Pédophilie des prêtres en Afrique : inexistante, insignifiante ou impressionnante ?

Partout ailleurs, pédophilie et prêtres catholiques sont synonymes. Benoît XVI a effectué un travail de dératisation absolument salutaire pour essayer de redorer le blason d’une institution porteuse d’horreurs et de désolation.

 
JPII, la star des myopathes, avait couvert ses collègues et fait dresser un fort autour de leurs dégénérescences. Le plus emblématique était ce cardinal  père de famille, cocaïnomane, affairiste et pédophile mexicain, à la tête de la Légion du Christ, riche de plus de 3000 séminaristes; Marcial Maciel. Une référence de probité, ami du pape et très longtemps papabile.

 

 

Aux USA et au Canada, l’église catholique ne cesse de négocier des transactions financières afin d’indemniser les multiples familles dont l’un des proches a eu à faire à un prélateur pédophile. On parle de centaines de millions de dollars. Évidemment, la hiérarchie ne s’est jamais préoccupée des prêtres qui violaient des gosses derrière leurs autels, sous leurs nez, et a tout fait pour les couvrir en leur faisant changer de diocèses, de pays à chaque alerte d’un con de père qui avait la mauvaise idée de venger son fils fisté ou enculé.

 

 

En Europe, les cas les plus notables ont eu lieu en Irlande pendant des décennies avec des prêtres qui se défoulaient sur des générations entières de gosses. Si l’on cherche, il est possible de trouver un père orphelin qui s’est fait violer par l’un d’eux, et dont le fils a été aussi victime de la même mante religieuse. Les orphelinats irlandais ont longtemps été des baisodromes pour pédophiles et il n’y a que récemment que les victimes se sont mises à parler.

 

 

En France, chaque mois apporte son père pédophile. Avec la banlieue, l’Islam et la corruption des élites, c’est un marronnier garanti.

 

 

En Asie, le peu de pénétration du catholicisme a protégé considérablement ses populations de ces vils missionnaires. Si l’on gratte un peu dans l’histoire du Vietnam ou du Cambodge, on finira sans doute par trouver des traces prélat-pédophiliques. Malheureusement, pour les asiatiques, l’ONU et les USA ont spécialisé certains pays dans le tourisme sexuel afin de soulager les boys qui revenaient fourbus d’avoir longtemps étriper et vitrifier leurs frères dans les rizières et les mangroves. Désormais, la Thaïlande, c’est Slutland + Neverland. Doublement Sodome. Il est possible pour des gens bien d’aller se gondoler dans les bras de jeunes boxeurs de 40 ans sans que cela ne gêne le bobo : c’était bien écrit, c’est de l’art, ça compte pour rien.

 

 

En Australie, c’est certainement moins fréquent vu que la plupart des australiens sont des anglais, et donc des protestants. Mais bon, les irlandais migrant partout, le catholicisme doit y être résiduel. L’expérience montre que là où vous avez du catholicisme, vous avez de la pédophilie: comme dirait Sefyu, ça va avec.

 

 

Concernant l’Afrique et très probablement l’Amérique latine, deux des continents les plus ouverts à toutes les merdes car les plus faibles; où domine depuis l’esclavage, la colonisation et les génocides le catholicisme, il n’existe pas de cas marquants. Rien ! Deux trois péquenots par ci, par là…. De temps en temps… Rien de systématique, de probant. Ces deux continents, les plus pauvres, ne sont pas kid friendly… Non !

Eh ben, Bullshit ! Je n’y crois pas ! Au contraire, je soupçonne les hautes instances de ce corps d’y avoir déversés tous les rebuts, les mauvais, les nuls et sans aucun doute, les pédophiles démasqués ayant sévis sur d’autres contrées.

 

 

Combien de parents africains ont été violés par ces prêtres ?
Comment la pédophilie et même la pédérastie sont entrées insidieusement dans nos mœurs si ce n’est pas à travers ces missionnaires ?

N’est-on pas en droit de dire que ces déviances ont été introduites en Afrique et en Amérique latine par le catholicisme ?

