Oui au vote communautaire !

Cet article m’a été inspiré par le souvenir déjà lointain d’une jeune fille noire d’origine malienne, je crois, qui faisait de la politique dans le 93. Elle faisait partie des femmes de la diversité que mettait en lumière l’antiracailliste Nicolas le terrifiant.

 

Je suis désolé mais je ne me souviens pas de son nom. Je me rappelle juste qu’elle avait des chicots, on aurait dit les miens; des sacrés attaque-maniocs en débandade sur ses gencives; et qu’elle a très bien servi jusqu’à ce que viennent les élections municipales ou législatives. Elle était du 93, jeune, noire, prête à travailler plus pour gagner plus, militait hardiment pour l‘UMP, passait même parfois à la télé pour faire la promo de sa famille politique.

Et puis, quand il a fallu becter, Raoult Eric, maire du Raincy et responsable politique du parti dans la plantation, l’a placée en 11e ou 12ème position sur les listes électorales. La pauvre a regimbé, timidement soutenu par le système (qui s’est souvenu opportunément que la discrimination positive était finalement négative pour la société. Discriminer pour les femmes, ça passe encore; mais femme et noire, c’était trop. Les féministes ont préféré soutenir l’abolition du mot Mademoiselle du dictionnaire.) mais cela n’a servi à rien. Dès lors, elle a disparu du paysage politique; dévastée par le sarcome de Sarkozy, elle cuve sa désillusion dans les oubliettes de son parti fétiche.

Les élections municipales de 2014 arrivent à grands pas. 40 villes, combien d’entre elles éliront enfin un maire noir, arabe, même pakat ou asiat ? 50 ans que l’on voit défiler des immigrés dans le département, 2 universités et l’antiracisme religion d’État plus tard, pas la moindre mélanine à l’horizon, ni le moindre œil bridé derrière le judas des partis de gauche, adorateurs de pauvres. Y ont-ils songé seulement ? J’en doute.

Nous devrons revoir les mêmes becs aux mangeoires et nous féliciter de la vitalité de la démocrassie. Marseille, la peu recommandable est dirigée par des gens du cru. Samia Ghali, Mennucci, Gaudin, … Tous du coin. Dans le 93, la diversité est outre-dyonisienne, bedonnante, la soixantaine bien frappée et au niveau socio-culturel inversement proportionnel à leurs sujets. Bienvenue dans la plantation. Avec son bataillon d’apparatchik, de fils de, de pistonnés et autres assistés de la vie qui s’ignorent. La jeunesse doit patienter, les nègres doivent patienter, les bougnoules doivent patienter. Les toubabs fils d’ouvriers doivent patienter.

Le local toujours préposé à la distribution des tracts et aux remerciements très chaleureux. La bectance revenant toujours aux mêmes, atteints de fossilite aiguë, de népotisme triomphant, de parasitisme socialement accepté.

 

Les gosses adorent Zidane et La Fouine. S’ils voyaient un gars du quartier arrivé à la tête de la ville, certains s’en inspireraient aussi pour changer de perspectives d’avenir. J’ai la conviction qu’il y a des minots qui commencent à se reconnaître dans une Ghali, un Hamadi, et cela m’écorche les doigts de le dire mais ne soyons pas méprisant, même pour le Butler de Solférino. Les types s’étonnent du succès du FN et ne regardent jamais leurs cheveux gris, leur bedaine et leur calvitie, leur monoculture. On peut dire tout ce qu’on veut, mais quand on voit un Philippot dans les débats télévisés encadré par des grabataires, des arthritiques, des fossiles; l’on est bien obligé de se dire que ça sent moins le sapin au Front. Quand on pense qu’un type comme Fabius est encore là, accroché à ses steaks comme un kyste à une cellule. Ils ne comprennent pas. Toujours pas. Alzheimer, sans doute…

 

Mais non, négros, jouez au foot ! Faites du rap ! Mangez des cacahouètes et souriez à la camera! Nous, on s’occupe du reste.

 

Aux habitants de ces quartiers du 93, pères et mères de racailles, grands-pères et grands-mères de fainéants, tantes de chômeurs volontaires et de fraudeurs, oncles de la raison de la montée du Front National, … Bref, français des banlieues : votez pour les vôtres, pour des gens qui vous ressemblent, pour vous.

Choisissez une personne de votre quartier, de votre communauté, un jeune motivé, une mère dévouée, un père courageux et allez voter massivement pour elle ou pour lui. Ne laissez plus des gens qui vous méprisent vous imposer des édiles qui n’ont rien à voir avec vous. Votez pour vous, pour une fois et goûtez enfin au parfum de la responsabilité, de la liberté, de la dignité. Ne tolérez plus l’incompétence, le népotisme, le parasitisme social. Votez local. Votez banlieue. Votez noir. Votez arabe. Votez chinois. Votez musulman. Votez handicapé. Votez pour vous. Votez pour vos enfants, vos frères, vos sœurs. Votez communautaire. Mais votez.

Et dites-vous bien que ce ne sera pas pire comme critère que ceux qui sont bien scandés et mal appliqués.

 

Voyez-vous le nombre de personnes insoupçonnées qui rêvent de prospérer grâce à vous, à votre vote ?

Ils sont tout miel, vous font des danses du ventre pour acquérir ou renouveler leurs steaks. 40 ans qu’ils vous content des sornettes, 40 ans que rien ne change, 40 ans que vous voyez passer les trains. Faut être profondément idiots pour continuer dans cette voie. Votez pour l’un des vôtres.

Ou bien, continuez de perpétuer la plantation. Et ne vous plaignez plus jamais.

 

 

Votez pour vos intérêts. Prenez vos responsabilités. Que votre choix soit cher et rentable pour les vôtres. Que la fossilite cesse. Que la ventouse **ale cesse. Que papa-maman-le réseau-la pleurniche cesse. Que la politique vous serve enfin. Votez pour vos enfants. Votez séquano-Dionysiens. Votez pour vous.

 

 

 

 

Osez le bon sens !

YDM

Be the first to comment on "Oui au vote communautaire !"

Leave a comment