Sinik – La Plume et le Poignard : textuellement correct

Sinik

Sinik, de son vrai nom Thomas Idir, né le 26 juin 1980 à Paris, est un rappeur français d’origine algérienne par son père kabyle, et française par sa mère, aussi connu sous les noms de scène de Malsain L’assassin ou S.I.N.I.K.

 

Source : Wikipedia

 

 

 

PRINCIPES DE NOTATION DES TEXTES DE RAP

 

Sinik la plume poignard

 

Évaluation textuelle de cet album – La Plume et le Poignard – est de  soit   10.64/20 (180.89/17).  


Il peut donc être qualifié d’album textuellement correct

 

 

 

Qu’ai-je pensé de cet album ?

Le boulot a été fait. De superbes punchlines, beaucoup de rimes riches, un flow reconnaissable et lourd, de bons textes. Néanmoins, comme d’habitude, profusion de titres nuit au maintien de la qualité de l’ensemble. Et aussi un manque d’originalité dans les mélodies. En général, passé le 13ème titre, ça devient rapidement du bruit dans les oreilles.

 La Plume et le Poignard

 

 

 

 

 

 

1.  Brothers

Si t’es mon frère et qu’on te tue j’voudrais te venger
J’te laisserai pas le ventre vide si moi j’ai mangé  [2]
J’te ferais fumer si tu pillonnes
À deux, on sera forts, on se battra même devant mille hommes [1.75]

Je veillerai comme un père sur tes gosses, paierai tes factures
Ferais le nécessaire si par malheur un juge te capture [2]
Ouais, si t’es mon pote… j’te laisse apprécier
Jamais on n’se battra ni pour un bif’, ni pour un fessier [0]

Ok, j’te ferais part de ma vie, de mon ancienneté
T’aiderais tant que je peux, tant que Dieu veut, si c’est la chienneté [2]
Poto si t’es des nôtres, jamais personne te laissera
Je fume si toi tu fumes, si moi je baise, bah toi tu baiseras [2]

On marche ensemble
(Malgé les peines) Fier de ce que l’on est
(De tous mes équipiers)
Ceux qu’on connaît
(Ceux qu’on aime) Fier de ce que l’on est [0]
(Fier de tous mes équipiers) [1]

Jamais le malheur d’un de mes frères fera mon bonheur
C’est mes valeurs, je m’y engage sur mon honneur [2]
Demande à mes vaillants et mes vaillantes
Fidèle, je n’ai jamais changé d’équipe comme Kobe Bryant [2]

Esprit de famille, ça me connait
J’retrouve devant le hall ce que mon père n’a su me donner [0]
Fréro, là où j’ai poussé, personne te laissera douter
Serrés seront les coudes, on fixe les frères au fer à souder [0]

On se partage le bénéf’, les femelles et les pe-sa
Bitume sous les semelles, l’esprit d’équipe nous n’avons que ça [2]
Toi, tu peux m’en vouloir, de donner, d’être ainsi
Grandir pas comme une pince, mais comme un prince c’était le principe [1.5]

Certains ne peuvent comprendre pensent que l’on force la pitié
Ignorent que les épreuves et la misère forgent l’amitié [2]
Putain de carapace, pour nous c’était le dicton
Les potes, avant les tass’, avant la gloire, avant le biffton [2]

Aider ses frères, se comporter toujours en leader
Toujours en vie, article 1 toujours en vigueur [2]
Conviviale, comme un bon couscous
Ici rien n’a changé, si t’en touches un bah tu nous touches tous [2]

En taule ou à l’école, dans la tess ou dans le métro
Chacun surveille le dos de son re-frè tout comme un retro [2]
Crois pas que ça s’improvise
C’est dans les gênes ouais
Sincère et plus fidèle envers ses potes qu’envers sa promise [2]

Je serai là pour te prêter main forte
Je serai plus que ton frère je t’ouvrirai ma porte [2]
Si t’es mon pote, ce sera jusqu’à la mort
Parce que c’est les re-frè les re-frè les re-frè d’abord [2]

 

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    34.25/47 pts soit   10.93/15

–  Profondeur                             2/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  15.43/25  soit   12.34/20

 

 

 

 

 

 

 

 

2.  Les 16 Vérités

(Tu sais ce qu’on dit?
Une balle dit toujours la vérité
Elle ment jamais)

T’as passé toute ta vie à parler du placard, le mythe qui vient du mitard
En chialant plus que Vitaa, voilà ton reflet, tu fuis devant les miroirs [2]
En vrai t’as rien d’un exemple, reufré, les mots sont vexants
T’oublies que certains mômes qui t’écoutent sont des écoliers
Tu ne parles que de la tess, de la taule et de ses tauliers [2]
Écrire contre la police, pleurer ça tu l’as bien fait

Ni Blanc ni Maghrébin, au bled tu serais trauma
Dis-moi t’en connais grave, des rebeus qui s’appellent Thomas ? [2]
Triste connard, t’as cru qu’on était qui toi
Pour croire à tous ces trucs, toi l’intrus de Raï’N’B 3 ? [2]

Certains t’ont mis au défi, où es-tu passé ?
3 ans qu’on t’entend plus, qu’on se demande si t’as pas clamsé [0]
Pourquoi le carton rouge ne sort pas ? Pourquoi tu dis rien ?
À croire qu’tu fais la tantouze, dommage car on l’attend tous [1]

Tu t’es caché derrière ton cynisme
Pull à capuche pour la vie, Stevie Wonder gère ton stylisme [2]
Reprends-toi vite, les gens attendent de vrais textes
Le foot on s’en balance, car Paris, la France te déteste [2]

Ouais tu nous as saoulés, tu perds du galon
Avoue j’te l’avais dit « Dégonflé sera ton ballon » [2]
T’as cru que ton public te suivrait au ciel étoilé

Père de famille cool selon ses humeurs
Papa n’est pas un gangster, t’inquiète, juste un fumeur [2]
Je sais ce que tu vas dire « Il en faut pour pondre des couplets »
Méfiant et parano, c’est du monde que tu t’es coupé [2]

Haineux de la justice, de la proc’, de leurs alliés
Balaye devant ta porte avant de parler de leur palier [2]
Oublie le sens de bonhomme, ce mot me paraît old school
Admettre qu’on a fait fausse route, c’est ça avoir des grosses couilles [2]

(Vous savez ce qu’il y a d’intéressant avec les sceptiques ?
Nous cherchons toujours des preuves, une certitude
La question est « qu’en ferions-nous si nous la trouvions ? »)

Paraît qu’t’es faux, t’es faible, que tes concepts ils sont plagiés
Qu’importent les raisons, y’a pas de mérite à se laisser clasher [0]
T’as perdu mon estime le jour où t’as laissé Nessbeal
Marcher sur ton style soi-disant par preuve de modestie [1.75]

On change pas le monde avec un morceau de rap
De toute façon c’est haram, tu ferais mieux de rejoindre Fabe [2]
Tu parlais de bled sans même y avoir mis les pied
T’es le champion incontesté du « fais ce que je dis mais fais pas ce que je fais » [0]

Demande aux Black Panther si leurs t-shirts coûtaient la peau des fesses
Tu t’enrichis sur le dos de la religion
Les bougs de ta région attendent moins ton aide que de prendre l’Euromillion [2]
Rase-moi cette barbe, tu fais honte à la Sunna

Tu fais hontes à la oumma, t’es qu’un muslim de sous-marque [1.5]
Change de patronyme, tu salis l’image de la ville sainte
Le rap conscient est dead avec Ahmed Deedat en 2005 [1.75]
Franc-maçon de formation, la bouche pleine de mensonges

