Tunisiano – Marqué à vie : un putain de bel album

Tunisiano

de son vrai nom Bachir Baccour, est un rappeur français d’origine tunisienne né le 19 mai 1979 à Deuil-la-Barre (Val-d’Oise). Il est membre du groupe Sniper

Source : wiki

 

 

 

 

 

 

PRINCIPES DE NOTATION DES TEXTES DE RAP

 


tunisiano-marque-a-vie-cover-album-2014

 

Évaluation textuelle de cet album – Marqué à vie – est de 226.6/17 soit 13.33/20.

Il peut donc être qualifié d’album textuellement bon

 

 

 

 

 

Qu’ai-je pensé de cet album ?

Travail de très bonne qualité; album solide, profond, éclectique, une forme pétillante dans un fond exigeant. Retour gagnant. C’est un album de rap très racé. Bravo !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marqué à vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Hurricane Carter

Seigneur…
Seigneur n’y va pas

Test, le micro est branché
Le même plaisir de déranger [2]
Ils me connaissent, c’est Tunisan’ pour pas changer
Qu’on me ramène les baies, je veux pas des restes à manger [2]

Le pouce baissé quand ils m’ont vu par terre
Seul contre tous, à la Hurricane Carter [2]
Pas de compte à rendre, je fais saliver des babines
Je me suis coupé du nombre pour faire du sale dans la cabine [2]

Ma vie est faite de victoires et de défaites, mec
Nouvel album, deuxième opus, Li fet Met [2]
MC solitaire, vocale tessiture
Respecte les critères, violent en écriture [2]

Trop déçu, plus l’oeil vif qui pétille
J’cours avec un boulet, j’suis un sportif en béquilles [2]
Ils m’ont tiré dans le dos, la grenade est dégoupillée, yeah
Une vie de corbeau, moi j’ai le dîn en bouclier, yeah [2]

Pour mes Blacks et mes blancs de peau dans le son tout y est
Le tibia à Tong Pô, des bouches à atrophier
Le sang chaud, j’ai le flow des projets à enquiller [2.75]
Pour mes fréros qui tiennent le flambeau, qu’ont des vies en chantier

Mes Cainfris mes Antillais, mes connaisseurs sortis des sentiers [2]
Car depuis tout p’tit j’suis prometteur
Toujours à la hauteur, hommage à ma ‘zique
Supporters et auditeurs, Européens d’Afrique [2]

Ces valeurs qu’on m’a enseignées
Riche de l’intérieur, j’suis l’héritage de mes aînés [2]
Et c’est ainsi, de ma culture je m’imbibe
Bon mari et futur père de famille

Ma foi dans un livre, j’ai ré-appris à sourire
J’veux pas apprendre à vivre, j’préfère apprendre à mourir [2]
J’suis pas une idole, j’cours pas après le succès
Combien te tapent sur l’épaule, mais espèrent te la luxer ? [0]

Et j’suis pas exemplaire, j’voyage pas dans la soute
Hors de question de me taire, on a tous émis des doutes [2]
Mais j’garde les mêmes convictions
Si j’ai changé d’route, j’ai gardé la même direction [1]

Me battre pour les miens, nombreux sont sur les préjudices
Me battre pour le bien, et contre leurs injustices [2]
J’t’apprends rien, t’entends toujours les mêmes ragots
Les sceptiques, y’en a combien qui me trouveront démago ? [2]
Mais peu importe !

Je chante ma vérité, personne fait l’unanimité, donc peu importe
Je chante ma vérité, personne fait l’unanimité et peu importe
Je chante ma vérité, personne fait l’unanimité, peu importe [1]
Je chante ma vérité, personne fait l’unanimité

J’suis pas La Fouine, j’aime pas mentir aux gosses
J’suis pas dans leur délire, à savoir qui a la plus grosse [2]
Je n’suis qu’un homme, j’ai fait preuve de lâcheté
J’ai commis des erreurs, mais j’espère pouvoir me racheter [2]

Ma rime est tienne, quand le succès est soudain
Aux anonymes qui m’aiment, car sans eux je ne suis rien [1]
Ceux qui me comprennent, qui respectent nos codes
Pour ceux qui me soutiennent, et peu importe les modes [2]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    41.75/55 pts soit    11.38/15

–  Profondeur                          2/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                     0.5/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  17.38/25  soit   13.90/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


2. Marqué à vie

Parce que je suis marqué à vie
Marqué par mon époque

Je chante les cicatrices
Les cris et la révolte
Oui, je suis marqué à vie
Tout comme toi je supporte

Les aléas de la vie
Même quand le diable frappe à ma porte [2.5]
Parce que je suis marqué à vie
(Marqué à vie) [1.5]

Je suis marqué par la vie
Marqué par les conflits
Marqué par l’époque
Largué, corps meurtri

Trop tôt sont partis [1.5]
Des potes charclés
Pas de beaux romans
Les sentiments sont en papier [0]

Trop émouvant c’est jamais le bon moment
Pour en parler
Pourtant [2.5]
Simple haut-parleur [+0.5]

Ghetto narrateur
Écorché par la vie et par les pleurs [2.5]
J’écris au coeur du bûcher
Dans le jeu de la haine

Ils sont tombés
On met le feu à la plaine [2]
Continuez [-1]
Le prochain pompier [0]

Sera Le Pen, en quarantaine [1]
On erre à ciel ouvert, on trime
Ils ont recouvert la misère
Comme dans une scène de crime [2]

Décidé à faire mouche j’avance
En douce en planque
Le diable me tente [1.75]
Moumouss me manque [2]

Enfermés
En cellule
Attendant que le coeur ressuscite
Personne n’sort de sa cellule [1]

Avec les clés de la réussite [2]
On s’invite
Sans préavis t’es pas ravi
On est haïs et bannis [2]
On est marqués à vie

Courtisé par le diable
Présumé coupable
Ma vie n’est pas rentable [3]
Abusé

Et je vais les baiser [-1]
Sans code parental
Et trimes pour que dalle
Quand dehors c’est la mousson

Tu chiales t’as soif d’idéal [2]
Un peu comme Alain Souchon
J’avance dans le bouchons [3]
Donc pas près de me faire flasher

Le cœur en téflon [0.5]
Y’a qu’en voiture qu’on peut s’attacher [0]
Mon son te concerne
Il le fallait, suicidaire

Sur un Charley
En concert j’ai découvert [1]
A qui je parlais [2]
Dans la compèt’

Sur ma tête que je vais les tordre
J’arrive avis de tempête [1]
Sur le game il pleut des cordes [1.75]
A la conquête du titre

Mais qui pourra me la fermer
Rappe avec les tripes [1.5]
Rappe comme si c’était le dernier [0]
Flippe sur l’époque

Tu cliques sur des vieux schnoks
Ils nous escroquent [3]
T’as la trique
Ils font du topless dans les clips [1.75]

Mais FUCK ça en dit long
Miss tu kiffes sur des raclures
Choisis un mec qui a de l’ambition [2]
Le swag ça paie pas les factures [2]

Marqué par la vie
Les braves gens sont opprimés
Mis de côté, salis ou sous-estimés [0]
Prouver qu’on est à la hauteur

Oui fiers de nos valeurs [1]
Négligés malgré tellement de potentiel
Une pensée pour les potos au ciel [1]
Parce que je suis marqué à vie

 

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    48.25/85 pts soit    8.51/15

–  Profondeur                          3.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  15.76/25  soit   12.60/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
3. Jeune de tess

Jeune de té-ci, futé, imbécile
Indécis, shité, buté, agressif [1.5]
Gosse de banlieue, ambitieux pour la gagne
Vicieux, normal, amoureux de la castagne [2]

En mode ter-ter, alcool et be-her
Gros chiffres, gros spliffs, école buissonnière [1.5]
Regard glacé d’un froid hivernal
Ne veux que brasser, amasser et faire mal [2]

Afficher, fâché, sur l’État aime cracher
Aime tricher, se péta, niquer et se casser [2]
Masquer ses cicatrices, fonce-dé au volant
Permis, factice, insolent et violent [2]

