La réalité de la payola dans le rap français

La payola est un ensemble de paiements faits par une maison de disques à des stations de radios pour que ces dernières diffusent en priorité les morceaux édités par cette maison afin d’augmenter leur exposition et leur classement dans les listes de lecture (comme le top 50).

 

La payola peut intervenir dans tout marché où le prix payé par l’acheteur excède le coût marginal du bien vendu. En effet, un vendeur a alors intérêt à payer certains consommateurs pour acheter son bien plutôt qu’un bien concurrent, tant que le prix payé moins ce paiement reste supérieur au coût marginal. Dans le domaine des industries culturelles, l’importance des coûts fixes, l’existence de prix conventionnels et la différenciation entre les produits fait que c’est pratiquement toujours le cas. Ainsi, dans le cas d’un disque, le temps de répétition d’enregistrement et de traitement des enregistrements est très nettement supérieur au coût de reproduction du morceau enregistré. Dans le cas d’enregistrements numériques, ce dernier coût est négligeable, ce qui conduirait dans un cadre de concurrence pure et parfaite à un prix nul.

Source  : wikipedia

 

Origine de la payola

Alan Freed, DJ radio américain à l’origine du terme Rock’n’Roll et du développement de ce genre musical aux USA, faisait payer des producteurs de disques pour passer leurs chansons sur sa radio. Dans les années 60, il a plaidé coupable pour cette pratique et a payé une amende.

 

 

Osez le bon sens !

YDM

Be the first to comment on "La réalité de la payola dans le rap français"

Leave a comment