M’a-t-on dit que t’es plus faux que Rick Ross était maton [1.25]
Tu fais la leçon à chaque chanson, donne le cours à chaque track
T’oublies que l’É?lysée Montmartre n’est pas un amphithéatre [1.25]
« Don’t Panik » n’est que la peur par la peur

T’as rien d’un leader, un minable pour mineurs
Incapable de faire des tubes, que des morceaux d’une demi-heure [2.75]
On peut tromper une fois mille personnes mais pas milles fois la même
Il faut l’admettre, tes mixtapes n’ont pas mis le feu à la plèbe [1.5]
T’auras jamais de disque d’or avec ce genre de discours

Laisse courir car les légendes n’ont pas les jambes qui se courbent [1.25]
Hé assume-moi ou brise-moi, 7 ans de malheur tu auras
Autocritique morale, j’ai rien qu’un miroir pour tutorat [2]
Un jour tu me tueras d’un coup de mic dans la vitraille
Au coeur de la galerie des glaces du castle de Versailles [1.5]

(Oh oui, il y a des moments où je vis une perte de foi totale
Des jours, des mois où j’ignore en quoi diable je crois, en Dieu ou au Démon
Ça n’arrête pourtant jamais de creuser, de rapper à l’intérieur de moi
Pour finir je craque tellement ça fait mal et je suis rejeté de l’ombre vers la lumière à nouveau
Je ne suis qu’un homme finalement, je n’ai au fond aucun pouvoir)

 

 

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    41.5/70 pts soit    8.89/15

–  Profondeur                             0/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0.5/0.5 pt

Sous-total  11.89/25  soit   9.51/20

 

 

 

 

 

 

 

3. Anti couronne
Je parle de peine et de mon malheur, les thèmes restent les mêmes
Pas b’soin d’une chaîne en or pour être un mec avec des valeurs [2]
De haine et de nos lères-ga, de tout c’qui font nos chaines [1.5]
T’inquiètes que j’oublie pas ni qui je suis, ni c’que ma mère gagne

Faut qu’j’pense au prophète, les disques d’or ça sert à quoi ?
Car dans la tombe je s’rai à poil et sans mes trophées
MC ne mens pas, pense aux tiens quand tu t’affiches
Aux fiches de paye de ceux qui triment comme nos rents-pa [1.5]

Je porte le fanion mais j’oublie pas
Que quand j’me couche mon frère Wills démarre le camion
La vraie richesse vient du cœur, je brûle des dollars
Pour moi, tu peux être pauvre et plus coté que tous ces connards [2]

J’suis resté proche du peuple, jamais très loin
J’suis comme un vigile, j’suis là mais j’suis invisible
Des putes et mêmes des piscines de billets, les clips n’ont rien arrangé
Trompeuse est l’apparence, ceinture LV mais rien à manger [2]

Parole de champion, à l’évidence, crois-moi pour que je flambe
Faudrait qu’un type m’arrose de sans plomb
Douleur et gorge nouée
Par principe j’te dirais pas quel est le prix d’une Porsche Cayenne si t’as les poches trouées [2]

La vie c’est rage et parents fragiles
Crois pas que le remède de la vie dure c’est l’argent facile [2]
Bien sûr qu’il faudra taffer, bien sûr qu’il faut du brio
Modeste mais moderne, évite les clips avec des Clio [2]

Il reste un espoir, il reste un espoir
Beur, ancien escroc, venir me check n’est pas un exploit [1.75]
Un oinj avec du coca, scred comme Thiago Motta
Frelo comme dirait l’autre du ghetto pour être du Gotha [2]

L’oseille fait pas l’bonheur, c’est pathétique
Tu peux t’acheter tout c’que tu veux, des bêtes de joueurs mais pas des titres [1.75]
Depuis j’avance en croyant
Que dire aux pauvres « moi je suis riche », c’est venir dire « la vie est belle » à des non-voyants [2]

Tu peux t’acheter des flingues, des balles argentées
Les gens, tout c’que tu veux, un hôpital mais pas la santé [2]
Des bouquets d’fleurs, des diam’s avec la gourmette
L’argent ça peut acheter des putes de luxe mais pas l’amour mec [1.75]

Proche de la pitié, tu parais vide
En boite, t’auras la table au carré VIP mais pas l’amitié [2]
Champagne de trente litres, tout ça en temps d’crise
Sachez que ni la gloire, ni le respect ne sont en vente libre [2]

Même si les mots blessent, je rends au rap ses lettres de noblesse
Aussi discret qu’Haroun et Mokless [2]
Enfant à problèmes, les démons prospectent man
Là où je traîne, y’a que les battes qui font la grosse tête

Violent mais poète, jamais d’un ton drôle
Homme de parole, j’suis sous contrat mais pas sous contrôle [2]
D’la ligne de départ, à l’arrivée je s’rai le même
Car j’oublie pas qu’à part une scène, rien ne nous sépare [2]

 

 

Source  : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    34.25/48 pts soit    10.70/15

–  Profondeur                             2.5/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  15.95/25  soit   12.76/20

 

 

 

 

 

 

 

4. Légitime Défonce

Fais péter le spliff Alonzo, bon prince bon seigneur
Ne me force pas à, dégainer la pince Monseigneur [2]
Putin c’est grave de l’assumer
L’usine est mon surnom tellement j’crache de la fumée [2]

Je ne roule que de la frappe, quoi j’te l’avait pas dit
Mon truc est aussi gras que le bras de Chimène Badi [2]
Mais tant pis si tu n’aime pas, ps: j’cherche un filon
Ancien ministre du shit a.k.a François Pilon [2]

Couz’ donnes des leçon, la France nie l’évidence
Ils disent que c’est dangereux, eux mêmes attendent les vidanges [1.75]
Traître est le miroir, pas grave on m’a dit ‘Laisse les’
Y’a plus de chocolat dans mes tiroirs que chez Nestlé [0]

Quand je fûme je suis fluide,
magique est la potion, marocains sont les druides [2]
Je ne connais pas la coke, les nuits du Paris camé
On n’épouse pas la drogue, Marie Jeanne se marie jamais [2]

J’fume le pollen, j’fume le pollen
Ca circule aussi vite que le sang dans les veines [1.75]
Anti-système, anti-système,
Quand j’l’allume au stade pas besoin de fumigène [1.75]

Je mange souvent les poches pleines
Dans mes pizzas y’a de l’herbe de provence entamée
Les yeux rouges pour te dire j’t’aime [1.75]
Le nom du nouveau président fait que nous

Coffee shop dans le scénic
J’roule a gauche, avec a ma droite monsieur Sinik
La courroie de distribution va lâcher [0]
Mais on a assez de caramel pour faire un petit pique-nique [2.75]

Ratatata, c’est l’ambiance nord-marseillaise
Il pleut du shit et nous on sort sans vestes [1.75]
Y’a les civils que tout le monde s’éparpie
Et que tous les ghettos de france crient ! [1.75]

Oui les yeux sont fermés, frère c’est la folie
Ce soir j’ai voté vert mais, pas pour Eva Joly [2]
la drogue s’évaporise, la vendre la faire pousser
Ecoute pour faire court, me toucher te faire tousser [2]

la nuit je cherche le sommeil, honteuse est la façon
J’ai consommé plus d’herbe qu’une putin d’tondeuse à gazon [2]
Le majeur est calciné, j’assume fuck la morale
Le son qui pique la gorge ouais a mort comme Amora [1.75]

Avant j’étais fêtard, je buvais ma gorge fuyait
J’ai connu les pétards bien avant le 14 juillets [2]
Je nomme les pour griller, pas la pour se ficha
Ma plume dépend d’un bloc de chichon sur la chicha [2]

Mode de vie de gangster LOL,
J’ai passé la frontière amsterdam dans le sternum
épicé, menu Tex-Mex que des barreaux de sève
J’ai connu le blunt avant le James mec !