Vis dans sa matrice, se bat contre la planète
Hésite entre être artiste ou revendeur de barrettes [2]
Être « Love and Peace » ça il s’en passera
Il veut juste que ça glisse, que tu jouisses, que tu.. « Haaan » [1]

Miss, lunettes de soleil sur le pif
Ce soir il nique ses hassanets, un RDV avec Iblis
Lui, bête de bicraveur, y’a de quoi faire de la luge
A les symptômes d’Alzheimer devant la juge [2]

Et adore gruger et revendeur de shit et poudre
A deux-trois sac à foutre pour se faire caresser la gourde [1.75]
Et le boy est bad, ce qu’il sème est crade
Les tchoys dans le viseur, son seum bat la chamade [2]

Oui, il fait « boum boum » au rythme des percus
Déboule, il te vi-sser et à tard-plus [1]
Oui il vit sa propre ser-mi, et attaché au bifton
Le mot « taffer », il n’en connaît pas sa définition [2]

Oui, il en a vendu des litres, faisant parti de l’élite
Baigne dans l’illicite où le Sheïtan fait l’arbitre [1]
P’tite rotte-ca, c’est mi-mi, tu lui a mise dans les sseu-f
T’as sorti le 9 milli, la vaseline et les potes-ca [+2]

RRAH RRAH RRAH ! Tu règles ça illégalement
Pour l’euro, rafales de balles dans leur maman ! [1]
Et du coup, t’es rentré, t’es sorti
Tu as pris de la cote

T’es rentré, t’es sorti [1]
Mais où sont passés tes potes ? [2]
Ya rajel, tu te refais ? Fuck ceux qui t’ont dupé
Ils t’ont volé ta fierté, donc ta haine a décuplé [0]

T’sais ? Ce n’est qu’un mahboul qui peut pas trainer
Un behloul qui s’laisse engrainer ! [1.75]
Hassoul animal galeux élevé sans grand frère
Ramène Pascal, il va lui niquer sa mère ! [1.75]

Pour lui, les meufs ne sont qu’un bout d’chair, deux ovaires qui tapinent
Il ne les considère ap-s, fais belek à ta frangine [1.75]
Et le mec est misogyne, il mettrait bien à l’affiche
Toutes ces Ni Putes Ni Soumises dans un grand spectacle échangiste [1]

Pour lui sa femme fait la vaisselle, fait la bouffe et balise
Fait la pouf, ferme sa gueule ou bien il la brutalise [2]
Perd sa vie à la gagner, calme ses nerfs à la console
Afin de ressembler à quelqu’un, il se tatoue et pousse le sol [1]

Macho par excellence, ne sait pas s’taire
Traîne dans les quartiers huppés afin d’y faire ses affaires [2]
XXX sérieuse mise à l’amende
Un feu rouge, un car-jacking, repart au volant d’une allemande [2]

Le mal dans sa peau, toujours en mode contestataire
Cache son opposition derrière un style vestimentaire [2]
Pour lui, le malaise est social, le problème est ethnique
Viendrait d’la considération portée au peuple d’Afrique [2]

Il a des idées sombres qui vagabondent et qu’il gobe
Qui diraient comme quoi le peuple feu-j dirige le globe [2]
Homophobe, fier de l’étiquette qu’il endosse
Tous ces hommes bouffeurs de zob devraient crâmer à Mikonos [1]

Et a de sérieux soucis, pas très docile, dans sa tête l’intitulé
D’une soirée méchoui où la synagogue a brûlé [0]
Habitué à être rejeté au lieu de lui apprendre à vivre ensemble
Il ne trouve sérénité qu’auprès de ceux qui lui ressemblent [2]

Et entretien d’embauche. Son look est cramé
Délit de sale tronche, ça tout au long d’l’année [2]
Il n’aime que lui et les siens, ne mélange pas poivre et sel
Il préfèrerait crever que d’voir sa sœur avec un khel ! [2]

Pour lui un zoulou ou un kahlouch pourrait salir son linge !
*Ouh ouh ouh* il aime les insulter de singes ! [2]
Enfant de banlieue que sa couleur a détruit
Qui vit dans la peur, dans l’odeur et le bruit [2]

Et le cœur en conflit, les idées assombries
Il ira jusqu’au bout quitte à mourir incompris [2]
Et tout c’qu’il accomplit n’est que violence, injures et abus
Malveillance quand l’individu est barbu [2]

Oui, il a arrêté l’chanvre, fini d’se cloîtrer dans sa chambre
Pour lui, tout a changé depuis le 11 Septembre [2]
Depuis et tout va mal, il les insulte de bâtards
Haine viscérale envers ces hommes qui disent « Allahu akbar » [2]

Il ne voit que des Salafistes en pleine recrudescence
Des bâtons d’explosifs qui prient dans les rues
Sa France n’est plus qu’un triste reflet immonde

Pas l’pays des droits d’l’homme, mais la poubelle du monde [2]
Et tant de clichés.. Mais est-ce que ce monde est sérieux ?
Mais qui est vraiment ce jeune de banlieue ? [1]

Source : Rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    73/90 pts soit    12.16/15

–  Profondeur                          3.5/4 pts
–  Punchlines/Styles               2.75/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  20.16/25  soit   16.12/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4. État sauvage

Des yeux pour pleurer, une joue à tendre
Liberté envolée : tu les as laissés la prendre [2]
J’vais grogner et cogner, mon cul n’est pas à vendre
Désolé, et j’vais pas m’immoler pour m’faire entendre [2]

La merde tourne en boucle, la pilule tu l’as gobée
Y’a pas grand chose à foutre, les soucis au fond d’un gobelet
Et en bas c’est mout, même ta tour est démodée [+1.5]
Tu crois qu’c’est lourd, mais y’a qu’ta connerie qu’est enrobée [2]

Tu voudrais qu’on t’écoute, mais tu parles à des drogués
Le diable sème le doute, y’a d’la violence à uploader [0]
Et ils viennent en traître pour t’goder, allez chouf en douce
Comme de la gélatine de porc dans la bouffe [1]

« Mon ‘soce » : on l’est vu qu’on se tape sur l’épaule
De la cour d’école en passant par le hall [2]
La taule ouvre des réseaux parallèles sur Paname
Ils sont trop jeunes pour l’hallal mais y’a pas d’âge pour l’haram [2]

CC ou cool-al’, tout est hardcore, ça devient banal
Ça vend la mort, mais à part ça, ça mange hallal [2]
Qui n’aime pas l’oseille, et les faux-culs m’écœurent
Que mes mots n’touchent pas tes oreilles, mais te transpercent le cœur [2]

Lourdes sont les baloches, l’respect est obligatoire
Quatre portables dans la sacoche sous commission rogatoire [2]
Les murs ont des oreilles, l’commissaire veut tout savoir
Parfois les potes de la veille auraient besoin d’un bavoir [2]

Les parents désespèrent, les condés sont détestés
La virginité s’perd aussi souvent que le respect [2]
Fuck tes belles promesses, j’me débrouille moi-même
La seule fin heureuse que j’connaisse, c’est la fin d’la semaine [1.75]

Et nique sa race, j’ai plus l’temps d’être peace
J’prends de la place comme une liasse en billet d’dix [1.75]
Et j’range mes sourires, j’apprends à être triste
À croire qu’t’es obligé d’chialer quand t’es un artiste [2]

Et l’amour du risque : faire du hors-piste les yeux bandés
Ce qui consiste à sortir un disque en indé’
Et se blinder, face à l’ennemi
Et pas là pour mendier, arrêter d’glander [0]

Pour l’appel à la prière, y’a personne, c’est con
Quand Nabilla dit « Allô » y’a tout le monde qui répond [2]
À l’école de la rue, il n’ont qu’des mauvais professeurs
Y’a que l’oseille et les culs qui servent d’anti-dépresseurs [2]

On s’en sort comme on peut, d’la drogue dans du cello’
Vaut mieux récup’ ton fils au comico qu’ta fille au tel-hô [2]
Ils font les mecs sympas mais ont de drôle d’idées
Ils n’attendent qu’un faux-pas pour mieux te lapider [0]

Touni-Tounissan’, Baba
Nine-Five représentant
J’suis marqué à vie, obstiné
Poète maudit de cette musique sous-estimée [0]
J’ai pas d’équivalent : j’suis Tounissan’, khey
J’fais parler l’talent, j’reprends ma place

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes   34/50 pts soit   10.2/15

–  Profondeur                          3/4 pts
–  Punchlines/Styles              2.25/3 pts
–  Langage                       0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                 0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  17.2/25  soit   13.76/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5. Paris

Qu’est-ce que tu connais de nos life ?
Qu’est-ce que tu connais d’ici enfoiré ?
Paname, je suis pas le boss
J’aime la monnaie, gosses et quartiers cramés [0]

Bastille à Chatelet
République au Boulevard Ney
Opéra à la Santé [2]
Saint Germain, Champs-Élysées [-1]

C’est pas l’pays des merveilles
Rare que tes vœux s’exaucent
On n’sait que foutre le bordel [1]
Embrouilles, coups de crosse [1]

Fuck le trafic, j’arrête pas de klaxonner
Ces roumains qui me grattent de la monnaie
Dans les rues, impossible de stationner [3]
Encore un nouveau PV, oooh !

