Sèves d'amour

 

 

 

 

 

 
En fait, il n’eut jamais de oui ferme
Juste un baiser et une fusion de dermes
Suivie d’effusions, de vas-y, je t’aime
Conclus par un long jet de sperme

C’était de beaux débuts pour ce goupillon
Mais les mélanges de salives s’espacèrent
Avec le temps, les crampettes s’atténuèrent
Et firent place nette aux échanges de postillons

Des cris, des crises, entremêlés de larmes
Le vernis craque peu à peu
Mais l’amour, s’acharne toujours et désarme
Les cœurs naïfs pour qui demain, tout ira mieux

Il a suffi d’une fois, d’un coup de sang
Désormais, il la frappe tout le temps
Et elle n’a plus que la boule au ventre
Quand son vaillant chevalier rentre

Depuis peu, il sort la nuit et urine
Sur les ruines de son histoire d’amour
Cela fait une semaine qu’elle purine
Dans son jardin, sous le carré en labour

Il l’avait prévu pour ses potirons écarlates
Mais la nouvelle élue préfère les tomates
Elle est bien conne, comme il les aime
Mais le jour viendra où elle fertilisera ses chrysanthèmes

 

Be the first to comment on "Sèves d'amour"

Leave a comment