 

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    37/77 pts soit    7.20/15

–  Profondeur                             1/4 pts
–  Punchlines/Styles               1.5/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  10.95/25  soit   8.76/20

 

 

 

 

 

 

 

5.  Pinocchio

Tout commence à la naissance
Te faire croire que l’on va tous dans le même sens, que l’on a tous les mêmes chances [2]
Ils m’ont dit « compte les moutons et Morphée viendra te bercer »
Mais ça paye pas de faire le berger [2]

Ils m’ont dit « mec, bosse ton bac
T’as aucune chance dans la chanson, pose ton mic’ »
Que la vie était belle, ils m’ont dit « qu’est-ce t’en pense toi ? »
J’ai répondu « franchement, pas chez moi p’t-être sur France 3 » [2]

Que des biz de flûte, que des disquettes
Que si on m’tire dessus, fallait juste faire le 17 [2]
On avait pas la vie devant nous, qu’on était pressé
C’est pas la vérité mais leurs mensonges qui m’ont blessé [0]

Ils m’ont dit tout bas « souris, y’a de l’espoir
Ne baisse pas les bras mais les vendeurs de rêves »
Moi j’les écoute pas, j’fais ma life
J’avance avant que mon grand cœur ne saigne [1.5]

J’voulais trouver du taf, ne pas flancher
Certains m’ont dit « peut-être, si Dieu l’veut reste brancher » [0]
On m’a dit « cette année les vacances seront faussés »
C’est faux mais ça passe mieux que « c’est mort, on est fauchées » [0]

J’voulais sortir un peu, boire et spliffer
On m’a dit « impossible enfoirée, soirée privée » [2]
Au cœur du cyclone
La cité : c’est mon daron qui m’a mis d’dans c’est pas les cigognes [2]

C’est clair que l’on t’a menti, de la gruge
On t’a dit « donne des blases et la juge sera gentil » [2]
Ils m’ont dit « c’était une de perdu, 10 de retrouvée »
Y’a que des meufs hot, je cherche encore les 9 autres

Leur conseil ne traine pas, lève tes savates
Ils m’ont dit « la vrai vie c’est : cravache ou mets des cravates » [2]
Chacun aura son heure, fuck ces menteurs de merde
Faut écouter son cœur pas les vendeurs de rêves [1]

J’ai vite compris que l’homme mène en bateau
Beaucoup m’ont dit « t’inquiètes, tu sais bien j’te les rends bientôt » [1.75]
Que même un père qui t’aimait pouvait mentir
J’vous jure c’est pas la soupe mais les épreuves qui m’ont fait grandir [2]

On m’a dit qu’c’était mort, le message devient navrant
Que le rap c’était mieux avant [2]
On s’est dit « restons pote », ça passe mieux que « je ne t’aime plus »
On m’a tellement vendu de rêves que j’me lève même plus [1]

C’est clair que l’on m’a trahi, trop de souffleurs
J’suis né dans les soucis, je n’viens pas du cul d’un chou-fleur [2]
Que l’espoir faisait vivre, vraiment trop simple
J’ai plus confiance en mon chien qu’en mon prochain [1.25]

 

 

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    26.5/44 pts soit    9.03/15

–  Profondeur                             3/4 pts
–  Punchlines/Styles               2.25/3 pts
–  Langage                     0.5/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  15.53/25  soit   12.42/20

 

 

 

 

 

 

 

6. Le Jour Et La Nuit

Tout a changé, maintenant c’est Gourcuff, oublions Zizou
On rétrograde, on passe d’une pipe à quelques bisous [2]
On passe du oinj’ à la s’ringue selon nos lers-dea
De Bob Marley à Pete Doherty [2]

On passe d’une longue conversation à quelques textos
Fini la fratrie, maintenant pour se parler, faut de la batterie
On passe du bien au mal, la différence détonne
C’est notre époque, fini « je t’aime », on dit « je kiffe, t’es bonne » [2]

Soit t’es un pauvre, soit t’es un bourgeois
En 2012, on ne s’aime plus, c’est un pour tous et chacun pour soi [2]
La victime pourra l’affirmer
Sort le phone pas pour appeler les infirmiers mais pour la filmer [2]

Riez les enfants, l’euro nous tue
Te rappelles-tu ce qu’on pouvait faire avec un seul billet de 100 francs ?
Le Diable tape du poing, alcoolique bien avant l’âge
L’école primaire sera bientôt le nouveau bar du coin

Malgré le vent d’panique, y’a pas d’méfiance valable
Ce qui tue l’homme, c’est sa connerie, c’est pas la viande halal [1.75]
Relations virtuelles, ça devient morbide
Moi, mes vrais amis sont dans mon cœur, pas dans mon ordi [1.25]

De toute façon, y’a plus d’droits d’image
Peu convaincu ? Suffit d’un clic pour voir le cul de tout l’voisinage [2]
Faut que j’protège ma fille, avocates et pharmaciennes
Elles n’ont qu’un but : avoir le cul de Kim Kardachienne [2]

Parce que l’avenir dépend de nous tous, on s’améliore
On passe de Sarko’ à Hollande, du chien qui mord au gentil toutou
Le soleil tourne sous le drapeau
Navarro s’est fait virer maintenant c’est Braquo [2]

Diététique menu, fini le Mc Do poto
On est passé aux oinj’ de seum, fini le marteau [1.5]
C’est plus la mode de vivre comme un névrosé
Sois fier, on est passé de faire le con à faire des projets [2]

Les choses vont mieux, je suis grave lucide
J’hallucine le président américain est fan de rap music [1.5]
Fini les you-voi pour s’en sortir, on était foutu
Maintenant pour être connu, ils ont créé Youtube [1.25]

Même au trou les choses ont bougés
Le frigo, les écrans plats, dans la cellule ils peuvent se doucher [0]
Reprends espoir frère, y’a mieux à faire que vendre un peu d’crack
L’acteur le mieux payé est un reubeu d’Trappes [1.25]

J’ai grandi dans l’shit mais c’est fini
Les grands ensembles ils démolissent et reconstruisent des résidences chics [1.25]
Intouchable, à nous les dollars
Maintenant ils savent que Omar n’est pas comme mollah [1.5]

Tous des hommes, chacun ces vertus
On est passé à Roselmack, Jean-Pierre Pernaut avait l’air perdu [2]
Et dans la lancée, ne me dis pas que tout va mal
Les petits pas ont toujours fait de grandes avancées

 

 

Source : parolesmania
Evaluation YDM,

 

–  Rimes    31.25/48 pts soit    9.76/15

–  Profondeur                             2.5/4 pts
–  Punchlines/Styles               2.25/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total   15.51/25  soit   12.41/20

 
7. Clash Part I

1 2 3 4, 1 2 3 4 5 6
Alors comme ça t’as voulu m’défier ?
C’est grâce à toi qu’j’ai commencé l’rap et c’est à cause de moi qu’tu vas arrêter [0]
J’te gué-lar comme dans V-Rally
Tu fais le fumeur mais la seule fois qu’t’as vu une boulette c’était sur l’clip de Mélanie [2]

T’es blanc, t’es chauve et ouais gros tu m’gaves
T’es comme les écoles somaliennes tu n’as aucune classe
C’est quoi le problème ? Tu veux m’niquer mais bon t’as jamais pu
Pourquoi tu ouvres ta gueule tu parles de cheveux mais t’en as jamais eu [2]

Des phases de petits chiens, une face de vilain
Tu t’prends pour Vegeta mais t’as l’crâne de Krilin [2]
Tu veux devenir c’que j’suis mais …
Tu pues tellement la merde que même ton ombre a arrêté d’te suivre