Ils veulent faire les gros titres, les gossips, les gosses qui
S’improvisent stars de la télé, bling bling
Pour des gros chiffres [1]

Expert en arnaque, vise directe dans le tarma
Une rose du pakpak
Miss viens donc par là [2.75]

Ok, nouveau riche ou Rude Boy
Qatari, star du football
Y a pas d’hasard pas de coups d’bol [1.25]
J’ai mis l’tapis, good fall ! [2]

Et gros beat et grosse prod
Stan-E Music dans le IPod [1]
Pendant que ta clique somnole
Gros spliff, #SnoopDogg [1.5]

À chaque titre un new flow
Des pastilles à dilater
À Paris j’espère que t’as c’qu’il faut [1]
Car les équipes sont ferraillées [-1]

Trop de cassos’ et d’escrocs de produits à inhaler
Oui c’est vrai j’ai connu la pillave et [2]
Les fins d’soirées en G.A.V
Fuck les conséquences, un grec frites convient l’appétit

Snack-time j’ai une dalle mais la maison ne fait pas de crédit [2]
Sort au le Crystal toujours les mêmes tes-tê
Au V.I.P toujours les mêmes tes-tê
Au Milliardaire encore les mêmes tes-tê

Les mêmes physio et les mêmes tes-trai [2]
Les mecs sages, les mecs sales les meufs claquées
Tout plein d’gaz, les mêmes phases, les mêmes sapes
Pourquoi elles ont toutes le même sac ? [1.5]

Baptou, renoi, rabzouz devant la te-boi qui se font recaler
Pour ceux qui se sont installés, 2.000 E la note est salée [2]
C’est des barres de rire entre amis

Dès qu’tu vois l’état de ton pare-brise
Tu reviens bredouille, les meufs font crari [2]
Ça t’apprendra à sortir sur Paris… [1.75]

Source : rapgenius

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    28.75/52 pts soit  8.25/15

–  Profondeur                          2.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.5/0.5 pt

Sous-total  14.54/25  soit   11.63/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6. Elle donne

Une surprise inattendue est tombée du ciel
Un peu d’urine répandue, une bonne nouvelle [1]
Un peu parti en vrilles, non je n’y crois pas
Moi, père de famille, moi, futur papa [2]

J’ai les yeux qui chantent, le cœur ravi
Elle a le bonheur dans le ventre, elle donne la vie [2]
Oui elle a un peu peur, elle aime causer
Elle a ses humeurs, des petites nausées [0]

Oui, je réalise en pleurs, et sourit bêtement
Elle prend des rondeurs, ne rentre plus dans ses vêtements [2]
Elle ne se trouve pas jolie, je lui dit qu’elle se trompe
Mon Angelina Jolie, faut qu’tes doutes s’estompent [2]

Et elle se prend la tête pour ceci, ou cela
Elle a des petits soucis, des envies de chocolat [1]
Dans le film de la vie, il y a l’image et la bande-son
Des battements de cœur viennent rythmer la chanson [2]

Se faire à l’idée qu’on va devenir papa, maman
Quoi de plus évident que de devenir papa, maman [1]
Elle donne, elle donne la vie

Elle a le ventre qui danse, des larmes dans les yeux
Un bonheur immense, un miracle de Dieu [2]
Un p’tit bout de nous deux, et elle donne la vie
Quand l’amour fait feu, il y a un ange qui s’invite

Question éventuelle, qui nous interpelle
C’est « Est-ce il ou elle ? », « Comment on l’appelle ? » [1.5]
« Veux-tu une fille ou un garçon ?
Mettons nous d’accord sur son prénom » [1]

Dans le royaume de la vie, une princesse va se donner la paix
Tu seras chérie, entourée, par ton roi et ta reine
Et dans ton navire, tu seras ton propre équipage
Pas là pour que tu chavires, j’vais t’aider à prendre le large [2]

Je passe des heures à m’imposer sur ton bidon, pensant
À ces nuits blanches à te donner le biberon, ou faire
Ce petit jeu, où on cherche à te décrire
« Est-ce qu’elle aura tes yeux ? Est-ce qu’elle aura ton sourire ? » [1]

Elle aura ta gentillesse, le courage de ma mère
Ton drôle de caractère, la sagesse de ton père [1]
Oui, elle est la femme que seul le ciel comprend
Mais Dieu, qu’elle est belle quand elle porte l’enfant ! [1.75]

Je sais, j’suis pas facile à vivre, en pleine nuit avec mes envies
Mes angoisses me mettent au défi [1]
Je donne la vie
Envie d’être une bonne mère, sentir ton cœur qui bat en moi
Si je ne sais pas y faire, un peu d’amour nous suffira [1]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes   25.25/44 pts soit  8.60/15

–  Profondeur                          2.5/4 pts
–  Punchlines/Styles               2.25/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  15.1/25  soit   12.08/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7. Val de Zoive

Zonard hyper actif comme si j’avais bu 12 cafés
J’me fais rare comme un com’ positif sur Booska-P [2]
J’vis à l’écart pendant que ces clébards ne font qu’taper
Couche-tard, va savoir pourquoi ils veulent tous rapper [0]

Grand trafiquant, les narines pleines de perlimpinpin
Côté déviant sont stupéfiants autant qu’un cycliste italien [1]
J’parle pour les miens, j’ai l’âme du compétiteur
Les rappeurs crèveraient pour être en TT sur Twitter [2]

Khey, allez viens, frérot j’te mets bien [1]
Depuis l’enfance je créé l’écart
Choquer la France, 95 nectar [2]

Tous ces chiens sont tricards et minables
Toutes leurs conneries m’indiffèrent
Inimitable, même Willaxxx peut rien y faire [2]

Ecoute, j’ai le diable dans le coffre, j’suis défoncé, Jésus c’est le pilote
Dans un coin de ma chambre le rap français a oublié sa culotte [2]
J’accélère loin des négros vrais comme le cul à Nicki
J’entends tu sors un disque, y’a des featuring mais t’as mis qui ? [2]

J’sors pas du ring du liquide dans l’sang, sur le game j’urine
Y’a rien d’dansant, Dieu est seul juge, c’est jamais le même jury [1.75]
Personne ne bouge, j’défouraille sec au premier geste brusque
Dans ma secte, on fait dans l’chocolat comme Jeff de Bruges [1.75]

C’est vrai les noirs, les arabes sont trafiquants pour la plupart
Et que les Dutroux, les Fourniret sont blancs pour la plupart [1]
Et on fait quoi une fois qu’on a dit ça au peuple Éric ?
J’te nique avec l’accent de l’autre côté du périphérique [2]

J’ai mille fois fois tenté de me faire comprendre par ces gens
Ces petits bourgeois n’ont jamais arpentés d’endroits indécents [2]
Et j’suis courtois, pas d’ceux qu’ont fait leurs classes en léchant
Froid et sournois, j’les fais chier, attends, j’vais t’apprendre à t’détendre [1.75]

