Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le dîner du Crif …

A l’apparition de ce titre dans les moteurs de recherches, Sarkozy et Hollande : rencontre cordiale au dîner du Crif, nous avons immédiatement pensé au livre de Jean-Claude Barreau. Nous avions oublié le rendez-vous annuel de la repentance institué par les autorités gouvernementales, convoquées par le Crifj, conseil représentatif des institutions juives de France, association communautaire qui œuvre pour les intérêts de cette communauté depuis… Cela devrait se trouver sur leur site.

Vous l’aurez compris, nous ne dérogeons pas à la longue liste de personnes indignées par cette convocation quasi-obligatoire annuelle du gouvernement pour écouter les prêches et les plaintes d’une communauté. Un peu de cohérence.

Et après, ces mêmes dirigeants politiques s’étonneront de la montée du communautarisme et du peu de respect, de crédit dont les populations ont à leurs égards.

Comme promis, nous inscrivons l’excellent livre de Jean-Claude Barreau dans notre chaîne de lecture.

 

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Israël sans jamais oser le demander, Ed du Toucan, 2010

 

C’est le livre qu’il faut à toute personne qui souhaite comprendre le conflit israël-palestinien, sans parti pris ni manipulations grossières de quelque partie que ce soit.

Mr Barreau dresse simplement l’histoire de la Palestine. Vous y apprendrez tout, dans un français courant et en 185 pages. C’est une initiation parfaite et complète à cette question et elle ne pourra que vous aider à mieux cerner la suite des évènements en Palestine.

 

Jean-Claude Barreau s’appuie sur son expérience algérienne pour analyser froidement le cas palestinien. Il présente les belligérants, la préhistoire d’Israël, le sionisme, Herzl, les pogroms, le yichouv et les premières aliya, Jabotinsky, Eretz Israel, le créateur des attentats, les manipulations, la guerre de 6 jours, les actes manqués, … Bref, vous aurez la genèse et la maturation de cette construction mythique. Il s’appuie sur des travaux de Benny Morris, Tom Segev, Schlomo Sand et montre que l’histoire n’est pas toujours celle que l’on nous raconte.

 

Cela montre finalement que la seule loi du Talion gouverne et gouvernera encore pendant longtemps les relations internationales. C’est une plongée assez passionnante dans le monde de la propagande et de la culpabilisation.

 

Chaque phrase de ce livre pourrait être une citation, tellement c’est dense et riche. Un nectar de vérité historique.

Tout d’abord Israël n’est pas, comme je le croyais, une conséquence de l’ignoble massacre des juifs par les nazis de 1942 à 1945 que Claude Lanzmann baptisera la Shoah. Cinquante ans avant cette tragédie, les juifs vivaient à peu près en paix en Europe occidentale et en Amérique. Page 53

 

Nous y avons appris des choses tellement énormes, qui feraient passer n’importe quel quidam pour un extrémiste viscéral. Par exemple :

 

La Nakba ou le transfert ou plus clairement la déportation des indigènes palestiniens

Des contacts existèrent ainsi longtemps entre les autorités du Yichouv et celles de l’Allemagne nazie pour négocier le départ vers la Palestine de juifs allemands, comme décrit Tom Segev dans le Septième million. Page 71

<<Je suis pour un transfert obligatoire des Arabes de Palestine vers les pays environnants. Je n'y vois rien d'immoral>> (Débats conservés sous la référence CAA/5100/248).

Il dira le 27 juillet 1948: <<L’expulsion vers les pays arabes des indigènes qui vivent sur le territoire qui nous a été attribué par l’ONU et sur celui que nous avons conquis n’est que justice>> (IDFA Ben Gourion Correspondance) Page 71

Assimilation ?

César, notre conquérant, a massacré un million de Gaulois, mais ensuite les Gaulois sont devenus romains. Alors que l’Etat d’Israël ne veut surtout pas assimiler les Arabes. Même ceux qui en 1948 sont restés à l’intérieur de ses frontières demeurent pour lui des citoyens de seconde zone. En particulier, il ne les convoque pas sous les armes. Page 75

Quand on conquiert une terre, déjà peuplée, et qu’on se refuse à en assimiler les indigènes, quelle solution reste-t-il d’autre que l’expulsion ? Page 76

La Shoah

Le géopoliticien Frédéric Encel va jusqu’à écrire dans Géopolitique d’Israël : << Sans l’avènement du cataclysme nazi, l’existence d’Israël eût peut-être été retardée, en aucun cas remise en cause.>> Page 78

La Shoah fut et reste l’argument suprême des dirigeants sionistes quand ils voulaient, quand ils veulent, <<clore la bouche>> des questionneurs gênants. Page 78

La Shoah est aussi un évènement anglo-saxon. Les Alliés savaient et ils pouvaient couper les chemins de la mort. Ils n’ont rien fait, à l’image de Roosevelt qui aurait dit : <<je ne fais pas la guerre des juifs.>> Page 78

<<Qu’y’a-t-il de sémite chez un juif polonais ?>> page 107

<< Les rescapés de la Shoah avaient en vérité accumulé une lourde réserve de haine, mais cette haine se trouva détournée sur les Arabes. Cette haine forte et comprimée se trompa d’ennemi. Les paysans et les citadins palestiniens, et non pas les Allemands, faisaient obstacle au projet sioniste. Les Palestiniens vont en subir les conséquences. Haïr l’Allemand est devenu impossible. Il paye. Alors, haïr l’arabe, absolument étranger à la Shoah mais tellement menaçant, est un bon substitut. D’ailleurs le Mufti El Hadj Hussein de Jérusalem n’avait-il pas pactisé avec Hitler !>> Page 118

<<Mais un homme politique ne saurait manquer sans dommage d’être présent, ostensiblement, au dîner annuel du CRIF. Là, nous sommes fort loin de l’esprit de vengeance et très proche du communautarisme militant.>> Page 120

 

Osez le bon sens !

YDM

Be the first to comment on "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le dîner du Crif …"

Leave a comment