La prière des conjoints

Entre ton boule et mon cœur
ma bite, livide,
et un boulevard de rancœurs
mal éteintes et tues,
comme notre bonheur

je te regarde
et je me plains.
Seigneur,
pourquoi cette foutue vertu
me retient
dans les filets du raisonnable ?

je mérite le meilleur,
et bien mieux
je mérite de vivre dans mes rêves
mais je vis avec toi
et je ne peux, oui je ne peux
m’en défaire
sinon, je passerais pour qui ?

implacable
le réel m’accable
alors comme tous les con-
joints qui mettent des tampons
usagés sur leurs tympans
pour apprécier leur chevauchée macabre
j’accepte ma mort en la vivant,
elle n’en sera que plus douce
quand elle m’enjoindra
de la rejoindre, tout seul
repu, et enfin, loin de toi

Be the first to comment on "La prière des conjoints"

Leave a comment