savent. La question est : pourquoi ne le disent-ils pas ?

 

Pourquoi ce silence convenu sur le passé trouble de Dolto et pourquoi continuer de célébrer ses idées clairement déconnectées de la réalité et inefficaces ? Qui peut croire que l’on soigne l’énurésie (pipi au lit) en posant un verre d’eau sur la table de chevet du petit ? Et ses sorties sur la télépathie et l’autisme…. D’un ridicule. J’ai même découvert que c’est à cause d’elle que circule cette idée reçue, comme quoi, les surdoués sont mauvais à l’école.

 

 

Je m’efforce depuis une bonne trentaine d’années de confronter cette hypothèse doltoïenne : les enfants ou adolescents en échec scolaire ne signent que fort rarement un potentiel très au-dessus de la norme. Ils manifestent, au contraire, une incapacité à accepter les exigences de l’apprentissage. Il existe donc une grande « intolérance aux frustrations » q’il nous faut prendre en compte avant de conclure à une quelconque « surdouance ». Mais que préfèrent les parents : entendre un psy qui leur dit qu’une intolérance aux frustrations chez un « apprenant » relève de l’éducation parentale ou un psy qui leur annonce que leur progéniture est « génétiquement » géniale ? Et souvenons-nous de Carlos, le fils e Françoise Dolto, et de ses brillantes études, était-ce un surdoué? Sa mère le souligne plus tard, le remède est simple : ce n’est pas à l’enfant de s’adapter au système scolaire mais l’inverse. Il ne lui restait plus qu’à réussir dans le show-biz grâce à son entregent. Page 157

 

Et concernant l’éducation, il suffit de regarder la trajectoire de son fils pour juger de la qualité de son enseignement.
Toutes les politiques d’enseignement permissives (enfant-roi, enfant égal du professeur, enfant au centre de l’enseignement, non au redoublement, non à l’effort, au sacrifice, éducation-plaisir, méthodes globales à la con…) sont des conséquences des prêches de la Dolto: des doltoleries, des conneries qui ne trouvent d’écho qu’en France.

 

Cette dame est la marraine de l’échec scolaire en France. Dr Pleux ne le dit pas explicitement. Mais moi, j’irai jusqu’à là. Le rôle des parents, la présence et l’autorité parentale sont des piliers, des fondements de la réussite scolaire. Je ne pourrais pas mieux l’expliquer que Pleux qui y consacrent une part importante de son livre et s’applique à réduire en poussières ses conneries.

 

 

 

Lisez ce livre, soutenez cette voix dissonante et surtout, sortez de cette idéologie mortifère pour vos enfants. Je l’ai toujours pensé; la psychanalyse, c’est n’importe quoi. Œdipe ? Tous les enfants veulent baiser leurs mères… Faut vraiment être tordu pour croire à de telles fadaises. La réalité aura beau nous montrer que tout ça ne vaut rien; en France, c’est religion d’État.

 

L’inflation des diplômes et le culte des longs crayons ont permis le développement de toutes ces professions de bullshit, adossées sur rien et n’ajoutant jamais rien de concret à la société, a permis à tous ces fils de, toutes ces femmes et filles de, réticents à avoir un métier laborieux de pouvoir continuer de graviter autour des hautes sphères, d’avoir des salaires importants, de ne pas être évincés de leurs couches sociales élevées. Un psychanalyste est un intello qui refuse de bosser. Un peu comme tous ces écrivaillons de merde qui squattent les plateaux avec des romans médiocres; j’ai un furoncle sous les aisselles, mon père m’a violé, ma mère est morte quel drame ! Mon chien ne me reconnaît plus, ma femme me trompe…. Le psychanalyste, c’est la cartomancienne du riche.

 

Et gardons le meilleur pour la fin: Dolto faisait partie de ces illustres gens de gauche, pro-pédophiles, qui ont signé la pétition de mai 77.

 

Je vous cite le Dr Pleux :

 

La pétition rappelle ensuite que l’infraction d’attentat à la pudeur commis sans violence sur la personne d’un enfant de moins de 11 ans date de la loi du 28 avril 1832. Et elle se poursuit ainsi : « Il apparaît donc qu’il convient tout au moins de « décriminaliser » cette infraction, et de tenir essentiellement compte du consentement du mineur. […] Les dispositions prétendant à une « protection » de l’enfance et de la jeunesse comme l’article 334-1 […] ou l’article 356 concernant le « détournement de notre société […] et doivent être abrogés, ou profondément modifiés, dans le sens d’une reconnaissance du droit de l’enfant et de l’adolescent à entretenir des relations avec des personnes de sons choix. Les signataires : Michel Foucault, Jacques Derrida, Louis Althusser, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, André Gulcksmann, Philippe Sollers et… Françoise Dolto.  Page 149

 

La mère-poule pro-pédophile !

 

Et son fan-club de grossir… L’envoûtement de nos élites est profondément ancré.

Et vu le steak et la représentation sociale qui est la leur, les psychanalystes ne sont pas prêts de s’autodétruire.

