Grèves de taxis contre les VTC

 

Il y’a peu, je m’étonnais du fait qu’il n’y ait qu’une seule entreprise en France de doublage de films. Pas un film étranger doublé qui ne passe par Dubbing brothers, dont les studios sont situés dans la zone industrielle de la Plaine St-Denis et qui sont clairement un monopole sur le doublage des films. Apparemment, toutes les maisons de production et de distributions sont leurs clients et l’entreprise, privée, règne sur le marché français.

 

 

Pourquoi je vous parle de cette entreprise ? Simplement parce que je comptais faire un article sur cette anomalie économique quand j’ai appris ce matin, que les syndicats de taxis ont une fois de plus, décidé de faire grève pour protester contre les VTC, véhicules de tourisme avec chauffeur. Au cas où vous ne seriez pas au courant, les taxis ont longtemps bénéficié d’un monopole sur le transport des personnes en France et ont régné et règne encore sur ce commerce. Depuis, le marché s’est démocratisé pour le plus grand bien des usagers, qui peuvent faire jouer la concurrence et surtout, ne pas subir les affres de la pénurie organisée des taxis. Les VTC travaillent sur forfait et doivent être commandés par un client pour faire une course. A contrario des taxis qui fonctionnent à l’horodateur et peuvent être hélés dans la rue et dans les zones dédiées à cet effet par les usagers.

 

Le succès des VTC est éclatant et de nombreuses personnes ont fini par opter pour ce choix plutôt que de devoir subir le diktat de cette profession. Comme les notaires, survivances d’une époque révolue, les taxis sont une plaie économique que la France traîne et traînera encore, tant qu’elle ne s’affranchira pas de leur tutelle. Oui, Mamon s’est chié dessus comme dirait l’autre très vulgairement, devant le lobby tout-puissant des artisans de luxe – taxis. Dans le projet de loi sur la consommation de Benny Amen, les VTC sont encore lestés d’un énième poids pour les refréner et permettre aux entrepreneurs-fonctionnaires de continuer de becter et d’engraisser sur le dos du consommateur. Le monopole est la règle économique en France : entrepreneurs; le mot le plus galvaudé de notre décennie. En réalité, la France ne crée et ne favorise que les potentats, les lobbies, les jurandes, les assistés. Point de concurrence saine. Il faut plier devant toutes les corporations pour protéger des pré-carrés et faire fi du consommateur et des concurrents qui veulent boxer sans être attachés.

 

 

Les taxis prévoient aussi une grève illimitée à partir du 10 Octobre où le mot d’ordre sera de nuire aux VTC, voire même de caillasser leurs véhicules.  Nous en sommes là; une bande d’assistés de la vie ont décidé de molester leurs concurrents si le gouvernement ne cédait pas à leurs chantages et ne les protégeaient pas de la concurrence.

Arrêtez-moi, sinon je fais un malheur ! Et bien sûr, nous sommes en période de crise chronique, période où l’on devrait libérer les forces et faciliter l’initiative et le commerce. Oh non, en France, c’est tout le contraire: les salariés sont contraints de ne plus travailler le week-end, les protections et barrières d’entrée dans les business sont renforcées, les impôts tutoient les sommets, les professions se réglementent outrageusement. Il faut toujours plus de torchons, de paperasses, de tracasseries pour nourrir sa famille. Le pays s’enfonce dans la crise, 10 millions de chômeurs et de pauvres, le RSA en ultime repousse-colère, et des gouvernants qui brillent plus par leur incontinence intellectuelle que par une vision courageuse et entraînante de l’avenir.

 

 

Les taxis résument à eux seuls la France. Une portée de privilégiés longtemps langés et chouchoutés par un État bedonnant et imbécile, qui multiplie des lois stupides et s’agenouillent devant les moindres changements au prétexte de ne pas fâcher l’électeur. Protégez-moi de tout. Enfermez-moi. Privilégiez-moi. Papa-maman-le réseau – la pleurniche. Et en enfants gâtés de la planète, ces gardiens de bananes (de fromages serait plus indiqué) exemplaires de ce parasitisme social que la France sait chérir, conforter et multiplier, feront leur caca nerveux en toute impunité et comme d’habitude, mettront la politicaille au pas. Les VTC doivent juste la fermer, prendre les coups et ne jamais riposter de peur de provoquer la rage des fils à papa. Marre des pleureuses.

