Honnête comme homme qui va aux putes

 

 

 

 

 

 

 

Évites de faire d’inutiles détours
M’a dit le temps
Quand il s’est porté à mon secours
J’étais l’épave d’un autre accident

Un de plus
Aimer est un luxe
Qu’on ne peut s’offrir
Quand on refuse de souffrir
Des femmes qui s’ouvrent autant

J’ai refusé la couronne d’épines
Comme cette tristesse d’époque qui opine
A la moindre tentative d’émasculation
Cette femme nouvelle me détruit
Comme me détruit la masturbation
Acte frustre auquel sa crainte m’a réduit

J’ai refusé l’antre boueux de l’inverti
Comme ces tristes sires sur leurs chariots
Qui scandent des odes à leurs actes pervertis
Et réclament un quitus du peuple et des marmots

J’ai refusé l’hypocrisie du mariage
Comme cette jeunesse qui fonde un ménage
Pour pouvoir enfin baiser pépère
Jusqu’à ce que cette cellule les enterre

J’ai refusé le mensonge
Comme mes gars qui pour un coup, content des sornettes
A ces pauvres connes qui aiment croire aux songes
Aux projets d’union et d’éternité qu’ils leur promettent

J’ai refusé la pédophilie
J’ai refusé la zoophilie
J’ai refusé l’ascétisme
J’ai refusé l’intégrisme

J’ai donné un billet pour ma liberté chérie
Un billet pour rompre le charme
Un billet pour éviter les supercheries
Un billet pour éviter les psychodrames
Je vais aux putes
Je paie, je bande, je culbute
Je jouis, et je m’éclipse, sans aucun ramdam
Je suis le plus honnête de tous les gentlemans

Be the first to comment on "Honnête comme homme qui va aux putes"

Leave a comment