Ma vérité est boycottée comme Cassius Clay ou Farrakhan
Ta liberté : localisée sur une petite île à Manhattan [2]
Rêver de se fondre dans la masse, s’intégrer et taffer
Tel un sucre dans la tasse, mais la France c’est pas un café [1]

La mort est soudaine, le cercueil fait de la déco’
Ça vient de Deuil, Villiers-le-Bel, toutes les villes à té-cô [2]
Fuck leurs soirées mondaines, j’traîne dans des tripots
Oui j’préfère qu’ils me craignent, qu’ils me saignent et m’appellent amigo [2]

Val de Zoive

J’vais tout baiser, en tant qu’artiste
j’ai la dalle donc je les dogging
Avant-gardiste depuis que mon dentiste [2]
m’a limé les canines [1]

J’rentre en piste, pas pour les épater,
le clown est triste donc j’vais les taper [1]
Le cerveau amoché, les potos me manquent,
partis trop tôt, je pense à Roger [+2]

MC t’es vinch, tu joues de la flûte, j’te laisse sous mes pieds
Non j’traite pas ta mère de pute parce qu’y a pas de sous métier [2]
Non y’a pas de sous métier, non non y’a pas de sous métier
Non donne pas ton frère aux stup’ ou c’est la hass tout l’été [1]

Val d’Oiseur, Val de Zoive
Écraseur de putes, le beat brûle, dévoile deux armes
Bors 900, 400 litrons à la pesée
Moins 230 kil’ Tunisiano, ça doit peser [2]

Villiers-le-bastos , Deuil-la-Bombe, appelé à la barre
Musique à pompe, où est le matos ? Tricard même sans la barbe [2]
Violence, weed et alcool brun : chez nous c’est le terroir
Parfois la dalle habillée en Heisenberg, les Walter White

La face cachée de l’iceberg, c’est pas du freestyle mec
T’es comme attaché à ma came, un genre de crystal meth [1]
Le rock a perdu ses couilles, le rap a changé de sexe
Allez tous aux bois, suivez le conseil à SixCoups en access [1]

Prime time, tu m’verras pas kicker, j’me mêle pas à leur foule
Autant voir le président du CRIF faire une quenelle à la fouille [+1]
J’ai laissé l’sourire, l’ADN sur la scène du crime
J’fais la musique du diable, pété au sang du Christ [1.25]

Que des buzz prématurés, pleins d’carrières dans des couveuses
T’es un crash test, c’est un go fast, ta zik fait l’ouvreuse [2]
Trop de fans, j’suis un peu Dexter, j’ai qu’des buts sanglants
Y’a moins d’fans que des experts suceurs, des putes sans dents [2]

Un avenir incertain, impuissant je constate
Sur les propos à Guerlain j’me libère la prostate [2]
Loin de Place Vendôme, de l’avenir à Robb Stark
Maître de mon royaume, le roi d’un château de cartes [1]

Tu veux faire un peu de promo, franchir des barrières ?
Parle pas de juifs et d’homo si tu veux un semblant de carrière [2]
D’ailleurs, parle plus de rien à l’heure où les lobbies nous font mentir
L’repli communautaire nous a montré qu’on n’peut plus rien dire [1]

Source :  rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    58.5/79 pts soit    11.10/15

–  Profondeur                          2.75/4 pts
–  Punchlines/Styles               2.5/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          1/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  18.10/25  soit  14.48/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
8. Je voulais un monde https://www.youtube.com/watch?v=eVnygsQT4Qo

Est typique, petite vie de famille, petite maison
Il vit à l’Est où le soleil brille qu’importe les saisons [2]
Où tous sont protecteurs envers le cadet de la fratrie
En compagnie de ses frères et soeurs, rien ne l’attriste [1.75]

Et chaque jour, assis sagement à table
Il voit partir ses grands frères et puis rentrer sans cartable [2]
Les genoux écorchés, les visages couverts de poussière
Ils lui expliquent que dehors, bah ils s’amusent à faire la guerre [2]

Vie ordinaire quand l’quotidien est établi
Dans son imaginaire, il a son petit monde à lui [2]
Oui lui aussi veux jouer comme si c’était une grande bataille d’eau
Comme sous ses duvets quand il déplace ses G.I. Joe ! [2]

Et dans son jeu, il met les méchants en prison
Il bombarde des innocents comme il bombarde sa maison [1]
Comment se rendre compte de l’enjeu quand t’as la tête dans les nuages ?
Que les grands perdent la raison et viennent bombarder ton village ? [2]

J’voulais un monde, juste et droit, mais je n’vois que des gens qui sombrent
Est-c’qu’on a le choix ? Pourquoi papa vit sous les bombes ?
J’comprends pas ! Si j’ai grandis sous les décombres [3]
Le monde va mal frérot !

Y’a eu maldonne quand ils m’ont évacué
Au sud de la Sierra Leone, mais je me suis habitué [-1]
À vivre loin de mes terres, de mes frères, de mes parents
Deux-trois cachets pour me faire taire et du coup, je trouve ça marrant [2]

Ils m’expliquent qu’ils m’ont aidé que sans eux je serai échoué
Que l’Afrique est un immense parc de jeu et qu’je peux jouer/ [2]
Au gentil et au méchant comme dans la cour de l’école
« Haut les mains » disaient les grands et tout le monde se couchait au sol [1]

J’ai pour mission secrète de capturer des bandits
Les autres sont des traîtres, moi je fais parti des gentils [2]
Ils me prennent avec eux, m’entrainent dans leur jeu
Encore deux-trois cachets et j’ai ce voile dans les yeux [2]

Et mon rire est nerveux, tout c’qui est violence devient fun
Dans mes petits bras chétifs, ils y ont déposé un gun [2]
Prêt à commettre l’interdit, venu sonner le glas
Dis à maman que son fiston est devenu enfant-soldat [1]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    28.75/36 pts soit    11.97/15

–  Profondeur                          3/4 pts
–  Punchlines/Styles               2.25/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  18.97/25  soit   15.17/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9- Ils nous condamnent

Ils nous condamnent, nous blâment
Votre jeunesse est le triste constat
D’une société en panne, aux armes [2.25]
Pour se faire entendre faut qu’on…

Ils nous racontent que du flanc, pour ça ils ont du savoir faire
Ils sont habiles à l’écran et manient la langue de Molière [1]
Ils ont établis leurs plans et aiment nous jeter la pierre
Politiques intolérants qui dans le fond se soucient guère [1]

Eh, des vrais soucis qu’ont les frères, t’es au RSA ou smicard
Vu qu’on galère au point de vue monétaire, où sont passées les barres ?
On part avec un handicap et du coup on résiste
Vu qu’on est pas tous égaux dès le départ [2]

Que de la bouche, font semblant d’être touchés
par les problèmes des gens mais c’est là-dedans qu’ils aiment se moucher [2]
Ils prétendent marcher droit, reprennent les lois des lepénistes
Ils manient la langue de bois à en devenir ébénistes [2]

François gouverne la France, les démunis sont à la chaîne
Parle de relancer la croissance alors qu’il a loupé la sienne [2]
Que dire des politiques et leurs combines mafieuses ?
Ce n’est que de la rhétorique creuse [2]

Pour se faire entendre faut qu’on se batte

Sans te mentir, je suis déjà prisonnier dans un putain de schéma cop
Quelques ragots, aucun magot pour augmenter ma côte [1.75]
J’ai vu leurs crasses comme ils nous crament, j’ai crié « Oh my god ! »
Et si j’en parle, ils diront grave que je suis démagogue [1]

Ça peut vous offenser, avant d’être un français moyen
Faudrait déjà qu’on me donne le moyen d’être un français [+0]
Qui parle de zéro risque ? Les chiffres disent
J’ai plus de chance d’être tué par un flic que par un terroriste [+2]

Les balles se perdent, les braves coopèrent, mon rap s’opère [1]
Mes blacks trop d’peines et ce depuis l’enfance
Les braquos prennent, les bastos traînent, les blackos craignent [1]
Leurs blagues obscènes, leur légitime défense [2]

Les âmes se perdent, le crack opère, les accros prennent
Les narquos trainent et leurs business avancent
Les fachos plaisent, leurs salles sont pleines [2]
Leurs voix soutiennent que Sarko revienne pour libérer la France [2]