T’as voulu clashé Dinos ça va pas sale con
S I N I K ba ba ba ba non [2]

Tu t’fais appeler l’Assassin, franchement ça pue la merde
La seule chose que t’as tué c’est ta propre carrière
T’aurais pas du tu vas regretter d’avoir pris un ticket
Repars dire à tes potes que S I N I K s’est fait niquer [0]
Yeah, Easy

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

Pas évalué

 

 

 

 

 

 

 

8. Wanted

Mon chéri, ça fait déjà un mois
Tu me manques terriblement
J’ai envoyé ma demande de parloir à la juge
J’attends toujours de ses nouvelles

Il va falloir apprendre à être patient [1.5]
Je serai forte pour nous deux
Ta mère vit très mal ton départ
J’essaye de la consoler comme je peux [1.5]

Ici rien de nouveau, c’est la routine, Paris c’est Gris
Ta présence nous manque
Ta présence me manque [1]
Je pense fort à toi
Ta chérie, ta bien aimée

Au départ j’étais en son-pri à faire le zoulou
Tu m’as compris, nous deux c’est pas Chouchou et Loulou [2]
Elle désamorçait une bombe humaine quand j’étais vénère
Forcée de supporter ma vie en plein air [1.75]

Les hommes ne savent pas demander pardon
Des fois le prince est charmant mais part au charbon [2]
Amour et bistouri;
Si y’a des flingues sous l’oreiller, dis-toi seulement que c’est la petite souris [2]

Une femme de principe, ma beauté ne s’emmène pas à l’Etap’Hôtel
Genre « Viens, on va papoter »
Elle qui rêvait d’amour sur tous les ponts de Paris
N’aura vécu que les embrouilles de son con d’mari [2]

Elle voit ma tête dans la presse
Dans mes caleçons elle voit de quoi combler la dette de la Grèce [2]
Elle a choisi sa vie, se lamenter ? Pas la pour
Elle fait les choses, apparemment par amour [2]

Mon chéri, ça fait déjà 6 mois
Le temps me parraît long sans toi [1.5]
Tes lettres me font beaucoup de bien

Tu ne dois pas t’inquiéter
Je tiendrai le coup
Tu sais que tu peux compter sur moi

Je suis un as de la filouterie
Récemment j’ai mis la main sur un diamant sans faire le casse de la bijouterie [2]
Et ça fait sept piges, le temps file
Mon projet c’est lui décrocher la Lune avec mon pied de biche

Avant, j’avais de la zeb’ dans mes embryons
J’aimais autant mon cendrier que ma Cendrillon [2]
Trop dans la cité, entre nous, trop dans le charriage
C’est mort pour entrevoir un jour le mariage [2]

Je jouais le Big Boss’
A petite dose, lui disais « Si j’arrête pas, en garde à vue sera la nuit de noces » [1.5]
Faut du courage pour le dire:
Si c’est un peu pour le meilleur, ce sera surtout pour le pire [2]

Des rendez-vous bizarres à l’entrée du quartier
Parce que l’amour est dans la tess’, pas dans le pré [-1]
On ne refait pas un homme, solitaire endurci
Ne m’en veux pas, même si je t’aime en sursis [2]

Mon chéri, ça fait près de deux mois que je n’ai plus de nouvelles
Tes dernières lettres étaient très froides
Je suis perdue je ne sais plus quoi penser
Par moment je craque

J’ai l’impression de ne plus voir le bout du tunnel
Je vais partir quelques temps pour reflechir à la situation
Pour reflechir à toi, pour reflechir à nous
Malgré tout, tu me manques, terriblement

Elle connaît les heures de perquiz’, les noms des kissdés
Tellement je fais grave des bêtises, tellement j’suis pisté [0]
Photo placardée, homme recherché
Le plus dur n’est pas de la trouver mais de la garder [-1]

Je suis Clyde et c’est ma Bonnie
Parle bien quand tu la vois, petite merde, c’est pas ta bonniche [1.5]
Etant cash, j’ai des problèmes de langage
La Belle est morte lorsque la Bête est en cage [2]

Si tu penses qu’elle aime « écarter les jambes »
Tu vas prendre, car pour elle je pourrai tarter des gens [1.25]
J’pourrai devenir méchant, le plus cruel des Messieurs
On ne touche pas à la prunelle de mes yeux [2]

 

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    33.5/71 pts soit    7.07/15

–  Profondeur                             2/4 pts
–  Punchlines/Styles               1.25/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  11.32/25  soit   9.06/20

 

 
9.  Blanc Bec

Malgré un certain goût pour la baston
Aiguisé, dans mon clan j’étais l’seul métissé blanc tel un cach’ton [2]
Me cherche pas, évite d’y penser
Intensive est la street, offensif le petit français [2]

Plus rien à cacher, résolu
J’évolue entre les blacks et les beurs, les destins gâchés
Mon parcours est incomparable
La peau claire, les yeux verts, super fier avec un nom d’arabe [1.75]

Difficile mais j’m’arrête pas là
Moitié beur, moitié blanc soit la recette d’un carré d’Galak [1.75]
Trop banlieue selon mes loisirs
Trop français pour le Maghreb, trop reubeu selon mes voisines [1.5]

Les espoirs, les épreuves sur mon chemin
J’m’en fous de penser à demain [2]
Je sais où je vais, je sais où je suis, je sais d’où je viens
Des rejetés, des jeunes qui sont partis de rien
C’est fou mais c’est tout c’qu’on devient [3]

M’écarter serrait m’enfoncer, comme tous les jeunes des quartiers
J’connais autant d’mots reubeu que de mots français [0]
J’ai beau être blanc j’pourrais vous baffer
A coup d’cric mes recettes, c’est beaucoup d’briques avec du mafé [0]

Malgré tout on m’a dit « casse-toi »
Tu pars en taule, ici le teint n’est pas un passe-droit [2]
Endurci jamais résigné
Nonchalant, c’est pas mon teint mais mon talent qui m’a fait signer [2]

La peau blanche mais les mains toutes sales
Comme Paco, on veut m’avoir dans son équipe mais pas qu’au foot salle [2]
Flow Sibérie
J’écris des rimes tranquilles mais les couilles et la franchise à Ribéry Francky [1.5]

Hey, la même couleur pas le même stylo
J’suis plus James Brown que James Deano [2]
Jeune téméraire tous les jours dans des plans de dingues
Blanc de tess élevé au blanc de dinde [1.75]

J’étais seul, rien à foutre du nombre
Africain, Portugais, Maghrébin, mon bâtiment c’est la Coupe du Monde [1.5]
Pas seulement le temps d’un seul match
Pour faire le tour de la planète, il suffit juste que l’ascenseur marche [1.5]

Vous salivez, ici on squatte le rayon douleur
Tous alignés on forme une boîte de crayons d’couleur
Époque de malheur, la misère nous rapproche
Ma vie n’est ni plus belle ni plus moche que la leur [2.5]

Mon pote, on rêve d’une carrière, de talent
Ensemble, on saute les barrières de la langue [1.5]
La rue c’est la nature, avoue c’est troublant
Ici tu peux croiser un ours noir avec un loup blanc [2]

 

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    33.25/45 pts soit    11.08/15

–  Profondeur                            3.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  17.58/25  soit   14.06/20

 

 

 

 

 

 

 

10. A à Z

S comme solide

I comme instable

NI comme nouvel inédit

K de kamikaze

21 mai dans les bacs la 5ème étape [2]

A comme Alger, animal admet attends

A comme ak47 armé allemand [2]

B comme brutal bagarreur blessé

B comme bavure comme bien sur que j’vais les baiser [0]

Putain B comme butin, bulle sur le bulletin [1]

