Sur la tombe de ma mère, de MC Jean Gab’1

Je me permets d’attirer votre attention sur un très bon livre écrit par MC Jean Gab’1. Dans cette autobiographie, il retrace les différentes périodes marquantes de sa vie, de son enfance très tourmentée jusqu’à ses premiers pas dans la rue, la violence, le crime et le rap.

Son langage argotique, son style direct et la richesse de ses aventures permettent d’avoir une traversée très agréable. Le discours tenu d’auto-détermination, d’abnégation, et de travail bien fait (même dans le négatif) montreront à tous les jeunes de cités désœuvrés qu’il est toujours possible de se tenir debout. MC Jean Gab’1 est resté déterminé et a mené sa barque malgré tout, envers tous.

Je me suis senti bien quand j’ai terminé sa lecture. Et pourtant, son cheminement n’a rien de réjouissant. Et j’ai espéré qu’il se sentirait vraiment artiste, légitime, après la qualité du texte qu’il nous a livrée. Car, au départ, je m’étais dit qu’un roman de rappeur doit être du même acabit que celui d’autres chanteurs; à savoir très mauvais et indigeste. Si tous les chanteurs écrivaient comme Jean Gab’1, je m’abaisserai bien volontiers à apprécier aveuglément la variété française, car j’aurais l’impression de passer à côté de quelque chose digne d’intérêt.

Vous vous sentirez concernés par sa trajectoire, par ses histoires de gangs, d’amitiés viriles, de prison, ses détroussages de mugus, ses trafics de drogue, sa volonté de vivre parce que son écriture vous y invitera. J’ai aussi aimé tout ce qu’il balance sur les fameux rappeurs américains qui viennent en France et considèrent qu’ils visitent leurs cousins du bled. Des blédards; on est forcément le blédard de quelqu’un.

J’ai sollicité un entretien avec l’auteur via son éditrice qui au départ, a donné son accord (je m’en excuse, je l’avais annoncé dans un précédent article) et par la suite, elle s’est enfermée dans un mutisme aberrant. Jean Gab’1 a survécu à tant de merdes, de sales coups dans la rue et aujourd’hui, il serait trop bien pour échanger avec mézigue (moi, argot rafraîchi par l’auteur). C’est juste ridicule. L’époque…

Sur la tombe de ma mère, c’est l’histoire d’un orphelin qui était parti pour finir mal dans la vie, et qui n’a rien fait pour contredire son destin.

Ce qu’il dit de la France devrait en faire réfléchir quelque-uns.  C’est un parisien revendiqué, et il confirme ce que j’ai toujours pensé de la double nationalité. Il faut choisir son camp et s’y tenir. En creux, il y’a à boire et à manger à chaque page et de quoi nourrir des débats sur la violence dans la société, la prison, la délinquance, les familles mono-parentales, l’immigration, les modèles d’intégration et tout le tintamarre politique…

Ceux qui s’intéresseront aux années 80 dans la communauté noire de France devront à un moment donné, lire ce livre. C’est un grand roman. C’est notre Iceberg Slim. Vivement recommandé.

 

 

 

Sur la tombe de la mère,

Mc Jean Gab’1, Editions Don Quichotte

 

Be the first to comment on "Sur la tombe de ma mère, de MC Jean Gab’1"

Leave a comment