Se faire la belle

Regardes !
Regardes la plus belle des évasions
Celle qui berne toujours les matons
Regardes l’horizon ! Il s’évade

Le ciel, timide, rougit
La lune complice, sourit
Elle brille de tous ses atours
Charme et enchante les pupilles

De la terre, qui, tour à tour
Admire son strip-tease
Et pendant qu’elle se déshabille
S’échappe discrètement le jour

Aucune hâte dans ses pas
Aucune hantise
Il s’en va
Calmement

Sa liberté acquise
Sûr de lui
Crânement
Il s’éloigne sans bruit

Regardes !
Regardes !
Regardes l’horizon !
Regardes l’horizon ! Il s’évade

Il disparaît dans la nuit
Se fond dans son ombre
Libre, repu mais épanoui
Dans ces décombres

Il se fera capturé dans quelques heures
Comme d’habitude
Il est atteint de Parkinson
La terre le délogera de sa noirceur

Pour lui imposer sa solitude
Sa cellule de prison
Sa mémoire, sa trahison
Ses illusions, son échappatoire

Mais il n’est déjà plus là
Il vit son prochain départ
Et le soir venu, il est détendu
Drôle de détenu

Regardes !
Regardes comme il s’y prend
Regardes et apprends
Regardes l’horizon

Tu ne verras pas la prison
Tu ne verras pas les barreaux de ta fenêtre
Et quand viendra le temps des ténèbres
Tu t’endormiras sur tes rêves, garçon

Be the first to comment on "Se faire la belle"

Leave a comment