Les rêves de mon père de Barack Obama

Très belle autobiographie de Barack Obama où il explique avec beaucoup de qualité, son métissage et tout le cheminement qui l’a mené d’Hawaï à Harvard.

Ce qui est remarquable avec ce livre, c’est de se rendre compte qu’il lui avait été demandé de le rédiger parce qu’il était le premier étudiant rédacteur du journal de droit de Harvard. Simplement pour cela, un éditeur lui a proposé de publier. Cela dit beaucoup du chamboulement que cela a dû être dans les milieux intellectuels de l’Amérique. Sa trajectoire est juste singulière et édifiante.

 

Le deuxième élément que j’ai constaté est qu’il ne parle jamais de ses études, brillantes. Il a toujours été un élève excellent mais il n’en fait pas grand cas. Il a fréquenté les meilleures écoles tout le long de son cursus académique et malgré un début de carrière dans la finance, il a choisi de se consacrer aux autres, comme éducateur de quartier à Chicago. C’est un modèle de mérite républicain et surtout, de l’influence réelle des parents dans la réussite de leurs enfants. Ce qu’il faut retenir finalement de son parcours exceptionnel, c’est qu’il n’y a pas de hasard. Barack Obama a été mis en orbite dès son plus jeune âge pour réussir dans la vie; et il a réussi sa vie. Il n’y a pas de hasard, de chance mais la détermination et l’éducation reçues de sa mère, de ses grands-parents, et sa volonté de trouver un sens à son existence. Il s’est donné les moyens d’y arriver et il a eu les appuis au sein de sa famille pour atteindre ses buts. Comme tous les ados, il a fait des conneries (fumeur de joints et il a même essayé la cocaïne), mais il n’a jamais oublié l’essentiel:  assurer à l’école.

 

Son regard sur ses racines africaines est aussi très éclairant pour tous les métis et tous les autres noirs vivant en Occident. Ses interrogations et la façon qu’il a de lire les réactions de chacune des communautés dans lesquelles il s’implique, navigue, nous apprend beaucoup sur la difficulté qu’ont ces gens à se situer dans l’existence. Comment être noir tout en étant blanc ? Comment accepter sa blancheur sans offusquer sa part nègre ? D’Hawaï à Alego en passant par Chicago ou New York, l’on assiste à sa quête désespérée à trouver une place dans cette société très manichéenne.

La vie de son père, personnage central de son livre, nous parlera aussi car il faisait partie des premières élites africaines qui ont pu se former en Occident et qui étaient chargés de retransmettre leurs savoirs sur le continent afin de développer leur pays.

 

Le livre s’achève sur son mariage et donc, l’on ne saura pas comment il a fait pour passer d’un statut d’animateur de quartier à sénateur, puis candidat à la présidence des USA. Harvard aura certainement été le visa qui lui a ouvert les portes des cercles de pouvoir et c’est avec un intérêt redoublé que je lirai ses mémoires. J’ai pris beaucoup de plaisir à le  lire et je ne peux que le recommander à tous ces afro-européens, ces franco-africains, perdus dans leur double culture, leur double dépendance, leur double allégeance.  Il vous aidera sans doute à trouver votre positionnement, et à accepter de vous départir d’une part de vous-même pour mieux avancer et vous réaliser dans la vie.

 

 

Le livre est actuellement disponible dans notre chaîne de lecture.

 

Osez le bon sens !

YDM

Be the first to comment on "Les rêves de mon père de Barack Obama"

Leave a comment