Brave B comme buteur, le C c’est pour le cutter [1]

Yeah C comme casseur carrément casse pipe

Ok C comme clasheur classé dans les classiques [1.75]

D,D comme déter j’vais pas t’faire un dessin

D comme douleur comme dédié à tous nos défunts [2]

Le E c’est pour énervé, en même temps enfermé [1]

entièrement enterrement, le E d’élève emmerdant [1]

frère F de fierté, G parce-qu’on veut ger-man

gros G comme grande gueule, G parce-que j’suis gênant [1.75]

Le H c’est pour haineux, homme que l’on a trahi

Le H c’est pour hostile, H parce-que j’suis haï [2]

I, I comme Inès, I car on m’interpelle

I comme Idir comme incroyable interprète [1.25]

I, I comme instable, l’homme démarre en moins d’deux

I comme Idéal J, J c’est pour mon joint d’beuh [2]

J comme jeune con, J comme jamais joignable

K pour tous les byl-kas, L parce-que j’suis loyal [1.5]

Man, M de malsain, mentalité d’merde

N comme nocif, comme, naturellement nerveux

Poto, O comme outrage, orgueilleux mais ouvert

Ok, O comme osé, P comme parisien de parents posés

Q comme quartier, quasiment la maison

R comme racaille qui perd la raison [2]

Laisse, S comme Sinik, saignant pour les gencives

Seul, S comme spécial, sauvageon mais sensible [1.75]

T, T comme terrain

U comme universel urgence comme unis, milicien unique

V de voyou, V de vroum au volant

V de vainqueur, V de vraiment violent [2]

W de Wiz-Khalifa ou de Wesh gros

W de wizz de welcome dans ma West Coast [1.5]

X, X de X-men, courageux mais discret

Heyo, X de XL, Youss c’est pour le Y

Z, Z comme Zola, Zinedine ou zonard

Ok, Z comme zon-pri, Z pour tous mes zombies [1]

 

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    28.5/45 pts soit    9.5/15

–  Profondeur                             1/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  13.75/25  soit   11/20

 

 

 

 

 

 

 

11. Sans Compter

Elle m’a appris ce qu’était l’amour
Le respect, la politesse et le partage
A fait de moi au fil des jours [1.5]
Un militaire solitaire depuis le cartable

Et si demain la roue nait-tour
Je dirai que loin d’elle le manque est palpable [2]
Elle me protège aux pieds des tours [2]
Est devenue ce que j’appelle mon gilet par balles

Accidenté de la vie, je l’écoutais sans rien dire
Ses convictions m’ont jamais déçu
Elle m’a appris à devenir ce que je suis un bonhomme
A mettre au monde mes ambitions sans jamais cer-su [2]

Englouti dans ma routine de banlieusard
Obsédé par la misère, le procédé toujours engranger
Si demain j’meurs j’veux qu’on se rappelle qu’elle m’a aidée [-1]
Mais que cette conne m’a mis en danger, pourtant

Je l’aime un peu beaucoup, surtout à la folie
Aux pays des vautours, des contrôles de police

A la folie, à la folie, à la folie [1]

Elle m’a appris ce qu’était l’honneur
Je voulais qu’elle se remémore un homme de principe
Elle est ma peine et mon bonheur [2]
On s’est quitté, nous deux c’est mort, il en est ainsi

J’essayais d’être à la hauteur
Illusoire, j’imaginais que c’était facile
Même si la fin fait mal au coeur [2]
C’est une histoire que je peux classer dans mes classiques [1.5]

J’ai passé tout ma vie à l’aimer, été comme hiver
Ma demi fierté, pour elle on m’a fait perdre ma liberté
Minute de silence, ca crée des liens les origines
Et ce malgré le manque d’amour, le manque de finance [2]

L’effet d’un braquos difficile à entrevoir
Depuis son blase à l’encre noir décore mon bras gauche
Je n’ai qu’une seule consigne, pour la défendre foncer tête baissée
Rien n’est plus dangereux qu’une bête blessée [2]

Ulissien dans l’âme, musicien sans armes
Mais je l’aime ma rue des Bergères, rue des Bergères..

 

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    17/37 pts soit    6.89/15

–  Profondeur                             1/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.5/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  8.89/25  soit   7.11/20

 

 

 

 

 

 

 

 

12. P4

J’ai vu le jour là ou c’est crade
Vous savez ap, chanter ma vie je n’ai que ça
Docteur, est-ce que c’est grave ?
La vie me fait des crasses..

J’m’en bas la race, moi j’ai des marques sur le poignet pour me soigner j’écris des phrases [1.75]
Je suis les traces.. de mon équipe, et quand je crache ma poésie vous pouvez dire que je suis trash [1]
J’habite trop loin des plages
De la fusée pour m’amuser j’ai trouvé ça gratter ma plume au coin des pages [2]

Bannis des classes, validé clash intolérant parce que la haine au premier rang ma mis des places [1]
Ma vie c’est aç, un mec de l’ombre parmi les flashs, issue d’un monde artificiel Paris c’est falsh [1]
Ma cité craque
J’ai mal au dos, la vie m’écrase
Lever les bras, je viens té-chan la vie des braves

Partis des caves [2]
Se faire un nom parmi les blazes, toi tu n’as rien à raconter, ta rime est naze [2]

C’est pas demain la veille que je quitterais la scène
Thérapie de groupe, de ma vie, de ma haine
Je saigne de l’encre noir, j’ai le devoir qui m’appelle
Tant que la plume est belle prix Nobel de la Peine [3]

J’ai besoin de zik pour être enivrer, kiffer, me livrer
Ecrire c’que j’ai à dire parce que la vie j’peux pas la piffrer [0]
Ne faire que ça, j’kifferais
Chanter, spliffer, mon crâne est un code barre tellement cette pute de vie m’a griffé [-1]

J’ai pris mon mal en patience, j’me suis rebiffer
Taffer n’est pas mon truc, je ne suis pas le type que tu peux briefer [2]
Plutôt que sniffer, j’écrivais.. des vers jetant des pierres dans la vitrine de ma vie privée
J’abats les clichés, inutile de tricher [0]

Mon vieux j’suis né pour etre en haut de l’affiche, pas pour m’afficher
Maintenant t’as pigé, c’est dans le fion qu’on te l’a niché
Normal pour un lascar que l’on a fiché [3]

Le son est mixé, mon drapeau XL est fixé,
image 91 millions de pixels
Chanteur attristé, en rébellion chez tous les disquaires,
frère, si j’écris pas j’ai les mains crispées [0]

 

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    14.75/34 pts soit    6.50/15

–  Profondeur                             1.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               1/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  9.50/25  soit   7.60/20

 

 

 

 

 

 

 

13. Mr Punchline

S.I.N.I.K, Mr Punchline
Fababy, Mr Punchline
2012, Six’O’Nine [2]
Banlieue Sale

Gros beat, grosses phases
Grosses claques #Cantat
Grosse clique, grosses baffes
Gens bien, gens d’armes

Mon mal de tête est du aux bails de tèç’
Aux toxicos qui veulent se faire des Paris-Lyon mais sur des rails de cess’
Une rime à chaque boulette,
une belle brochette de branleurs
Mais comprends-les, le Pôle emploi chez nous c’est Chatroulette [2]

Tu parles de gang de quoi ? De qui ?
Tu suces la pine à Pinocchio
tellement ta zik fait de la langue de bois
Le son du frigo, super dur
Pour que tu fasses la couverture [2]
faudra qu’t’apprennes à faire du tricot [2]

T’façon y a plus de modèle
Ils ont retrouvé de l’ADN présidentiel au fond du cul de Faudel [2]
Je nage dans la merde, pourtant j’ai pas d’bouée
Ce genre de tas d’prouesses, street comme des Nike trouées [0]

