Babette

 

 

 

 

 

 

 

Le verre à moitié plein
Le sourire à moitié vide
Appuyée contre le zinc
A déclamer comme un druide

Des vers inintelligibles
Sous le regard goguenard
Du barman de L’abreuvoir
Babette est incorrigible

Mais on l’aime bien, la vieille
Malgré ses simagrées
Dus à son intérêt enflammé
Pour les bonnes bouteilles

Pintée, elle vous en dirait des choses
Des choses dont vous n’avez pas idée
C’est si beau de se noyer dans ses gloses
Sa solitude avive nos cœurs calaminés

Elle parle
De sa vie, de ses envies
De sa fille, de ses ennuis
De son Charles

Tout le monde connaît son histoire
Même les plus gros vicelards
La plaignent et lui passent ses excès
C’est une diva ! Inutile de nous la vexer

On l’écoute de bout en bout
On lui paie un coup
Et on la dépose devant sa maison
Quand l’ivresse l’arraisonne

Assise en face de la tireuse
Chaque soir, c’est Babette la licheuse
Qui boit son rouge pour ne pas s’oublier
Pour exister. Pour un peu de chaleur et d’amitié

 

 

Be the first to comment on "Babette"

Leave a comment