 

 

Regardez, on a pris un emprunt bancaire… Il faut payer le taxi… Le carburant, la maintenance, les radars, le sourire….

 

Chialer, chialer, chialer toujours, il en restera quelque chose. On dirait qu’on leur avait mis un couteau sous la gorge pour le faire ce prêt ou qu’à la fin de leur carrière, ils le restituaient gratis. Cela s’appelle prendre des risques, entreprendre. Parfois, on gagne, parfois on perd. Alors, on étudie au mieux son terrain et on cesse d’aller pleurnicher dans les jupons des bourreurs de mou.  Dans les autres secteurs, ils font comment avec leurs emprunts tandis que les lois changent, que la fiscalité s’intensifie et que la concurrence se mondialise ? Ils affrontent le changement, ils s’adaptent, ils interrogent leur modèle économique. Ils ne demandent pas à la société de cesser d’évoluer, d’avancer et de les remorquer. Oui, je le dis, tout comme le français qui se plaint de ne jamais trouver de travail alors qu’il y’a 400000 emplois qui ne sont pas pourvus en France chaque année, que l’État le protège du malien analphabète alors que la couleur blanche est le premier argument de recrutement, les taxis sont l’expression de cet avilissement généralisé de la cité qui a oublié d’être intelligente, innovante, bosseuse, fonceuse; ne réclamant que protections, privilèges et assistanat. Ne voyant dans les autres, que leurs propres tares. Mais, il ne faut surtout pas le dire, de peur de heurter et de provoquer la ire de ces bien-nés. Hypocrisies d’une époque.

 

Les taxis vont régenter le pays pendant des jours et qui daignera s’opposer à cette indécence ?

 

La guerre est annoncée et l’on sait déjà qui sera le vainqueur : le chômage.

 

Et que fait la police ?

 

 

Osez le bon sens !

YDM

5 Comments on "Grèves de taxis contre les VTC"

  1. vous trouvez normal que vous etes instale en auto entrepreneur et le taxi paye le rsi sur le credit et la plus part des vrc c est des anciens taxis qui ont eu les licence gratuites les ont vendu empocher les cheque garder leur porte feuille client oh non mon coco sa marche pas comme sa faut reglementer les vtc ……. prix min comme les usa ….. taxi de strasbourg

  2. Continuez a offrir des bouteilles d eau et utiliser vos gps dans Paris vous êtes bon qu a cela….

    Dites clairement que vous voulez faire du taxi sans payer une licence à 240kE …. Soyez honnête

  3. Dommage que l’auteur de l’article est un VTC ,c’est à dire une voiture de Tourisme avec Chomeur à bord.
    S’il arrêtait juste de prendre des substances illicites,on aurait pu lui demander de s’aviser juste un peu plus sur la profession de Taxi qui ne marche pas avec un horodateur comme il dit mais avec un Taximètre.
    Bonne journée et bonne frustration.Prenez des dragées Fuca,çà passera.

    • Merci pour l’info et le conseil. En effet, ce n’est pas horodateur, mais taximètre. ça change tellement le fond du problème et de l’article, n’est-ce pas ?
      Mais puisqu’on en est aux cosmétiques, … Dommage que l’auteur de l’article « soit » un VTC… « Soit », pas « est »: le subjonctif s’impose. Offrez-vous un Bescherelle ! ça fluidifiera votre grammaire.

  4. D’autant plus que l’on peut espérer avec cette nouvelle activité, une source d’emploi importante non délocalisable. Il y a à Londres environ 50 000 minicabs pour 22 000 taxis et à New-York 40 000 chauffeurs privées pour 15 000 taxis. Dans les 5 ans qui viennent, il ne serait pas absurde de compter à Paris 20 000 .

Leave a comment