Ivre ou mort

 

 

 

 

 

 

 

Oui, je tonne, comme un clocher
Comment éviter de ne pas les clasher
Quand ils glissent sur tous les clichés ?

Oui, je me laisse difficilement approcher
Par ces êtres qui veulent à tout prix m’arracher
Des valeurs auxquelles je suis solidement agrichées

Oui, je reste un homme un peu gauche, amoché
Par cette ogresse, la vie, qui a mâché
Mes rêves. Mes idéaux, tassés au fond de ce pichet

Oui, je suis un soulard
Oui, je suis un pochard
Oui, je vis bien au bar

Chaque nuit, je m’imbibe
Chaque jour, je m’exhibe
Et à chaque fois, j’aime ça

Boire, pour éviter le regard des gens
Boire, pour aimer, un peu, un instant
Cette vie qui a eu raison de tous mes élans

Oui, je ne suis que colères tapies et vile haine
Mourir de ires ou vivre ivre, c’était le dilemme
A l’évidence, j’ai choisi la moins mauvaise des peines

Be the first to comment on "Ivre ou mort"

Leave a comment