[Une autre histoire] Pour Brigitte Barèges les « noirs » font « tache »

À l’occasion de a campagne pour les élections municipales de mars 2014, le maire sortant (UMP) de Montauban (Tarn-et-Garonne), Brigitte Barèges, née en 1953 à Toulouse, a présenté, jeudi 13 février 2014, lors d’une réunion publique tenue dans le quartier du Fau, à Montauban,  l’un de ses colistiers comme une « tache » parmi les autres candidats de sa liste.

Madame Barèges faisait ainsi allusion -d’une manière qu’elle a feint de présenter comme « humoristique »- à la couleur de peau de son compatriote.

Cette « blague » en dit long sur l’état d’esprit du maire de Montauban.

Elle a agi sciemment, de manière à jouer sur le racisme supposé de la frange extrême de son électorat.

L’affaire est d’autant plus grave que le sud-ouest de la France (la région de Montauban en particulier) a fourni de nombreux colons à Saint-Domingue (république d’Haïti) pendant la période esclavagiste.

Les propos de Madame Barèges s’inscrivent dès lors dans une tradition criminelle qu’elle ne peut ignorer. Madame Barèges a eu à coeur, en connaisance de cause, de réveiller de vieux démons. Tout cela pour être réélue.

L’intéressé, Jean Tekpri, comme il est souvent à déplorer en ce genre de circonstance, au lieu de démissionner sur le champ comme il aurait dû le faire, s’est empressé, en bredouillant, de prendre le parti de la politicienne raciste, sans doute parce qu’il tenait à garder sa médiocre place (la 28e) sur la liste.

 

Source : Une autre histoire

 

Be the first to comment on "[Une autre histoire] Pour Brigitte Barèges les « noirs » font « tache »"

Leave a comment