Un code barre anonyme, c’est c’que les gens méritent
J’pleure la mort de Trayvon Martin et de Clément Meric [2]
J’ai l’impression de chanter ça depuis le commencement
Mais c’est le même problème et c’est un éternel recommencement [2]

Ils nous condamnent, nous blâment
Société en panne, pour se faire entendre faut qu’on s’arme [2]

Si je parlais de nos peines, pas de justice, pas de paix
Ils me diront que c’est démago
Si je parle de tout ce qu’on a souffert et de tout ce qu’on a su faire

C’est démago.. [1]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    34/47 pts soit   10.85/15

–  Profondeur                          3.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               2.5/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          1/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  18.60/25  soit  14.88/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10- JCVD

– Cet homme est sensé représenter le clan Tanaka ! Tu ne ressembles pas à un Tanaka
– Shidoshi Tanaka est mon maître
– Si Senzo Tanaka est son shidoshi, alors qu’il nous montre le Dim-mak…

Maître Tuni, client indéfendable
Comme Tony, tes balles je les sens pas
Fuck Chuck Norris, fuck tous tes mangas [2]
Whoop, whoop ! Jean-Claude Van Damme [1.75]

Neuf-Cinq, phénomène de vandale
Toujours à-l depuis Boss of Scandal’ [2]
C’est la te-fê, c’est la mort du gendarme
Whoop, whoop ! Jean-Claude Van Damme, Jean-Claude Van Damme
Jean-Claude Van Damme, Jean-Claude Van Damme

Whoop, whoop ! Jean-Claude Van Damme [1]

Esquive rotative, touché, point
On va tous les brancher, cent-mille volts
Il est calibré, il va tirer, colt
*Bruits de tirs*, #UsainBolt [1.5]

Maître Tuni, coup de cric
On s’ballade en pe-sli ou t’es tricard »
Fais tourner la cons’, fais chauffer le Bricard [2]
Whoop, whoop ! #Bouteflika [+2]

Je voulais rapper, mais je voulais pas ça
Rap Game français : cours de salsa [2]
On va tirer sur les grands : Sauvez Gaza !
Whoop, whoop ! #JoeyZasa [2]

Fais pas ton malin, d’où j’arrive c’est la zone
T’attends ton tour, tu veux flamber, klaxonne [2]
On va te faire danser, jeu de jambes et passements
Who’s Bad ! #MichaelJackson

Tu pleurais tes ventes, j’étais déjà Ro-Ro
Que va faire le pit’ face à un taureau ? [2]
Ramène ta clique, même la mère à Rambo
Le mur s’éfrite, pshht #TongPo [1.5]

Punchline, guest, flow d’ordinateur
J’suis sur l’podium, fuck les acteurs [2]
Multi-platinium de rappeurs
Whoop, whoop ! #TuniSniper [1]

J’suis dans la Mannschaft #MesutÖzil
Ton père, mon père, c’est pas Rothschild [2]
On prend le terrain, crapulax comme The Shield
Bang, Bang ! #MarloStanfield [1]

Tfou, game de mythos
T’écouteras plus jamais de rap si j’ouvre le rideau [2]
Double ciseau, bail d’aïkido
Hum, Hum ! #WhiteWidow [2]

Oh ! Stop, arrêtez les clapements, merde !
Arrêtez cette histoire. Je parle du coeur ici
On n’est pas du show-business ! Ok ?!
Je suis un homme qui parle à un homme…
Mais après faut commencer à se calmer, sinon on se fait…

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    31.75/50 pts soit    9.52/15

–  Profondeur                          2/4 pts
–  Punchlines/Styles               1.75/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  14.27/25  soit  11.42/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11. Fer De Lance

Perverti est le monde, les ambitions ont changé
J’vais pas t’faire un dessin, khey elles n’ont pas que le dos nu
La télé dévergonde, je vois venir le danger [0]
Petit, on voulait être médecin, aujourd’hui elles veulent être connues [2]

Leur idées saugrenues vont servir de pansements
Le diable est promu, danse parmi les bien-pensants [2]
Ils ont un penchant pour la tise, une paire de Louboutin
Aberrant, ils s’interdisent même d’ouvrir un bouquin [2]

Et tu bugues, fais l’aveugle, mais ton avenir est grillé
Et tu vas pas changer leurs règles, khey, tu vas t’y plier [0]
Et tu vas crier qu’on t’écoute ou t’dégoûte quand ça cloche
Même les bénéfices du doute finissent dans leurs poches [2]

Brandir le métal, faire danser la culasse
Personne n’arrête les balles : t’es pas Iker Casillas [1.5]
Voir tes exigences à la baisse, quitter la tess’ [1]
Pour vivre mieux, Inch’Allah si Dieu veut [1]

On peut toujours faire mieux
Bouffon, restons sérieux [2]
Et j’me positionne en tant qu’fer de lance
Entouré de merdeux

Ils font tous les nerveux [2]
Mais c’est face à face que les bails commencent [2]
Y’a les flics et les teigneux
Les cleans et les véreux [2]

Pour qui on applique la loi du silence
On t’a promis ce rêve bleu [1]
De changer les règles
Aujourd’hui c’est Hollande, donc ça recommence [2]

Depuis le berceau la bombe est amorcée
Eh c’est Tunisan’, j’ai la vibe, j’fais des thunes en chantant
Eh, sombre maestro, je choque à chaque verset [-1]
J’ai la rime sale, Nine-Five : digne représentant [2]

Et bienvenue dans la danse, là où l’on t’baise c’est navrant
Où ils cachent leur innocence derrière quelques mots savants [2]
Dans le rap hexagonal : un chemin à m’frayer
Je n’suis qu’un marginal avec un loyer à payer [2]

Oui les valeurs s’font la belle, frérot tout est sale
S’il faut souffrir pour être belle, toi t’as jamais mal [2]
Et pour l’euro tu galopes : tout est négociable
Non t’es pas une salope, t’es vaginalement très sociable [2]

Jamais renoncer, même si je me fais bouillave
Je suis venu dénoncer sans faire du rap de poucave [2]
Et rien d’grave, ils ont grandi les lionceaux
Paumés, et le Diable ramasse les morceaux [2]

On prétend être libre de vivre comme on aime
Mais on évolue en équilibre sur des chaînes [1]
Que Dieu nous guide, leurs lois nous lacèrent
Le Diable réside où les anges sont en galère [2]

T’sers à rien, t’hallucines, tu fais d’la déco
Diplômé d’médecine, tu finis chez Adecco [2]
Non cherche pas, on n’est pas des victimes
Du coup on les lèche pas, mais on les casse, les vitrines [2]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    40.5/52 pts soit    11.68/15

–  Profondeur                          2.75/4 pts
–  Punchlines/Styles               2.25/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  18.18/25  soit   14.54/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12- Amour poison

Si élégante, jolie plante, oui je suis tenté
Si envoûtante cette idée de te fréquenter
Je pense à nos fous-rires, ton visage vient me hanter [2]
Les souvenirs me font souffrir, j’en perds la santé [0]

Premiers instants, première instance pour me charmer
Regard revolver, mon cœur à terre, tes yeux ont parlé [0]
Non ça ne s’explique pas, j’ai toujours été entier
Je t’ai donné un bout de moi, ce qui a fait de toi ma moitié [0]

Amour passionné et le cœur harponné
Si attachés, si fiers qu’on ne s’est pas pardonné [2]
J’ai fini par paumer ce que j’attendais
Obnubilé par le peu de sentiments que tu me vendais [0]

Moi qui ne parles pas, ce défaut me traquent mais bon
Je n’ai pas mis l’amour dans mes mots mais dans mes actes
On fait jamais la part des choses, toujours dans l’excès
Un petit bout de pas grand-chose suffit à te vexer [0]

On agit sans réfléchir, on dit au revoir au désir
On a écrit notre histoire sur une page qui se déchire [2]
Sur une page qui se déchire..

On se blesse, on se désire
Des caresses qui nous déchirent
Qui a tort, qui a raison ?

