La trahison des clercs par Michel Clouscard

Le clerc, à l’origine, était le contempteur du monde. En fin de parcours de sa laïcisation, le voilà dans le monde. Dans certes, mais encore à côté : le précepteur, le confesseur laïque (une certaine psychanalyse), le journaliste d’avant les média, le romancier. Certes, il fantasmait le monde, éternel Topaze à l’écoute << des secrets du grand monde >>. Du désir, de l’imaginaire. Dans une certaine mesure, il connaissait et maîtrisait le monde. Et il savait le dénoncer.

Maintenant – et c’est un phénomène nouveau, énorme, capital -, l’intellectuel de gauche vient d’accéder à la consommation mondaine. Et il en est même le principal usager.

Pire, encore, il est devenu le maître à penser du monde. Il propose les modèles culturels du mondain. Non seulement il a accédé à la consommation mondaine, mais il en est l’un des patrons. Il a la toute-puissance de prescrire. Et de codifier l’ordre du désir.

Aussi peut-on encore demander à ce nouveau privilégié de renoncer à ce qu’il vient à peine de cueillir? Il est enfin invité au festin et nous le prions de cracher dans le caviar et de lâcher le morceau. Mais ce qui est le plus grave, le plus décourageant, le plus inquiétant, c’est que cet intellectuel de gauche présente ses nouveaux privilèges comme des conquêtes révolutionnaires. Et nous venons lui demander de reconnaître qu’il est pris la main dans le sac, alors qu’il prétend, de cette main, brandir le flambeau de la liberté.

Et voici ce clerc au pouvoir. Le mensonge du monde va devenir vérité politique, vertu civique. Ce phénomène est d’une portée incalculable. Ce qui était censé être l’opposition au pouvoir va devenir l’alibi même du pouvoir. C’est le principe u pourrissement de l’histoire. Et le triomphe de << la bête sauvage>> : la société civile. Topaze est devenu le maître à penser du monde, avec les pleins pouvoirs d’une mondanité social-démocrate triomphante.

N’est-il pas trop tard ? Le clerc n’a-t-il pas définitivement trahi ? L’intellectuel de gauche, de libidinalité en ludicité, de marginalité en convivialité, n’est-il pas définitivement intégré dans le système ? Dans le mondain, dans la social-démocratie libertaire ?

Mais que ce clerc prenne garde. La vocation, et le fondement de son statut, est la connaissance. S’il renonce à sa vocation, il remet en cause son statut. S’il ne veut plus de son rôle, ce rôle sera supprimé. C’est de lui-même qu’il s’expose à deux remises en ordre.

D’abord du bourgeois, qui ne l’agrée dans le monde que dans la mesure où il fait son métier. Un certain savoir contestataire a pu distraire son oisiveté, meubler un temps dont on ne sait que faire. Cette surenchère mondaine de la culture a lassé. Le temps de l’exil est venu, pour le bouffon, lorsque le roi s’ennuie.

Mais c’est le peuple qui aura la force et le pouvoir de démasquer radicalement cette imposture. Et c’est lui qui apportera la définitive sanction. Par le rire, l’énorme éclat de rire qui fera s’écrouler la comédie humaine qu’est devenu le clerc. Une irrésistible hilarité gagnera tout auditeur de ce messager du néant. Le clerc sera conservé, embaumé en son discours, comme l’inénarrable témoignage de la vanité bourgeoise.

Clercs de peu de foi, il serait temps de vous reconvertir. Si vous tenez encore tant soit peuà votre vocation, si vous prétendez être encore des intellectuels de gauche, soyez des interlocuteurs valables. Ne snobez pas notre interrogation. Ne censurez pas cette conceptualisation du mondain.

Vous feriez votre propre procès. Ce serait la preuve que votre suffisance et infatuation ont définitivement submergé votre raison d’être, la volonté de comprendre alliée  à la sagesse de l’autocritique. Et que vous avez définitivement choisi la vanité de classe et le narcissisme de caste.

Mais s’il est vraiment trop tard, que l’ honnête homme – ou du moins ce qui peut en rester – nous accorde quand même, sans trop se compromettre, en cachette, un petit clin d’œil complice et nostalgique.

Page 32

Le capitalisme de la séduction – Critique de la social-démocratie libertaire

Michel Clouscard

Editions Delga

Be the first to comment on "La trahison des clercs par Michel Clouscard"

Leave a comment