Le fléau d’té-ci, le truc de barge
J’te mens pas, la pute d’en bas fais plus de passes que Leo Messi
Dirigé vers le peuple, époque de dégonflés
Gros dans les embrouilles j’en ai vu trop se la jouer paire de Pump

Tu fais l’fier poto, t’as même la mèche blonde wesh
Là d’où tu viens, les bonhommes partent lorsque la neige fond
Chacun son tour de fauter
En furie comme DSK faisant jury dans un concours de beauté [0]

Yeah ! Tous ces morceaux de gravier, dans la gorge font mon accent
Je suis la gov qui roule à 100, tu es François-Xavier
Ici on s’inquiète, et soudainement ça pue l’échec
Voler une caisse c’est la chance d’aller en cinquième

Mon son est un fusil
Ma rime impulsive
Mon pouls, de la musique
Bads boys des Ulis

La drogue se cultive [2]
J’fais danser les buildings
Haineux de la justice
On se fout des poursuites

On veut tout et tout de suite [1.5]
Illégale Industrie
Technique de survie
On ramène notre truc street [2.5]

Ma carrière fait du bruit, les jaloux portent plainte pour nuisance
J’suis pas raciste, pour l’album j’ai fait des nuits blanches [1.75]
Un poto m’a marqué, j’peux pas être plus docile
Quand la paix veut en découdre, ça s’règle en un coup de fil [1.75]

Un gode dans la tombe d’une nympho pour une mort plus jouissive
Celui qui a dit que j’avais pas d’flow s’est noyé dans sa critique
Ma confiance en roue arrière sur une bécane débridée
Ok j’vivrai par principe, mais j’mourrai pour mes idées [2]

J’préfère être riche et malsain frère que pauvre et honnête
Si ma musique part en cendres, comme un phénix j’peux renaître [1.25]
La peur de l’Etat, c’est la force du nombre
J’perds mon Sang froid, La Main Sur Le coeur je me jette du Toit du Monde [1.5]

F.A.Babe, Sinik dit que le morceau va faire mal
Dois-je te la mettre dans le cul pour rester dans les annales ? [1.5]
Comme dans les Affranchis, t’es dans le coffre sans remord
Des punchlines à la pelle pour enterrer ta rime morte

Dans le rap t’es un gangster, pour nous t’es qu’un to-mi
Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt: j’ai vendu mon lit [1.75]
Tu sors dépaysé car c’est au chtar que t’as vécu
Des frères ont pris des grosses peines, ils nous reconnaissent même plus [1.75]

Bavard comme une poucave, ou muet comme une tombe
Si ta vengeance a une rage de dent, le 93 te plombe [2]
Bienvenue dans le 91, alignés comme des nhommes-bo
Si mon arme vise Laouni c’est qu’il a quelqu’un dans le dos [1.5]

J’ai traîné dans les squares d’ici à Voltaire
Amaigri, la Rue m’a rien donné à graille ça nourrit pas de prendre un bol d’air [2]
Des couilles en or brut, pour que la foule boite
Chef permettez moi de faire un chèque avec ma boule droite [2]

Violent comme Bruce Lee…
Quand c’est l’Aïd, faut jamais jouer à saute-moutons avec des muslims [1.75]
Les flics te cuisinent, sache-le
Un coup d’botin sur le visage et les Pages Jaunes te font des tâches bleues [2]

Ma France plane, ça roule des cônes de cow-boy
Le calumet pour l’allumer j’ai b’soin d’un lance-flammes
Tu t’es cru fort malin, un seul renfort suffira
On sera deux moi et Moussa alias Grand Corps Malien

T’es comme le uc d’une chienne
Tu rases les murs comme ce connard dans la pub du gel [1.25]
Ici preuve à l’appui
A la vente si tu payes pas tu feras un tour de paravente avec un parapluie [2]

Elles couchent à 12 piges, fini les p’tits LU
Un jour, dans pas longtemps, Hello Kitty fera des pilules
On en veut pas des taffs de lèche-boules
Demande aux p’tits, pour prendre des ailes il suffit pas d’un pack de RedBull [2]

Le drame est proche mais il faut l’éviter
On est si tristes, y a autant de came dans les cyclistes que dans les cités [2]
Le son d’un parpaing, c’est des angoisses
Quand la malchance colle à la peau c’est la poisse que devient ton parfum

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    47.75/95 pts soit    7.53/15

–  Profondeur                             0/4 pts
–  Punchlines/Styles               1.75/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  10.28/25  soit   8.23/20

 

 

 

 

 

 

 

 

14.  Clash Part II
Punchlinovic putain c’est quoi c’nom ? Réponds j’ai trop hâte
Man t’es le seul black avec un blaze de MC Croate [2]
Tu nous fais gol-ri, pour moi tu n’es qu’une verrue
Dinos c’est pas un cheveu qu’t’as sur la langue toi c’est une perruque [1.5]

Tu n’es qu’un pompeur admets que je t’ai bouffé
Garçon t’as l’apparence de Youssoupha version essoufflé [2]
Un corps de lâche, mes phases te font des soucis
Taillé comme une baguette avec tes jambes on mange des sushis [2]

T’as vendu 20 skeuds, normal ton rap est fané
Tu dis que je suis mort mais c’est pas mieux toi tu n’es pas né [2]
J’ai du métier, t’es venu te prendre ta pastèque
Frère tellement qu’t’es p’tit ça pue des pieds même sous ta casquette [1.5]

Un swag de clochard, une demi portion
Chez toi c’est de la sape, chez moi c’est juste de jolis torchons [2]
Le match est perdu, pour toi j’suis trop chaud
Ce clash c’est Ronaldo contre le goal du FC Sochaux [2]

 

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    15/16 pts soit    14.06/15

–  Profondeur                             0/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  17.06/25  soit   13.64/20

 

 

 

 

 

 

 

 

15.  Débrouillard

Parti de rien, je suis apparu
Comme trop je voulais peser
En clair tu m’a compris j’ai mis la beuh avant la charrue [2]
J’te jure qu’on a les dents longues, la rue fait des rancuniers

Dans l’ombre, Dracula se fait enculer [2]
Tout seul je voulais fonce-dé les portes avec un Colt
Rapide à faire du buisness genre Bolt avec un bold [1.75]

Moi, je voulais sortir, je voulais briller
Comme tous les jeunes du quartier [-1]

Même dans la merde j’me lève du bon pied
Y a pas d’échecs à vivre là
Du bas de l’échelle on va surgir tout comme les pompiers [0]

J’voulais faire disque d’or à 13 ans
Montrer à la tess que j’étais présent [2]

J’voulais surtout quitter ma sère-mi

Rouler sans mon père ni sans mon permis [2]
Comme beaucoup trop de jeunes du quartier
Le droit aux rêves n’est pas en option
J’voulais grandir mais pas dans le boxon [2]

J’voulais toujours me battre au collège
J’voulais te faire du mal aux oreilles
J’voulais me faire une place au soleil [2.5]

Je voulais sortir et briller

Quitter cette ville, tout abandonner
Je voulais brasser des billets, pouvoir tout oublier [0]

Quitter cette misère et m’envoler [2]
Ooooh, quitter les rues de cette ville, de ce monde, de ce monde, de ce monde
Ooooh, je ne voulais plus de cette vie, de ce monde, de ce monde, de ce monde [1]

Parti de rien appelles moi Nikos
C’est dur mais t’enflammes pas, petit rappel c’est en fin de bal qu’on paye les zikos [2]

Le manque d’emploi nous a fait flancher
Les chèques en bois nous ont fait manger
Longtemps j’ai fait mes courses avec mon plancher [3]

Pour faire des billes j’suis toujours partant
Attendre dans la file moi je n’ai pas le temps [1.5]

J’avais l’adresse qui fait pas rêver
Autant cracher sur mes CV [0]

Je n’voulais plus faire peur aux passants

Assis sur un banc comme un remplaçant [2]

 

 

Source : parolesmania

 

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    22.75/40 pts soit    8.53/15

–  Profondeur                             2/4 pts
–  Punchlines/Styles               1.25/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  12.53/25  soit   10.02/20

 

 

 

 

 

 

 

16. Slum Drogue Millionnaire

Moi, j’ai grandi tout seul. J’avance égaré, transparent dans cette vie de parents séparés. [1]
Un jeune plein de fierté, j’aime pas quand ça miaule. Impossible d’avoir une meuf, on est neuf dans ma piaule. [1]
A 18 piges, je kiffe les trucs de mec les goves, les pecs, le sport, les putes, le grec.