Amour poison ! [1]
De l’amour à la haine, de l’amour à la haine
De l’amour à la haine, on se ment à nous-mêmes [1]

J’ai cette boule au ventre lorsque j’entends ton prénom
Je fais semblant mais mon cœur est dans la pénombre [1.75]
Piètre menteur, caché sous un beau masque
Je pleure mon âme-sœur sans qu’ils ne le remarquent [1.5]

J’ai perdu l’appétit, tristes séquelles
Les journées pendu au phone-tel à espérer que tu appelles [2]
En vain, je réalises enfin que c’est la fin du bal
Pour t’oublier j’ai pris le mal par le mal [1]

Et je parle à des filles qui n’racontent que de la merde
Elles ne t’arrivent pas à la cheville, je réalises que j’t’ai perdue
J’vais les amadouer en échange d’un tragédie inavouée
Je joue la comédie pour mieux les bafouer [0]

« Oui tu es mon officielle, allez miss couches-toi là
Eh bébé tu es belle, écartes les cuisses, fermes-la » [1]
Je ne veux rien savoir de toi, hors de question de me ranger
Tu t’es foutue de moi, donc j’ai l’intention de me venger [2]

J’aimerais vous faire mal comme j’ai souffert
Mon malheur est offert au sacrifice d’une chimère [1]
Meurtri dans ma chair, j’ai vu ma gentillesse s’envoler
Je ne me reconnais plus, où est ce cœur qu’on m’a volé ? [2]

Puis arrive cette fleur d’une douceur, qui étrangement m’apaise le cœur
Ces mots sont des pansements, elle a balayée mes peurs [2]
M’a fait comprendre l’amour
Oui tu étais une erreur, un accident de parcours [2]

Puis l’atout s’efface et le temps se change en gomme
La raison prend place, en fait tu n’étais pas la bonne [2]
Cœur brisé dans les décombres, laissé à l’abandon
J’ai reconstruis un monde qui portait ton prénom [1]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    28.25/53 pts soit    7.99/15

–  Profondeur                          2.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  13.74/25  soit   10.99/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13. Mout

J’ai grandi avec que dalle, j’ai un empire à ériger
On n’est pas tous nés sous l’étoile des privilégiés [0]
Considérés comme du bétail, placé dans les cités dor-toir
Et pris pour des cobayes, des souris d’labora-toire ! [1]

Oui ils nous guettent à la loupe ! Disent qu’on est bon qu’à vendre
Khey ils attendent le scoop pour mieux pouvoir nous descendre ! [2]
Lâchent de l’info à notre insu, ils se sont cru au zoo !
Et toutes ces langues de Keh’ font de l’abus d’cas sociaux ! [2]

T-T-Te parler d’autre chose ? Mais y’a rien qui m’attise
On a toujours été pauvres donc on connait pas la crise [2]
Venu pour plaider ma cause ! J’ai la prose qui traumatise
Tous ces clébards qui m’arrosent sont les mêmes qui m’font la bise ! [2]

BITCHES !

Fréro j’vois que des mecs paro, des toxicos, des malades
Des grosses autos, des beaux restau’, des gros lolos pour madame ! [1.75]
Les alcoolos du comico en Mondéo se pavanent
Des feintes de flow, mec tout est faux ! Ici, c’est Paname ! [2]

Enfoiré c’est Mout ! Pour le khalis, on se saigne
Tout niquer, tout brûler, tout c’que nos p’tits frères apprennent [2]
Que tout le monde se couche ! Dans le mal personne nous freine !
Sheitan nous emmène, c’est dans le mauvais qu’on s’engraine ! [2]

Enfoiré c’est Mout !
Mout ! [1]

Rapper, taffer, pas d’timinik ! Réfléchis pas
Faut s’taper, s’échapper. Mon low kick ? négocies pas [1]
T’es fâché, éméché, arrêtez donc d’nous ficha !
C’est pécher, une féfé juste pour fumer une chicha ! [2]

Rien à foutre, v’là les fous ! Vol au d’ssus d’un nid de chtarbés !
Crache les sous ! Prends des coups mais quitte à l’intention de barber [2]
Tous tes mouts, les jaloux passent à table pour te plomber
Sur Paname, j’ai vu le diable en talons hauts, le cul bombé ! [0]

Fuck les gens ! On est ceux qu’tes parents déconseillent
Oui on est différents ! Alors que vous êtes tous pareils ! [1]
Fuck si on dérange ! Y’a tellement d’mélange dans les composés
On n’est pas des anges mais faut qu’on mange khey, la banlieue vient causer ! [0]

Pour des centimes, on a tendance à s’brader
Tellement qu’on trime, la poisse en prime, on est amenés à craquer [2]
On nous comprime et c’qu’on exprime n’est que violence à calquer
Quand l’oppresseur pousse vers le crime et la victime à braquer [2]

J’reviens remettre une couche, fermer des bouches en quelques rimes
Daniel Allouche gère mon entrée sur le ring [1.5]
Trop longtemps mis sur la touche, nous-mêmes, on s’est mécra
Dis-moi avec qui tu traînes, j’dirais qui te la mettra ! [2]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    31.25/43 pts soit    10.90/15

–  Profondeur                          3/4 pts
–  Punchlines/Styles               2.25/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  17.90/25  soit   14.32/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
14. Mariage forcé

Ne m’demandez pas de choisir entre mon père et ma mère, non
Je n’saurais vous dire qui de l’un ou l’autre m’est le plus cher, non
Ne m’demandez pas de choisir entre mon père et ma mère
Je ne pourrai jamais, non [1]

Au pays des païens, entre le Dîn et Satan
Galérien tout terrain, malgré une trentaine de printemps [1]
Oui j’y, ai fait mes places, mes coups de crasse, mes études
J’y ai pris mes codes et mes salles habitudes [2]

Dur de prendre de l’altitude, dur d’avancer
Partagé entre deux terres, je ne sais sur quel pied danser [0]
Oui je suis ce petit blanc, bien portant dans mon village
Et malgré mon bronzage j’garde la ce-Fran sur le visage [2]

Ici c’est, un gamin souffrant d’un devoir de mémoire
Entaché, d’un mouton dans la baignoire [2]
Oui, choisir mon origine, je ne pourrai
Faudrait qu’ils sachent c’que serait [-1]

Un arbre sans racine ou un homme sans attache torturé
France-Maghreb, tout un rêve de parents sans recul
Qu’ont enfanté toute une génération de gamins perdus [1.75]
Choisir un bled, drôle de délire ma parole
Comme si j’te demandais de choisir entre le daron ou ta daronne [1.75]

Ne m’demandez pas d’épouser l’une ou l’autre, je ne veux pas de ce mariage forcé
Ne m’demandez pas de choisir entre deux, car je serai contraint de divorcer [0]
Perdu dans mes doutes, mes repères s’envolent
Comment pourrais-je faire ce choix ?
J’en serai malade, j’en serai malade !

Dites-moi ce que je possède à part une origine à prôner
Même quelques clébards m’ont demandé de les renier [-1]
Perdu entre deux pays, ces différences qu’on martèle
Enfant de la patrie pas descendant de Charles Martel [2]

Faut-il que je soit docile, muet, invisible sans déranger
Que j’excelle pour être un bon étranger [2]
Il m’est interdit d’être « bof », ou médiocre j’demeure dans la virtualité [-1]
Faciès mitigée, le reflet de notre époque

Vos préjugés sont lourds, difficile de passer outre
Diabolisées, les sœurs ont mis un long voile sur des idées courtes [2]
Désavantagés, on part perdant dès le départ
J’offre des roses à ceux qui ont les idées noires [2]

Un phénomène de foire, une bonne poire sur qui taper
L’Histoire nous a montrée, qu’un prénom peut t’handicaper [2]
C’qu’il y a sur nos faciès, ne cherchez pas à l’effacer
On reste pleins de richesse, de préjugés à dépasser [2]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes  20.5/42 pts soit   7.32/15

–  Profondeur                          3.75/4 pts
–  Punchlines/Styles               2.75/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  14.82/25  soit   12.25/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15. Les oreilles qui sifflent

