Pour un service civil obligatoire ?

Afin de participer au débat très animé qui porte sur la cohésion sociale et le renforcement de l’esprit d’appartenance et de corps à son pays, nous attirons l’attention sur le rapport de l’amiral Alain Béreau, membre du Conseil d’analyse de la société, paru en 2006 et intitulé : Faut-il instituer un service civil obligatoire ?, La documentation française.


L’amiral y passe toute l’histoire du service militaire; de la conscription jusqu’à sa suspension via la loi Richard de 97 et la mise en place du parcours de citoyenneté. Les origines de la conscription, les différentes évolutions, l’influence des guerres sur les politiques de mobilisation, les variations de durée, et l’inexorable cheminement vers la situation actuelle. Nous avons d’ailleurs appris que le service militaire n’est pas supprimé mais simplement suspendu. Ce qui permet justement de comprendre l’usage premier de cet instrument de mobilisation citoyenne. Le rôle de formation à la citoyenneté est indéniable et dans le contexte actuel où la population réclame à cor et à cri des zones de brassage, de solidarité et d’éveil patriotique, la question d’un service militaire et donc, d’un service civil/civique devient centrale.


La disparition du service militaire étant clairement entérinée en raison de son coût très élevé, de la féminisation des valeurs, et de son inefficacité stratégique (les armées sont plus professionnelles, les équipements et les armes plus modernes, et la situation de paix prolongée de l’Europe ne laisse présager d’aucun conflit majeur à l’échelle d’une génération,…), les hommes politiques sont bien lunés de songer à des moyens de recréer une dynamique collective pour le pays et pour les jeunes.

Le service civil trouve toute sa place dans cette vision de cohésion et bien courageux serait celui qui oserait le remettre en cause.

Ce livre se permet d’évaluer le service civil volontaire français, de mettre en lumière ses incohérences, ses insuffisances, ses gaspillages et son manque de clarté. Les modèles italiens et allemands sont assez pertinents et montrent qu’il est possible d’optimiser ces engagements. Chaque point crucial est traité et les estimations financières des différents modèles sont reportés et comparés afin que chacun puisse se faire une idée précise des options à retenir.

Les différentes formes de service civile pléthoriques, inégalitaires, dispendieuses, aux résultats assez médiocres pour ne pas dire catastrophiques y sont exposées et analysées.

L’on ne peut en ressortir que convaincu par la nécessité sociale d’un tel service. Civil et/ou civique, opposé au militaire et/ou apprentissage de la citoyenneté.


Se pose maintenant la question de son caractère obligatoire. Et si oui, comment l’organiser ? Quel contenu y mettre ? Qui y affecter ? Combien cela coûterait ? L’amiral Béreau estime à 2 milliards d’euros le coût annuel d’un service civil obligatoire efficient, sur une durée de 4 mois, traitant des solidarités avec de nombreuses mesures intéressantes comme de jeunes appelés travaillant pour les associations, les hôpitaux, le SAMU, les maisons de retraite ou des représentations de la France à l’étranger. Un bémol accompagne tout de même le volontariat à l’étranger dans le cadre des entreprises, un modèle de privilégiés gangréné par l’élitisme et le favoritisme. ClaireYvesAndré rend vivante l’une des propositions phares de l’amiral, à savoir le tutorat proposé aux appelés étudiants.

Concrètement un jeune étudiant qui assure un tel tutorat pendant les trois années de sa scolarité en grande école (ou dans une université), à raison d’une journée par semaine pendant les périodes scolaires (trente-cinq semaines environ par an), consacre donc au total une centaine de jours à ce tutorat, ce qui correspond à un service d’une durée de trois ou quatre mois.

Page 121


D’après les données du rapport (2006), la France comptait 880000 associations dont 145000 ayant un personnel rémunéré. L’usage des appelés pour ces organisations et l’aide aux personnes notamment les personnes âgées (2.7 millions de personnes de plus de 80 ans en 2006, chiffre en constante progression) sera absolument bénéfique pour la communauté et l’éveil de leur sens de la fraternité.

Nous sommes persuadés que l’école ne peut demeurer le seul terrain de rencontre programmée des jeunes français.

Ce rapport tombe à point nommé pour se faire une opinion assez juste du service civil français, et surtout d’un hypothétique service civil français obligatoire.

 

 

Osez le bon sens !

YDM

Be the first to comment on "Pour un service civil obligatoire ?"

Leave a comment