Trop de haine, c’est de la survie de m’aimer. Aider ma mère, moi j’ai la dure vie de l’ainé. [1]
Sans diplôme ni talent pour vendre mes disques ; me reste plus qu’à prendre des risques. [1]

Au pied des tours, le tourment ! Le futur fait la pute. Pour un jeune trop gourmand, le plus dur c’est le chute. Au pays du trafic y piloter est tragique. SLUM DROGUE MILLIONNAIRE

Je veux des flingues et des fringues de marques. Jeune gringalet ;
de gauche à droite, j’en ai eu marre de m’faire trimbaler. [2]
Je rêve d’un palais, affaler sur le canapé.
Etrange, je parais trente mais j’n’ai que vingt balais. [-1]
Je vois les autres qui brillent, moi j’rêve d’un cab’ ;
les têtes sont lourdes, en sred’ je pète un câble. [1.5]

J’me rapproche des potes, des gens peu fiables.
Quand on l’fréquente, un jour on tente le diable. [2]
Moi, j’ai pas peur des coups, du télescopage.
J’suis parti de rien du tout tel Escobar. [1.25]
Dans le bis’ je me suis lancé, prêts pour manigancer ;
jeune traffiquant du bâtiment C. [2]
Faut qu’j’recrute des enfants guetteurs,
pour chiffrer, que j’les équipe d’un sifflet pour les enquêteurs. [2]
Convaincu que l’Etat doit payer le solde,
merde, mes chicos vont rayer le sol. [1.25]

J’me rapproche de l’hameçon,
regard menaçant, travailleur du bâtiment sans diplôme de maçon. [1.75]

Imprudent lorsque les dangers s’enchainent,
au téléphone ça parle de 100G sans gêne. [2]
On s’est cru dans une film, un clip de naze ;
ici ça rigole ap’ les flics te casent. [2]

6h pile, heure légale, hélicoptère et pilote ;
épisode numéro 4, fin du bal, épilogue.
Trisomique en pare-balles, ils rentrent et crient ‘POLICE’,
une vraie scène de guerre, un trip genre Tripoli. [1.5]
Je vois mes soeurs en pleurent, ma mère est hystérique ;
regarde où ça mène les conneries d’un fils terribles ?

Les flics se feront plaisir d’alerter la presse,
ils trouvent sous mon lit assez pour aider la Grèce. [2]
Mon avenir, c’est, garde-à-vue, Mérogis, films érotiques ; trahi par ma puce 06, les ultra-malades, les luttes à la lame, les pompes, les coups de trafalgar et tout le tralala.
Et les blessures sont graves, là j’ai la tête dans les nuages tellement le ciel est tombé sur mon crâne. [2]
Violente est la mode, je rêvais d’être le king de ma ville,
j’en paye la note au prix de ma vie. [1.5]

 

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    27.75/42 pts soit    9.91/15

–  Profondeur                             2/4 pts
–  Punchlines/Styles               1.5/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  14.41/25  soit   11.52/20

 

 

 

 

 

 

 

17. Chats Noirs

On se lève pour aller gratter
On est traqué par les soucis
Conscient que notre avenir:
Nous met des coups de pompe !

Se remémore ce qu’on a raté
C’est clair la vie nous bousille
Normal: On a la vie de Monsieur Tout Le Monde !
On joue le rôle du père

Ou du re-fré completement noyé
Regarde on est du-per: Chez nous le doute monte !
C’est pas nos pères qui paient nos loyers [0]
C’est clair la vie nous tourmente

Normal: On a la vie de Monsieur Tout Le Monde ! [1.75]
Prend le métro qui part à 6 heures, j’conduis des bus
Aux Ulis j’ai la misère du monde en plein mon rétroviseur
J’arpente la ligne de bus, Game Over [1.75]

Epuisé que des gamins me disent « Chaffeur arrête-toi fils de pute ! »
Mais je n’ai pas le choix, puisqu’on s’dit tout
Il m’faut du fric alors j’avance là où les flics font demi-tour !

Une boule de stress dans l’bide, j’ai la flème tans pis !
J’conduis le bus de la folie comme Ben Affleck dans « Speed » [1.75]
Au fond les jeunes fument, s’amusent à cracher

Sans faire de surenchères ici l’enfer est sur mon trajet ! [0]
Rincé j’finis mes journées, me dis « Demain ça va changer »
Pourtant y a que la roue d’mon bus que j’ai vu tourner [-1]
Seul je roule ma bosse, la vie est dure mais tout va bien

Tant que je rentre faire un bisou sur les deux joues d’ma gosse
J’enchaîne les belles prières, et la routine me fout la haine !
Ça pue la merde ! Parce que demain sera la même qu’hier
On se lève pour aller gratter

À 22 ans il vit au foyer, Sonacotra

Noyé, dans de l’alcool aucun taf aucun contrat [1.75]
Broyé, par le système hé ouais ! Il a du prendre des pansements
Pour lui l’Europe était une rampe de lancement [2]
Motivé, il y croyait mais franchement !

Ignorant tout des étrangers que l’on regarde étrangement [2]
Il a, vite pigé: ses origines sont maliennes
Que tu sois beurre français ou black tu leur fais peur comme Alien [2]
Une poisse de fils de pute ! Putain !

Qu’est-ce tu veux qu’il disent ? Regarde-le: À 22 ans il en fait 10 de plus
Zéro salaire mais il galère dans la ville
Les fesses à l’air il se maintient comme « Un Indien Dans La Ville » [1]
Le directeur d’Auchan, lui a dit « Mec tu seras pris. [1.75]

Avec ton look un peu rappeur tu feras peur aux gens ! »
La vie d’un jeune paumé, venu du bled
Affolé, voulant reprendre ce que la France a volée !
On se lève pour aller gratter [-1]

Ancien braqueur au style de racaille: appellez moi Fabrice

Les baïls c’était du genre: « Faut que la banque cède à mes caprices ! » [2]
Ma vie, une cicatrice j’ai eu mon fils et j’me suis rangé
Faut dire, que j’ai mangé [0]
Maintenant je n’ai, presque plus rien une fois les factures payées

Tu rentres pas dans la droiture avec une voiture bélier, yeah [0]
Je marche sur un fil, la rue t’encule en principe
Voici l’histoire d’un funambule en fin d’cycle
Utiliser comme un pion

Travailler me fais chier on appelle ça gagner sa vie à la sueur de son fion [1.5]
Une vie de dingue où j’étais, louche voire provoquant
Depuis finit les flingues maintenant c’est couche square toboggan [2]

MONSIEUR TOUT LE MONDE

 

 

Source : parolesmania

 

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    19.25/60 pts soit    4.81/15

–  Profondeur                             3/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  10.81/25  soit   8.64/20

 

 

 

 

 