Y’a pas grand chose à faire, donc fais-le bien
Si je suis ton frère, tu es le mien [2]
À l’édifice je mets ma pierre si on est plein
Si on agit, on opère : on est la France de demain [2]

Un mal qui empiète, distribue des étiquettes
Qui enlève le côté honnête, qui détruit et qui entête [2]
Victime de c’que je reflète : nouveau mal de ce siècle
Le mal de mes ancêtres, une maladie qui me guette [1]

J’ai touché le stylo, le cœur avide
Pour tartiner des mots au goût acide [2]
Je suis français, celui qu’on néglige
J’aime mon pays, pas ceux qui le dirigent [2]

Les gens sont sans pitié, de leçon sont des donneurs
Si faux-cul était un métier, y’aurait pas beaucoup d’chômeurs [2]
Abrutis par l’quotidien, la chatte et l’euro
Ne sont pas pro-Palestiniens mais ils sont pro-B2O [2]

Instrumentalisés pour que les minorités se reconnaissent
Et pour paraître honnêtes, donnent la parole à deux-trois marionnettes [1.75]
Afin de nous valoriser, excusez-moi, c’est des broutilles
France d’en-bas ne ressemble pas à Rachida ou Malek Boutih [1.75]

Noirs ou Blancs, ils ressemblent à tes frelons
L’aspect du sympathisant, mais le discours du colon [1]
Les vrais penseurs n’sont pas dans vos débats télévisés
Juste quelques collabeurs qui parlent au nom d’une communauté [-1]

Diaboliser le Musulman comme l’a fait Nicolas
Oui, ils font le ramadan, mais vous rackettent vos pains au chocolat [2]
Du coup les braves gens ont peur, ont la haine qui s’éveille
Voient en chaque maghrébin un Mohammed Merah qui sommeille [1]

Et là, le mal est fait, traumatisés
Les mêmes qui nous manipulent diront d’pas généraliser [2]
Outil de désinformation fixé au téléviseur
Communication faite pour jouer avec nos peurs [1]

Et ça marche : pour un rien, on se clashe
Dans la terreur, on se cache [2]
Et sur l’étranger, on crache [1]
Et t’oublies tout l’reste, vu qu’tu bloques sur un détail

Ta vie régresse pendant qu’tu broutes comme du bétail [2]
Ils focalisent ton attention, t’es tombé dans leur manège
T’en fais une fixation, pendant qu’ils sucrent tes privilèges [2]
Et l’pire, c’est qu’ils ne reconnaissent pas leurs fautes

Ils arriveront à dire que le problème vient des autres [2]
Et les autres, c’est toi, c’est moi, des jeunes en colère
Et la France ressemble pas à un dimanche chez Drucker [1]
Y’a des gens qui galèrent, que vous laissez aboyer

Cinq personnes pour un salaire, dur de payer un loyer [0]
Noyés sous des tonnes de problèmes, le monde est stone
Y’a des mendiants et des roms, des mecs qui dorment dans l’tro-m’ [1.25]

Pendant qu’vous festoyez
Personne n’vient leur prêter main forte
Donc voyez tout le mépris que je vous porte [2]

Ils ont les oreilles qui sifflent

Petit capitaliste, dicte-moi mes codes
Instrumentalise ma foi et mes dogmes [1.5]
À ta guise, prends-nous pour des saltimbanques
Idéalise ta morale régie par la loi des banques [2]

Par la loi des tanks, tu vises le profit
Tu divises, déguises tes intentions et mets les gens en conflit [2]
Ta devise n’est que boursière, pille une nation
Pour quelques actionnaires et un taux d’inflation [2]

Choisis tes adversaires imaginaires, des religieux actifs
Tendancieux, on oublie qu’une guerre c’est lucratif [2]
Des tyrans aspirant à prendre ce qu’on détient
Ils vont attaquer l’Iran et dire qu’c’est pour notre bien [1]

Les médias font semblant, complices de leurs tromperies
Ont choisi leur camp et oriente le conflit [1]
C’est les gentils hippies qui disent aimer l’Coran
Et par dépit, jouent à SimCity au Proche-Orient [2]

Ils nous délivrent du mal, d’une utopie
Aujourd’hui, être libre dépend d’la puissance du lobby [2]
Tu cries à l’infamie, t’aimerais changer les choses, tant pis
T’as vite compris qu’ici on n’écoute pas les pauvres, vu qu’ils [1]

Manient les mots, t’es forcément parano, démago [1]
Hors propos, qui vient crier au complot
Eh oui : si l’assassin est maghrébin, c’est qu’il fait son jihad
Si l’assassin est norvégien, il est juste fou et malade [1]

Qui sert de pansement ? Qui sert de bouclier ?
Le Musulman, la France des oubliés [2]
Le bon exemple est celui qui gère l’info
La haine n’a plus besoin d’ « Mein Kampf », elle a Charlie Hebdo [1]

Mais dans l’fond, qu’est-c’que tu y peux vraiment ?
À part t’indigner, n’pas être indifférent ? [2]
Faire le bon samaritain, ça paye pas, my men
T’es pas Robin des Bois, faut déjà s’en sortir soi-même [1]

Y’a l’Africain, le Noiche, y’a la lutte des classes
Toute l’année, tu craches, y’a le chômage de masse [2]
Les factures qui s’entassent, la justice qui avorte
À la ramasse, comment n’pas balayer devant sa porte ? [2]

Fatigué de faire le moulin à vent
L’impression d’me répéter constamment [2]
Tu vas faire quoi si on t’enlève tes droits ?
À part taper un coup d’gueule et faire la grève du mois ? [1]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    69.25/91 pts soit    11.41/15

–  Profondeur                          2.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  17.16/25  soit   13.73/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16. Carré

Magnum sur la table, gros Mathu’
Frérot vas-y pose la bouteille de jérobo’
Eh joue pas l’économe, on met d’côté nos vies de rue [1]
Oui si t’es lourd vas-y pose le Nabucho’ [1]

5h du mat, j’veux pas me lever
Elles sont toutes belles après 3-4 res-ver [0]
J’vais leur faire l’zga même si y’a pas de lovés
L’équipe veut du sale, t’inquiète je vais pas m’sauver [0]

On arrive en masse, on fait la bise aux videurs
Et veuillez laisser place à ma bande de petits beurs [2]
On se met lourds et l’équipe se la règle dure
La nuit joue des tours, il y a ce qu’il faut dans la voiture [1]

Hermès, Gucci, choux comme Jimmy
Et y’a les belles Bellucci et les poufs qui l’imitent [1.75]
Et elles sont toutes maquillées comme des voitures
C’est pas des œuvres d’art, donc j’peux pas me les voir en peinture [1]

Eh serveur, mon frère, ramène la boisson
On va claquer ton salaire dans un verre et des glaçons [2]
Elles sont toutes au-ch et op’ pour un p’tit flirt
Et rien qu’elle te regarde, elle t’as déjà ôté le tee-shirt [2]

Des-des-des Nicki Minaj, le ne-ne-nez dans la poudre
Elles ont peur de l’orage, mais rêvent toutes d’un coup de foudre [2]
Eh cous’ des embrouilles on en a rien à foutre !
Après deux-trois verres, on devient tous joueurs de foot [1.75]

Lis l’avenir dans un glaçon, va gratter laisse mon verre
Saute, check la main qui rempli wesh mon frère ! [2]
Tester oublie man ! Attaquer So’l’best
Ou prends une twitpics avant le drame qui suivra ton geste [2]

Taxi, vile-ci, Gucci, sisi ! Un vrai bonhomme, c’est ça qu’les raclis veulent !
Placer, peser, Louis Vui-tonner ! Fiane-so ! C’est ça qu’les raclis gueulent ! [2]
On danse pas, on bouge la tête, on fait la gueule. Pousse-toi !
La que-mar de mon pull, c’est « tu-tu-tu m’touches pas » [1.75]

J’veux une table de Pampryl, j’suis fracassé !
La vodka est mal…HHM La vodka est mal passée ! [2]
Va vomir t’es puni, blanc comme un Lacoste uni !
Y’a qu’des bouffons dans la choré’ comme aux Etats-Unis ! [2]

