Tu me survivras

Maman, mama, ma
C’est Monsieur Triste
Monsieur Timide
C’est ton fils, mama

C’est moi
Encore moi
Toujours moi
Maman

Je viens de prendre conscience
Qu’un jour, tu disparaîtras
Je viens d’en prendre conscience
Je ne m’en remettrais pas

J’essaie encore d’être quelqu’un de bien
Je crois peu à l’humain
Je crois en toi et je me retiens
Je me refuse à acheter un chien

Le monde est dur
Ne m’en veux pas de me plaindre
Je t’en voudrais de m’avoir fait naître
Faut être un homme ou s’éteindre

Être honnête et digne
C’est sans doute le signe
De mon éducation réussie
Je suis devenu un homme

Le serais-je encore
Quand tu traverseras l’ultime porte ?
Maman, je te dois tellement
Tout, même mes errements

Tu as tout bien fait, comme toujours
J’ai essayé, j’ai essayé
Si tu savais comme j’ai espéré
Être à la hauteur de ton parcours

J’ai vu mes nègres paraître
Comparaître, se compromettre
J’ai vu ma négritude en bas résilles
Faire la pute pour quelques vétilles

Je ne suis pas vulgaire
Tu devrais lire leurs revues de presse
J’ai juste éteint les feux de détresse
Sur l’autoroute de la colère

J’aimerais croire à de meilleurs lendemains
Mais elles prennent de meilleures pilules
Elles sont si futiles
Inutiles comme mes meilleurs parchemins

Je n’écris pas, je vomis
Ne me lis pas, t’en mourras
Au-delà de leur philo, il y’a ma phobie
Et entre deux ires, il y’a ton amour

Leurs espoirs m’affligent
La haine m’aveugle
Mais ta voix me guide
Sans cesse, au mieux

Je devrais te parler de toi
Je te parle du dehors
Du monde, car sans toit
Je ferais partie du décor

Maman, Mama, Ma
Le monde va mal
Mais il s’en va
Tant pis

Si tu t’en allais avant moi
Serais-je encore le même ?
Pour moi
Cela me tuerait

Si je crevais avant toi
Cela me ferait de la peine
Pour toi
Cela me tuerait

Maman
Pour éviter de nous infliger
Tous ces tourments
On devrait mourir ensemble

Be the first to comment on "Tu me survivras"

Leave a comment