Retour sur Lloyd A. Hall

Lloyd_A_Hall_source_webfiles_uci.jpeg

Lloyd Augustus Hall peut être considéré comme l’un des scientifiques noirs américains qu’on n’aurait pas tort de qualifier de pionnier pour un double motif. D’une part, le champ de ses recherches était relativement nouveau (il s’agissait de la chimie alimentaire ou plus précisément de la conservation des aliments) ; d’une part, seulement quelques chercheurs s’y étaient consacrés.

Né le 20 juin 1894 à Elgin (Illinois), Hall fréquenta l’East Side High School. Dès son jeune âge, il s’intéressa aux sciences. A la fin de ses études secondaires, il bénéficia de quatre bourses universitaires. Finalement, il opta pour la Northwestern University. En 1916, il reçut son baccalauréat ès sciences. Puis il poursuit des études supérieures en chimie à l’université de Chicago, il devint en 1925 directeur de recherche aux Griffith Laboratories. Durant la deuxième guerre mondiale, il travailla, de 1943 à 1948, comme membre du Committee on Food Research of the Scientific Advisory Board (Quartermaster Corps, War Department). Consultant pour la George W. Carver Fourndation (1946-1948) et la Food and Agricultural Organization of the United Nations (F.A.O), Lloyd A. Hall a passé six mois en Indonésie au service de cette organisation dont le siège se trouve actuellement à Rome. Hall était également membre de l’Institute of Food Technologists et collabora activement à la publication du magazine The Vitalizer. Il s’est surtout distingué par ses travaux sur la préservation des aliments. En effet, les procédés de conservation des aliments étaient loin d’être satisfaisants. Depuis les temps les plus réculés, on utilisait le chlorure de sodium (le sel de ltable) comme agent de préservation de la viande par exemple. Hall s’est rendu compte que la préservation de la viande par un mélange de chlorure de sodium pénètre trop lentement la viande à l’encontre du nitrate de sodium qui le font plus rapidement. Par conséquent, le processus de détérioration l’emporte sur celui de la conservation. Hall est parvenu à résoudre ce problème en incorporant le nitrate et le nitrite dans des cristaux de chlorure de sodium par la technique appelée << séchage rapide>> (Flash drying). Ce procédé nouveau permet la conservation des aliments sans en altérer l’apparence et le goût. On l’a appliqué dans toute l’industrie alimentaire. Cependant un autre problème se posait celui de l’emmagasinage des produits. Dans les contenants en usage jusqu’alors, la mixture saline employée par Hall absorbait l’humidité de l’air et formait une croûte solide. Pour y remédier, il eut recours à une combinaison de deux agents chimiques : la glycérine et le tartrate.

Les_savants_et_inventeurs_noirs.jpeg

Un autre champ d’investigation auquel il porta un grand intérêt concernait la stérilisation des aliments et des substances qui y sont associées. Contrairement à la croyance générale, Hall avance que les épices, au lieu de préserver les aliments, créent des millions de germes de bactéries. Hall traite les produits alimentaires par le vide; ce qui élimine l’humidité, nettoie la surface et l’intérieur des aliments qui , sous l’action de l’éthylène, se stérilisent. Donc, l’introduction des épices stérilisées dans l’industrie alimentaire provoqua une véritable révolution dans ce domaine. Car la méthode utilisée trouva son application en cosmétologie, en médecine (pour les médicaments et les accessoires). Elle connut un usage général à travers les Etats-Unis. LLoyd A. Hall a publié de nombreux articles scientifiques et détient plus d’une centaine de brevets pour ses divers travaux.

La consécration de Hall ne se réduit pas à ces faits. Membre de l’American Food for Peace Council de 1962 à 1964, il est aussi membre d’honneur de plusieurs sociétés savantes : American Association for the Advancement of Science, American Public Health Association, New York Academy of Sciences. LLoyd A. Hall fut le récipiendaire de plusieurs prix : Honor Scroll of the Chicago (1956), Phi Tau Sigma, Honor award du Committee of 100 de Chicago (1957), Certificate of Appreciation du Watermaster Corps pour les services rendus pendant la seconde guerre mondiale. Outre ces témoignages de reconnaissance, de nombreux ouvrages collectifs ont retenu le nom de LLoyd A. Hall : Américan men of Science, Who’s Who in Chemistry, Who’s who in COlored America, Who’s Who in America.

Les inventeurs et savants noirs

L’Harmattan

15€

Be the first to comment on "Retour sur Lloyd A. Hall"

Leave a comment