Where is mon gars Freddy ? Mon Vald mon Tunisan’ ?
J’vois qu’des Michael Jackson tourner comme un gyro d’police !
Fiane-So Man ! [1]

Quand j’arrive, j’suis bad, sombre ! Vin Diesel dans Riddick
Au dessus des limites, je rap, [prince qui vous rend visite ?] [1.75]
Là, le temps s’arrête une minute. Ch-ch-Charger le physique ! [1]
Attitude et gimmick pire qu’un congolais de Guinée ! [+1]

Je brille comme le soleil à son Zenith
Qu’une pute neg’ m’imite, j’ai deux-quatre-dix MILF’s ! Vini
A ma ble-ta on « Rick Ross » on « P-Diddy » dit Louis Vuit’ [1]
J’ai la veste de Michael Jackson dans Beat It ! [2]

Yo, c’est comment ? 4 heures du mat’ sur ma tre-mon !
Pour faire durer le plaisir, j’vais les doggy-ner en slow-mo’ !
Le DJ crie mon nom ! [1]
Arrogant dans le style, genre une gifle sur une sse-fe avec un gros mot ! [2]

Y’a mes rabes-a de Paname, mes scars-la de Canal
Les fe-mmeu sont douces et les couisses et me Zlatanent le crâne [1.5]
– Vald, Tunis’ et fiane-So ! Diffrey, c’est la XXX
XXX Quitter le club d’un moonwalk en avant [1]

V-A-L !!
C’est quoi cette caricature ? Rapper, c’est tiser puis jaser sur l’boule de Karima ?
Nul ! ça, c’est facile à souhait ! J’préfère sniffer d’l’harissa [2]
J’fume la Marie-Jeanne que dans des feuilles de Paris-Match ! (VU ?)

Et je sais qu’on dit « page » normalement ! Je dis qu’c’la pour allemand ! [1]
J’fous des tartes aux Amants d’la Bastille !
Gros, j’suis fauché, c’est tragique ! [1.5]
Chaque fois, c’est Bachir qui paye l’addition

Mais j’péra, c’est magique !
Toujours un tar-pé à dis-position ! [3]

Hein c’est quoi l’truc ? Vos sales gueules en quadruple !?
Sapristi ! Une deux trois quatre putes ! [1.75]
Bon ! Parlons théorème ! (Naan!)
Prix du Kérosène ! (Naan!) [2]

Parlons verres offerts ? (Nan nan.)
Doble aux fesses ? OUI ! Parlons plaies aux fesses !
Et puis du jour où j’s’rai plein aux as !

Là, j’suis qu’un rappeur en galère, un foutu pléonasme ! [+2]
Niquez vos mères avec vos vieilles rimes !
Pénibles wacks V ! Vermine de carré VIP [1]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes   54.75/74 pts soit    11.09/15

–  Profondeur                          1.5/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          1/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  16.34/25  soit  13.07/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17. Si on se disait tout

Où sont passés mes amis, la XXX Deuil, Montmagny
L’Haÿ-les-Roses ou Orly, la DH ou Saint-Denis [1]
Torturé par les non-dits, tout ces trucs qu’on s’est promis
Déception est immense quand de l’amour t’en as trop mis [2]

Ces choses que j’ai omises de faire, j’ai commis mon frère
Eh pas mal d’erreurs dont je suis peu fier [1]
Insoumis, déters, quand les billets verts t’ont salis
Te font oublier que l’amitié c’est ghali [2]

Quand sans repères tu grandis, tu voles où tu mendies
Tes compères de galère bah tu t’en fais une famille [1.5]
Et destinés à régner pas le seul dans ma sère-mi
On se serre les coudes pour être plus forts face à l’ennemi [2]

Dans la jungle des bandits, t’apprends à t’y faire
C’est pas le monde de Candy, t’es Simba ou t’es Bambi
Et on se tue entre frères, on fait des safaris
Oui on chasse le mammifère comme dans Daktari [2.75]

On était petits et fous, dans le coup, dans l’kiffe
Et sans un sou, sans une fouffe juste le cul d’un splif’ [1.5]
Dans le vif du sujet, on prend nos premières cuites
Tout va trop vite au QG, donc on apprend à gruger

Et jeunes sauvages, le regard dans les abysses
Plein de rage, à l’âge où on n’sait que s’balader à dix [2]
Fuck l’école, les flics, on en fait une pierre deux coups
On cherche notre virilité à travers une paire de couilles [1.75]

Violence gratuite, devant les potes c’est trop tard pour renoncer
T’es pas une fiotte, mais tu pigeras que t’aurais pas du commencer [-1]
Après coup, tenir les murs quand y’a qu’ça à l’horizon
Pour beaucoup, ils se changent en mur d’prison [2]

Évident, amour et haine ensemble on fait les deux
À ciel ouvert, on purge nos peines face à Dieu
On brise nos chaînes comme on peut [1.5]
Un bout de teu-teu à consommer
Puis t’ouvres les yeux puis tu vois qu’tes rêves sont partis en fumée [-1]

Si on se disait tout
On effaçait les doutes
Toutes ces vieilles rancœurs qu’on a en travers de la gorge
Aujourd’hui tout est flou [2.5]

Mais est-ce que c’est [mout ?]
Y’a que dans la douleur que la vraie amitié se forge [2]

Candidats au suicide, à la soif de liquide on crache dans l’anti-pop
Sécheresse aride on a toujours pas l’antidote [2]
On prend quelques rides sans même s’alarmer là, à cramer des clopes
On sort armés, cran d’arrêt et capotes [1.5]

Mais le ventre est vide
On est lucide on sait qu’les pigeons picorent
Ils nous dénigrent mais on rêve d’inverser l’score [2]
Regard acide, quand de l’autre côté du périph’ faut une Visa

Un look, un défrisage pour ça qu’ils nous dévisagent [+1.75]
Arrogants, on a nos torts, avides donc on s’invite
Milite pour ton équipe, fous le del-bor et le slogan
En bande, on refait le monde, ça parle de chatte et d’émeute

Il a suffit d’une blonde et un chien a quitté la meute [2]
Certains s’égarent, il est trop tard pour lutter
On apprend la bagarre, pas à discuter [0]
Hagar habitués à s’démerder livrés à l’éternel

Mais un billet a tué le côté fraternel : [2]
« – Ouais t’as mon gent-ar ?
– Qu’est-ce que tu m’parles de gent-ar là ? [1.5]
– Eh ramène mes sous là j’te dis

– Vas-y, casse toi d’là va gratter, va t’faire enculer, pas d’gent-ar ici » [1]
La fierté s’en mêle on s’prend la tête sans s’douter des préjudices
Dire qu’on regrette fait pas parti d’la notice [1]
Embrouilles pour des clopinettes, il manque quelqu’un devant le photographe

Hier on était khwet, mais le diable a fait son taff [1.75]
On est tellement stupides, plus les ennuis s’confondent
Cupide de cette saloperie qui dirige le monde [2]
Quand on était mioches, c’était à la vie à la mort, c’est moche

Quand tu comprends que ton meilleur ami c’est ta poche [2]
D’abord, en conflit, t’mets des cartouches dans le chargeur
T’apprends à compter tes amis, du pouce jusqu’au majeur [2]
Même si nos points commun ont changé, t’es pas infréquentable

Pas pour autant un étranger, t’es le bienvenu à ma table [2]
Jeune gamin, mais l’amitié fait des siennes
Le temps est assassin, une ignoble esthéticienne [2]
Fais comme il te convient, pourquoi ton sourire est crispé
C’est vrai, qu’on se doit rien, enfin juste du respect [-1]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes   49/76 pts soit    9.67/15

–  Profondeur                          2.5/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.75/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  15.92/25  soit   12.73/20

 

 

 

 

 

Pour conclure,

tunisiano-marque-a-vie-cover-album-2014

 

Évaluation textuelle de cet album – Marqué à vie – est de 226.6/17 soit 13.33/20.

Il peut donc être qualifié d’album textuellement bon

 

 

 

 

 

 

Osez le bon sens !

YDM

 

 

 

Be the first to comment on "Tunisiano – Marqué à vie : un putain de bel album"

Leave a comment