 

18. Mr Punchline (Remix)

T’es parti mais on t’oublie pas !!
D’un tragique accident sur Ris-Pa [2]
L’alcool sensé nous divertir, a finit par nous détruire
Il te restais tant de chemins à parcourir [1.75]
J’te revois au te-foo entrain de nous faire courir
J’regarde une tof ou t’es entrain de sourire
Y’a pas d’âge pour mourir [3]

Tes frérots, tes sœurs, tes rents-pa ont étaient très forts
m’ont même dit ne pleure pas
Quand j’pense a ton frère au card-pla,  [1.5]
qu’apprend ta mort dans ce triste décor
Qui demande une perm’ pour la lever du corps, [2.75]
et puis qui retourne en son-pri tout seul
Revoyant sa chair dans un linceul [1.75]
On espère tous ce revoir dans l’aù-delà
Auprés d’Allah Soubhana wa-taà’ala [1.5]
Je prie pour qu’il nous accorde sa clémence
C’est quand on meurt que la vie ça commence [1.75]
Quand je repense à notre enfance
Les tournois de foot, les souvenirs de vacances [2]
Ton absence me ronge comme une tumeur
Le passé meurt, les souvenirs demeurent [1.75]

Tu es parti mais,on ne t’oublie pas (nonnn)

(Non,repose en paix)

Tes frérots, tes sœurs, tes rents-pa
Etait tous la pour la janâza
On est parti jusqu’à Serekunda [2.25]
Avec Frédéric,Chérif,Azzedine
J’me suis revu à l’enterrement de Badrédine (Allah y Rahmou) [2]
Je repense à la mort du petit Mehdi (Allah y Rahmou)
Dans le quartier trop de tragedies [2]
C’est à croire que la malchance nous colle à vie
Que le mot « Poisse » rime avec Belleville [1.5]
J’ai pas oublié ce qu’on c’était dit
A la vie a la mort casse-dédi [1.5]
T’es parti comment t’oublier ?
Un vrai Rajjèl pas un poule mouillée [0]
Toujours chaud quand il fallait s’embrouiller
Mais devant la famille toujours l’douiller [0]
Je revois toi, moi, Khaled et Bersa
T’avais le talent d’un joueur du Barça [1.75]
Mais c’est au porc qu’on donne la confiture
Nous, on a eu le droit à la vie dure !! [2]

(Sékou Diamé, Sékou Diamé… tu nous manques repose en paix !)

N’écoute pas les gens qui te font rire
Écoute plutôt ceux qui te font pleurer

 

 

Source : parolesmania

 

 

Evaluation YDM,

déjà évalué

 

 

 

 

 

19. Le phoenix

Prisonnier d’une vie qui n’a pas voulu de moi
Ironie du sort
Des brouillards improvisés on s’habitue à tout même au provisoire
On a touché nos rêves avec le bout du doigt [1.5]
Dans un épais brouillard

L’auditoire est sous tension crapuleux comme un audi noire [2.5]
Parce que le choix n’a pas été laissé
Le doigt n’a pas été baissé [2]
Écris mon blaze entre les traits d’union
De tradition ils ont tendance à confondre la mort du roi et le repos du lion [2]

J’allume le mic 1,2 micro test
Parti de rien comme De Niro
Je représente les animaux de famille modeste [2]
Pour tous les ger-man
Je brise mes chaînes avec mes dents [2]

Chercher l’oseille c’est dans mes gênes
Chez vous c’est gênant. [1]
Alors je tape du poing

J’vise le piston
Comme bricoleur est mon destin
Que des voleurs
On est dans l’vice de père en fiston [2]
Et pas des diesels

Tu sais la vie c’est fort boyard
C’est des épreuves et du placard [1.5]
pour prendre des piécettes
Un Fléau
Quand les califes font des câlins
C’est que l’amour n’est plus dans l’prés

Mais sous le préau [2]
Moi et mon bad crew
C’est la crise,
Quand j’ai la dalle je vois la Brinks

Comme un tirelire posée sur 4 roues [2]
J’essaie de broder
en marche arrière
Mais j’suis pas né du bon côté de la barrière [2]
C’est dur de frauder [2]

Les flics me laissent fuir
Crameurs de voitures
Y’a ceux qui brûlent un cierge
Et les dealers qui brûlent un siège cuir [2.75]

J’atteins les sommets
Au détecteur de puceaux
Tellement d’MC qui jouent les hauts [1.5]
J’aurais pu sonner [-1]

Des photos d’police
Au studio, à Monoprix
La case prison pour moi c’est pas du Monopoly [2]
Le son du cafard
Je viens d’en bas n’oubliez pas
Dans tous les cas qu’au fond d’une cave on fait du caviar [2]

Les riches ont tous des Rolex parce que le temps c’est d’l’argent
C’est pas le livre de la jungle mais tous les gens c’est Tarzan [2]
La terre tremble, je sens des fortes secousses
Depuis qu’les portes du paradis ressemblent aux portes de secours [1.25]

Y’a plus d’infirmes de malhonnêtes et d’dique-sa
Que de gens biens le quotidien n’est pas un film de Pixar [1.25]
Pour un billet obligé d’faire des trucs sales
Je vois l’avenir en pointillés
J’ai grandi rue des culs d’sac [1.5]

En politique y’a que des Coluches
Même si trop pleine était la coupe ,
Je connais l’truc y’a ps de problème y’a que des soluces [1.75]
Préviens les misters

Message au clair
Je marche au flair et sens la merde à 200 mètres
Comme un chien pisteur [2]
?? c’est un master

Ne doutez pas que j’ai la rage
Et tu peux m’croire j’ai pas besoin du vaccin d’Pasteur [2]
J’fais avec c’que j’ai
Pas de pétales, de roses

Mon estomac fait plus de bruit que la bécane de Croze [2]
Voleur à 7 piges
C’est la culbute
Quand c’était pas avec une pute [2]

J’prenais mon pied avec mon pied d’biche [1.75]
Devant l’appât le silence est toujours d’or
C’est bien l’accent de ma banlieue pas les accents qu’ont toujours tord [2]

Moi j’suis pas né pour faire des puissants
J’mène ma vie à 800, 800 [2]
Avant j’aimais l’école mais dans un buisson
Besoin d’un backchich

Mais pas d’un sale shit
Lucide pas dans le son mais chez les Schmits [2.5]
J’suis dans les archives
L’effet d’une bombe pleine

Venu de l’ombre je n’ai pas fait de longues études
Pour être honnête j’ai fait de longues peines [2]
Il faudrait tout r’faire
L’époque est moche quand j’suis en taule t’es à l’école

On ne joue pas dans la même cour frère [1.5]
Tous les jours j’rêve des archipels
Bref pour la baraque a l’architecte c’est archi dead [1.25]
Splif et coffee

J’voulais les gros chiffres
A l’école de la rue les prof m’apprennent à faire du profit [2]
Pour qu’on m’entende fort
Réactif je prends la plume

J’ai plus de vol à mon actif qu’un commandant d’bord [2]
Musique et punchy
Remonté il faut du punch
Ici c’est flush à volonté
Appelle moi flushy [1.75]

 

 

Source : paroles.net

 

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    66.5/105 pts soit    9.5/15

–  Profondeur                             2.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               2/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  14.75/25  soit   11.8/20

 

 

 

 

 

Pour conclure,

 

 

Sinik la plume poignard

Évaluation textuelle de cet album – Dans ma grotte – est de  soit   10.64/20 (180.89/17) 

 

Il peut donc être qualifié d’album textuellement correct

 

 

 

 

 

 

Osez le bon sens !

YDM

Be the first to comment on "Sinik – La Plume et le Poignard : textuellement correct"

Leave a comment