Les rois de la nuit

Mes rêves ne font jamais de grèves
Ils sont mon énergie, ma sève
Les raisons pour lesquelles je me lève
Chaque matin avec une main sur mon glaive

Mes rêves ne font jamais de trêves
Et peu importe la façon dont ils s’achèvent
Je me retrouve toujours dans la bouche d’Eve
A l’intérieur de la pomme, comme une fève

Mes rêves s’entremêlent comme Poutine et Medvedev
Au trône  se succèdent, s’entraident et s’en servent
Pour remettre des garde-fous dans ces contentions de Genève
Le message est clair : tu restes ferme, tu la fermes ou tu crèves

Mes rêves sont des océans épandus d’optimisme
Aussi vastes et discontinus que le crétinisme
De cette époque riche de sa fatuité
Mon acuité fait suite à leur vacuité

Mes rêves prennent des chemins de travers
Parfois, mais arrivent toujours à destination
Irrémédiablement, à pas de ver
Bénies soient ces douces pérégrinations

Mes rêves guident mes pas
D’ici et maintenant à trépas
Des compliments de l’envie
Jaillis des tréfonds de mes sombres nuits

Be the first to comment on "Les rois de la nuit"

Leave a comment