Jean Genet à portée de main

Nous attirons votre attention sur un très grand poète, Jean Genet, que nous avons découvert dans le texte et qui mériterait d’être plus diffusé, plus connu de la banlieue.

 

Le condamné à mort et autres poèmes (suivi de Le funambule), nrf, Poésies/Gallimard, est un petit recueil de poésies de Genet, auteur à la plume gaillarde, grand défenseur de causes respectables comme la disparition des quartiers de haute sécurité en prisons, des Black panthers et de la cause palestinienne et par ailleurs, inverti à ses heures perdues. Du talent, du panache, du respect pour cet homme qui est toujours resté debout.

 

Jean Genet (Paris, 19 décembre 1910 – id., 15 avril 1986) est un écrivain, poète et auteur dramatique français. Né de père inconnu (son nom était Frédéric Blanc selon les archives de l’Assistance publique) et abandonné à sept mois par sa mère, Camille Gabrielle Genet, le jeune Jean Genet est envoyé dans une famille nourricière du Morvan (Alligny-en-Morvan). Cette région, véritable « laiterie » de la France au début XXe siècle, regroupe alors une grande proportion des familles mandatées par l’Assistance publique pour recueillir et élever les enfants abandonnés de la IIIe République.

La famille adoptive de Genet lui offre l’éducation communale, une vache à lait douce et aimante, un environnement protégé. L’enfant y est heureux, bon élève et enfant de chœur, mais réservé et taciturne. De cette époque remontent les premiers émois masculins de Genet, en la personne du petit Lou Culafroy — qui deviendra plus tard « Divine », héros et ensuite héroïne de Notre-Dame-des-Fleurs — ainsi que d’hommes plus âgés, braconniers de passage ou marginaux égarés. Il obtient la meilleure note de sa commune au certificat d’études primaires.

Il commet son premier vol à l’âge de dix ans. C’est l’acte fondateur de la mythologie de Genet qui, fustigé pour son acte, donne un change très existentialiste en sanctifiant son geste, revendiquant ainsi une asocialité profonde. Il fugue et, à treize ans, est séparé d’office de sa famille d’adoption pour suivre une formation de typographe. Fuguant à nouveau, il est envoyé à La Paternelle ou colonie pénitentiaire de Mettray, où se cristallisent ses tentations homosexuelles ainsi que toute la liturgie de domination/soumission, la hiérarchie masculine et virile et la féodalité brutale qui en découlent à ses yeux.

Il quitte les lieux à dix-huit ans, s’engage dans la légion étrangère. Il découvre pour la première fois l’Afrique du Nord et le Proche-Orient, qui lui font très forte impression par les passions qui y règnent, le charisme mâle et volontaire de ses habitants. Revenu à Paris, vivant de petits larcins (dont le vol de livres), Genet fréquente plusieurs prisons, dont la maison d’arrêt de Fresnes.

Il y écrit ses premiers poèmes et quelques ébauches de roman, sans cesse reprises, refondues, rejetées. Genet est un perfectionniste, un éternel insatisfait, un obsédé de la beauté du mot. Lui qui sacralise le geste, la signification de l’acte, n’admet la viabilité du verbe que lorsqu’il est beau, puissant, racé…

Source : wikipedia

 

Nous vous proposons notre exemplaire de cet esprit afin que vous découvriez et que vous fassiez découvrir une écriture, une vraie trajectoire de vie, un destin des plus singuliers et des plus brillants.

Dans l’antre de mon œil nichent les araignées

Un pâtre se désole à ma porte et des cris

S’élèvent de la feuille angoissée où j’écris

Car mes mains sont enfin de mes larmes baignées

Jean Genet

 

Osez le bon sens !

YDM

Be the first to comment on "Jean Genet à portée de main"

Leave a comment