 

Je pense que les pédophiles, notamment les prêtres (installés dans des zones villageoises et se rendant indispensables auprès des autochtones) continuent de violer impunément des enfants africains, et je milite pour des enquêtes fouillées et systématiques à chaque fois qu’un cureton débarque pour évangéliser le bush, civiliser l’animiste.

Nous ne pouvons pas continuer à y recevoir les perdus, les ratés, les illuminés, les idéalistes, les médiocres qui ensemencent de vilénies et d’insuffisances, nos cultures. On n’y envoie pas les meilleurs, c’est une évidence, un peu comme pour les ambassadeurs.

 

 

Comment résorber la pédophilie en Afrique ?

 

Chaque pays africain devrait demander de joindre un CV détaillé avec numéros de téléphones des anciens diocèses du candidat et surtout, une attestation sur l’honneur signée par le cardinal du coin , que le rend directement responsable devant les tribunaux, de poursuites judiciaires pour importation et hébergement de pédophile transfuge. L’Afrique ne peut pas être un lieu d’exil de la lie de la criminalité. Tout le monde sait par exemple que Marrakech est depuis une décennie, la nouvelle Mecque du tourisme pédophilique en Afrique. Le Sénégal en prend le chemin, suivi du Cameroun et du Cap Vert. Que de retraités et d’hommes publiques qui y migrent, n’est-ce pas ? Et pas simplement pour la qualité de vie, croyez-moi.

Bien évidemment, il est indispensable d’alourdir les peines et notamment les dommages et intérêts. En faisant deux ou trois bons exemples, certains finiront par comprendre que l’épopée coloniale a bel et bien disparu.

 

J’ai cru entendre un jour que là où il y avait délinquance, il y avait immigration. Le clergé n’est pas le seul antre de cette infamie. Il faut néanmoins reconnaître que les deux vont de pair depuis des siècles. L’habit ne fait pas le moine; c’est sûr mais on reconnaît le moine par son habit. Vigilance et fermeté. Combattre la pédophilie passe forcément par responsabiliser la hiérarchie catholique qui déplace ses démons sur un échiquier aussi vaste que le globe et soumet nos enfants à leurs perversions.

 

 

Et je le dis, si la pédophilie était un système en Irlande, qu’en est-il de l’Afrique ?

 

Pouvez-vous croire que tous ces prêtres qui s’incrustent partout en Afrique au prétexte d’évangélisation et d’amour du prochain (pourquoi envoyer des prêtres blancs en Afrique alors qu’il en manque partout en Europe, que le catholicisme européen n’est qu’un catholicisme d’apparat, d’affichage et de grabataires, alors que l’Afrique croule sous toutes ces officines de décérébration spirituelle ?). Quand on sait que les irlandais ont été les malheureuses populations-tests pour la systématisation de l’esclavage occidentale et du commerce triangulaire (confère l’invention de la race blanche de Théodore W. Allen), l’on est enclin à croire que ce qui s’y est passé, est une rigolade au vu de ce que des chercheurs débridés pourraient nous révéler si l’occasion leur était donnée.

 

Faute de surveillances, de contrôles, de moyens et surtout de volonté (Soumission au Vatican et achat de la paix sociale dans les pays africains quand les grands-parents découvriront que leurs gosses envoyés dans des internats catholiques étaient des objets sexuels. Combien de dirigeants africains actuels ont subi la pédophilie et l’infligent désormais aux jeunes qui les sollicitent pour des appuis (homosexualité contrainte de jeunes éphèbes auprès de politiques camerounais, c’est connu) ?), je crois que l’Afrique et l’Amérique latine sont des dépotoirs à pédophiles, à prêtres pédophiles, les derniers havres de paix pour la pédocriminalité mondialisée. Et qu’il est venu le temps de s’en débarrasser.

 

 

 

 

Osez le bon sens !
YDM

1 Comment on "Pédophilie des prêtres en Afrique : inexistante, insignifiante ou impressionnante ?"

  1. bien dit mon frère, il manque des prêtres en europe et en même tant on voit débarquer des prêtres blancs en afrique pour évangélisé, du n’importe quoi.
    le prêtre enlevé au Cameroun était un pédophile, le jour de son arrestatation , il était entrain d’abuser d’un gosse.

Leave a comment