L’air guitar, la maturité de l’insignifiance ou l’époque

Ils nous l’ont vendu avec beaucoup de finesse.

Prenez la nullité, associez-la à la paresse, trouvez-lui un anglicisme, vous obtiendrez l’air guitar.

La guitare invisible, ou vide artistique, pratiquée de plus en plus par cette génération de benêts pontifiants aux cheveux longs et à l’habillement interlope.

 

 


La quintessence du vide: mimer le talent et l’appeler de l’art.

Nous devons nous extasier sur les performances de ces ados attardés, paresseux compulsifs qui, dans leurs simagrées pathétiques, sont encore incapables de livrer une copie, disons acceptable, des performances scéniques des célèbres metalleux qu’ils miment.

Mauvais mimes de musiciens, mauvais mimes, mauvais musiciens, ils sont la nullité, ils sont l’époque.

Il est déjà insupportable de voir des mioches reproduire piteusement les mimiques d’Iggy Pop, d’Ozzy, Angus Young, ou Gene Simmons.

Voir ces adultes impubères se trémousser idiotement comme des gosses reproduisant piteusement des mimiques d’Iggy Pop, d’Ozzy, Angus Young, ou Gene Simmons, est un exercice infect pour tout honnête amateur de heavy metal. Permettez-nous de nous retourner dans notre vomi ! … C’est fait.

 

 


Notre dégénération

Puisqu’il paraît que tous les rockers en herbe débutent dans leurs chambres, face au miroir, qu’ils y restent. Nous voulons des rockers qui ont déjà germé, en fleur, des bons, des vrais. Quelle jeunesse !

Ils nous ont réchauffé Chantal Goya, veulent nous faire avaler leur air guitar et demain, ils nous gaveront avec l‘air tale, le lecteur virtuel de livres de contes. Ces jeunes en sont réduits à mimer, à célébrer leur incompétence et à en faire un objet culturel plébiscité par la masse. Les bébé-bobos sont de sortie ! La virtuosité de la nullité, des guitaristes virtuels !

Cette époque est définitivement f*****, et l‘air guitar en est l’une des pustules les plus remarquables. Plus besoin d’apprendre à jouer de la guitare. Toutes ces heures d’acharnement à répéter et répéter encore les mêmes accords, inlassablement, les doigts en sang et cette satisfaction quasi orgasmique quand un classique de Slayer est enfin dompté.

Nul ! Faites de l‘air guitar et Jeff ne rivalisera jamais avec votre maestria. Ils ne se battront plus pour jouer aussi vite que Kerry. Ils se battront pour avoir une barbe comme la sienne et surtout, pour air jouer aussi bien que son meilleur mime. Cette époque est allergique à l’effort.

La nullité réelle pour leurs soixante-huitards de parents, la nullité virtuelle pour eux ! Nous évoluons.

Le pauvre Nabe doit être au bord de l’asphyxie ! Le jazz est mort, le rock convulse sous l’étau de la pop, et ces pantins ne trouvent rien d’autre à faire que de caricaturer les gesticulations artistiques d’icônes du metal.

 

 


La morale

C’est déjà trop demandé à cette époque. Nul besoin d’essayer d’écrire comme Céline, il vaut mieux essayer de s’habiller et parler comme le vieux docteur.

Quand l’on voit un solo de Trujillo, l’on a envie de se saisir d’une basse et non de faire le singe.

Ils ont compris qu’ils n’y arriveront jamais. Certains n’ont même pas la décence d’essayer. Et ils ont trouvé aussi intelligents qu’eux pour les regarder et les glorifier.

 

Le goût de l’effort ? Dans les orties, avec Mamy !

Après l‘air guitar, nous attendons l‘air pen, l‘air peak, l‘air foot, l’air moto, l‘air brain avec une demi-douzaine d‘Air Wick, en prévision de l’envahissement de notre espace vital par ces flatulences, dites artistiques.


Castoriadis, un philosophe économiste psychanalyste français, mort en 97 et toujours vivant grâce à BH Levy, aurait écrit un livre prémonitoire, La montée de l’insignifiance.

Il avait bigrement raison, l’intello. Elle est à maturité maintenant. Les bébés-bobos ont vite grandi. Ils sont bien là, avec leurs ascendants; deux (de)générations à supporter.

 

 

Osez le bon sens !

YDM

Be the first to comment on "L’air guitar, la maturité de l’insignifiance ou l’époque"

Leave a comment