[Raphael Adjobi] Révélations sur un scandale français, de Laurent Gbagbo et François Mattei)

Ce livre à deux voix est à classer dans la catégorie « Histoire », rubrique « Relations entre la France et ses anciennes colonies ». Même si la Côte d’Ivoire des années 2000 à 2011 constitue son noyau central, elle n’est rien d’autre que le microcosme permettant de bien cerner les périlleux tâtonnements de l’Afrique francophone sur le chemin du développement économique d’une part et de l’expérience institutionnelle et politique sur le modèle européen d’autre part. Un livre incontournable donc pour tous les Africains francophones – généralement très sectaires, se désintéressant des malheurs des voisins jusqu’à ce qu’ils en soient frappés eux-mêmes.

laurent_gbagbo_xx9_thn_sqr_250Avec ce livre, « Elle n’est pas belle, la France ! » Pas du tout. Nous avons ici un excellent résumé de la Françafrique et d’éclatantes illustrations de ses pratiques. Ce système d’ingérence de la France dans les affaires africaines nous laisse voir « sa classe politique – formée dans le moule étroit de l’ENA – plus habituée à gérer les acquis du passé qu’à imaginer un avenir » hors de l’Afrique. Elle préfère donc continuer à traire sa vache africaine. Comme le dit si bien François Mattei, dans l’Afrique, c’est comme dans le cochon : tout est bon ; même les dettes dont on la couvre rapportent gros à la France.

Ce livre montre surtout l’outrageante franchise des Français dans l’accomplissement de leurs forfaits en Afrique. Ils n’ont pas foi en l’ONU, mais ils aiment en faire la précieuse couverture de leurs actions destructrices. « L’ONU, […] c’est une vue de l’esprit, ça n’existe pas », dit Jean-Marc Simon, ancien ambassadeur en Côte d’Ivoire ; propos qui fait écho à « ce machin » de Charles de Gaulle. Quant à l’affirmation de leur volonté délibérée  de se défaire de Laurent Gbagbo – pour le simple fait qu’il n’était pas prévu dans leur plan – est absolument sidérant !  On a tout inventé pour le salir, alors que, comme le remarque François Mattei d’un ton moqueur, « il n’y a pas plus de réseau pro-Gbagbo que de chocolaterie en Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao ».

 

 

Des portraits très instructifs

Outre les multiples traces de l’acharnement destructeur et calomniateur de la France contre Laurent Gbagbo, ce livre retient aussi l’attention par les nombreux portraits savoureux qu’il propose. D’une façon générale, un ambassadeur français en Afrique est « une barbouze en cravate » ; rien de plus ! Nicolas Sarkozy, connu en France pour être le premier président inculte, est peint par Laurent Gbagbo comme celui qui « ne prend pas le temps de réfléchir […]. Chez lui, à la place des idées, il y a l’arrogance ». Quant à Henri Konan Bédié – le président du PDCI-RDA – aucun de ceux qui l’ont côtoyé ne lui a découvert la moindre qualité ! A ceux qui pensent qu’il serait le fils naturel d’Houphouët-Boigny, la veuve du « vieux » répond qu’ « il est trop laid pour être le fils de [son] mari ». Les Français de leur côté estiment qu’il est une vraie pâte à modeler : « Bédié – selon l’ambassadeur Jean-Marc Simon – il compte les enveloppes » ; un peu d’argent et il vous suit comme un petit « chien-chien ». Et Laurent Gbagbo de compléter ce portrait en ajoutant que Konan Bédié s’accroche à la direction du PDCI parce qu’ « il veut qu’on continue de l’acheter ».

Vous découvrirez d’autres portraits fort intéressants dans ce livre : celui de Dominique de Villepin, du général Doué, et une magnifique peinture de la CPI et de l’ONUCI. Bien sûr vous aurez droit à celui d’Alassane Ouattara qui n’a rien d’un homme politique mais tout d’un affairiste calculateur. Son caractère ignoble n’échappera pas au lecteur : ou bien il ne s’est jamais soucié du mauvais traitement que Laurent Gbagbo subissait, ou bien c’est lui-même qui a donné l’instruction pour qu’on le prive de la lumière du jour dans sa prison de Korhogo et surtout pour qu’on l’envoie à La Haye en plein hiver en petite chemise et en sandales. Cette absence de précautions particulières pour un haut dignitaire, fût-il prisonnier, fait de Ouattara un véritable monstre, indigne de toute considération.

Laurent-Gbagbo-reste-campe-sur-ses-positions-refusant-de-ceder-aux-pressions.-930620_scalewidth_630Retenez aussi que dans le contexte des relations françafricaines et ivoiro-françaises, devant l’adversité étrangère ou locale, Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara ont fui en se refugiant dans le giron d’une ambassade étrangère. Seul Laurent Gbagbo est demeuré ferme dans ses convictions face à l’armée ennemie. Il a été incontestablement le meilleur des politiciens dans une situation de crise ! Leçon que tous les Ivoiriens devraient retenir au moment de se choisir un président pour les diriger.

Combien d’Ivoiriens, combien d’Africains et combien de Français liront ce livre ? Que ceux qui n’oseront pas le lire se taisent à jamais quand ils entendront parler de la France en Afrique ou de Laurent Gbagbo. Cependant, qu’ils n’oublient pas que la France est le véritable ennemi de toute l’Afrique francophone. Car « tant que les piliers de la Françafrique seront debout – la présence de l’armée française, le franc Cfa, le choix des présidents par l’Elysée – la souveraineté des pays d’Afrique ne sera qu’un leurre, et la Françafrique, la réalité ».

 

 

Raphaël ADJOBI

Be the first to comment on "[Raphael Adjobi] Révélations sur un scandale français, de Laurent Gbagbo et François Mattei)"

Leave a comment