Que de parasites sociaux qui s’ignorent dans ce pays… Si les gens ouvraient les yeux, ils verraient. Mais, la réalité est cruelle et la vérité, encore plus. Remettre en cause Freud ou Dolto pour un psychanalyste, c’est remettre en cause son existence. Dépouillé de ces deux escrocs, il redeviendrait ce qu’il n’a jamais cessé d’être : un autre blablateur, comparable à Elisabeth Tessier, vivant sur le dos de la société.

 

 

Le Dr Pleux s’étonne (ou feint de s’étonner ?) dans sa conclusion qu’une collaboratrice avérée d’un célèbre eugéniste  et d’un pétainiste convaincu, soit autant idolâtrée alors qu’une personne qui dénonce la primauté du discours « psy » en France soit vilipendée et honnie par l’indigentsia.
Françoise Dolto, la déraison pure BIJ’ai juste envie de lui dire que c’est cohérent. Le fait qu’on le censure, qu’on le déprogramme, lui le Pleux, le lépreux, qu’il soit aussi inaudible malgré la pertinence de ses propos et analyses est cohérent. Lui donner la parole et surtout, lui donner raison, c’est se rappeler à soi-même sa déraison, sa bêtise, sa crédulité, son incompétence, son inutilité.

Un peu comme dans la secte, où au bout d’un certain nombre d’années, plus personne n’a envie de sortir, de s’en sortir car malgré l’inconsistance des galimatias du gourou; sortir, c’est reconnaître qu’on s’est fait baiser, c’est admettre qu’on est une cruche, et enfin, c’est devoir recommencer à zéro. C’est dur. Surtout pour ces gens qui se prennent pour la crème de la pensée, l’avant-garde de la société.

 

Excellent pamphlet contre ce système psy, qui confortera des gens comme moi dans leur mépris de ces charlatans autorisés, et qui ouvrira définitivement les yeux de ceux qui s’interrogeaient encore sur cette bullshiteuse. Un grand bravo au Dr Didier Pleux, que vous n’êtes malheureusement, pas prêts de retrouver sur les ondes des grands médias.

 

 

 

J’ai mis mon exemplaire sur notre chaîne de lecture.

 

 

 

Osez le bon sens !

YDM

2 Comments on "Françoise Dolto, la déraison pure de Didier Pleux"

  1. Bonjour,

    Le retour de Dolto ?
    Non !
    Dolto 2, le retour !

    http://en-quete-de-declics.fr/index.php?declic=quete&autisme=Dolto-2

    Bien cordialement,
    Une personne Autiste.

  2. Allons allons,
    Ce n’est pas que je veuille défendre Dolto mais votre article là, c’est vraiment pas sérieux. C’est du défoulage a la limite, mais pas de l’information. En vous lisant j’ai l’impression (l’impression seulement, hein!) que vous ne comprenez pas ce sur quoi vous ecrivez.
    Pro-pédophile… vous vous égarez… c’est de la mauvaise foi.
    Quant aux méthodes:
    « Enfant égal du professeur, enfant au centre de l’enseignement etc… » qui son des Doltoleries…Vous devez pourtant bien soupçonner que ça n’est pas vrai, et c’est encore moins particulièrment « Qu’en France »…
    Il y a des dizaines de mouvements (Summerhill, Sudbury valley, Waldorff, Montessori, Freinet…et tant d’autres) qui essaient de faire les choses differement. D’accord Freinet était Français mais il était là avant Dolto…

    Marraine de l’échec en france… allons donc.. les autres pays qui ressemblent au notre n’ont pas eu besoin de Dolto pour être confronté à un échec scolaire omniprésent… Je connais bien, par exemple l’Espagne qui n’a rien eu de similaire a Dolto… Tenez, permettez moi de de vous recommander un documentaire… D’un argentin pour le coup, Il est loin d’ètre parfait mais ça peut être un début: « L’éducation interdite » Germán Goin Campos – visible gratis sur internet. Je pense qu’il y a quelque réflexion pertinentes notamment sur l’échec scolaire. D’ailleurs, je ne me souvien pas qu’il ait mentionné Dolto.

    Cette brave dame a été une dame de son époque, qui est probablement révolue, mais sans doute a-t-elle été nécessaire à une certaine prise de conscience… Il faut voir ce qu’il y avait avant… sinon demandez a mr.Pleux.
    Moi, je pense que si Pleu xa du bon sens, il se peut qu’il n’ait pas bien compris « la liberté » en soi, la confrondrait-il avec permissivité? La liberté en soi implique la responsabilité, (qu’il n’y a pas dans la permissivité) La liberté, c’est une construction collective, trop de liberté ne peux pas tuer la liberté – trop de permissivité si. Enfin ça n’est guère que mon avis…
    Quand a Mme Dolto un des ces grand défaut est d’être fort mal interpretée.(à noter que je ne suis pas là pour la défendre)

    (PS: Excusez les fautes d’orthographe, je n’y accorde guère d’importance….)

Leave a comment