Redresse-nous, petit !

 

 

 

 

 

 

 

Petit, il fut un temps
Il y’a fort longtemps
Où il n’y avait pas d’Occident
Où il n’y avait pas de blanc

Dans nos tranches
Sous nos verbes
Sur nos lèvres
Derrière nos hanches

Aucune raison
De se défausser sur l’autre
Vu que nous ne connaissions
Que le regard des nôtres

Nous étions debout
C’était, il y’a si longtemps
C’est avant
Avant de devenir des gnous

D’être la serpillère de l’univers
D’être ce que tu vois
D’être ce que tu côtoies
Nous avons été des peuples fiers

Ces noirs n’ont plus de mémoires
Étêtés, ils peinent à vouloir
Je l’avoue, à la place du blanc, j’aurais fait pareil
Petit, le vrai problème du nègre, c’est lui-même

Be the first to comment on "Redresse-nous, petit !"

Leave a comment