Fonds Google, Fonds qatari pour la banlieue : même combat ?

Il est curieux de constater que l’argent provenant de firmes internationales monopolistiques comme « Google » ne gêne absolument pas les caresse-anus : aucunement. Il me souvient un temps bien reculé où des qataris avaient décidé, devant la décrépitude et le manque d’espoir dans les cités de banlieues, de créer un fonds de 60 millions dédiés aux entrepreneurs de banlieues, afin de leur permettre d’accéder au capital pour lancer leurs projets et soutenir leurs familles.

 

Tout ce que la France comptait de nationalistes, patriotes, vrais français, aspirants vrais français, de bonshommes de circonstances et j’en passe, s’est levé comme un homme pour défendre la banlieue de l’islamisation accélérée et de l’argent « poisseux » de ces milliardaires « fils à papa » enturbannés et rétrogrades.  Vous l’aurez compris, l’argent des milliardaires atlantistes, mondialistes, bref américains, est utile aux « intellectuels de la redite » : l’argent des émirs qataris n’est bon que pour faire vibrer le peuple d’abrutis avec le football. Les footballeurs étant par nature des « idiots inutiles » n’est-ce pas ? ils ne peuvent pas islamiser la banlieue. Les entrepreneurs de banlieues dans tout ça ? Passés par pertes et profits : d’obscurs neuneus prêts à se fanatiser pour quelques piécettes allongées par des enculeurs de chameaux.

Les journaux, soutenus par leur e-souteneur, Google, ont découvert les vertus du capitalisme (enfin, une forme assez peu commune de capitalisme, nous y reviendrons) et se sont précipités sur les 60 millions que le géant d’internet a voulu leur distribuer pour des projets numériques. Comme le nom de cette campagne de mise au pas est zoli : Fonds pour l’Innovation Numérique de la Presse

 

 

original.71308.demiLes lorettes du verbiage ont accouru pour la généreuse génuflexion : Le Nouvel Obs, L’Express, Monde, Libération, 20 minutes, Les Echos, Ouest France, La Voix du Nord, La Montagne, Rue89, Marsactu ou Economie matin, BFM

 

Mais tous n’ont pas vraiment obtenu la même somme. A cette course à l’innovation et à la subvention, le grand gagnant est… Le Nouvel Obs, qui obtient 1,99 million d’euros d’aides. Pas vraiment étonnant diront les mauvaises langues : la présidente du Fonds, Nathalie Colin, était membre du Directoire du Groupe Nouvel Observateur jusqu’en mars 2014. Juste derrière Le Nouvel Obs, arrivent L’Express (1,97 million d’euros d’aides), Le Monde (1,84 millions) et Le Figaro (1,82 million). Ces quatre gros titres se partagent près de 40% des sommes promises par Google. L’Obs et Le Figaro étant représentés au sein du conseil d’administration du fonds, PresseNews constate que celui-ci « favorise ses administrateurs ». Certes, mais il faut préciser que ces sommes n’ont pas encore été distribuées : il s’agit simplement du montant maximum des aides promises en 2013.

Au total, le fonds Google a prévu de distribuer près de 16,3 millions d’euros pour sa première année d’existence, ce qui correspond au maximum à 60% des financements de ces projets. Mais pour financer quoi exactement ? C’est là que ça se complique. Car dans le bilan publié par le fonds Google, les intitulés des projets relèvent parfois d’un véritable inventaire à la Prevert.com. Certes, quand Le Figaro indique qu’il a obtenu 1,82 million d’euros d’aides pour Figaro.tv, une plateforme qui publie « plus de 100 vidéos par jour pour faire entrer le groupe dans l’ère de l’image », on voit à peu près ce que c’est. Par exemple aujourd’hui, vous pouviez visionner un zapping ou l’on voit que « François Hollande ne sait (vraiment) pas jardiner » ou une vidéo dans laquelle un enfant a été « sauvé de l’attaque d’un chien…par son chat ! ». Mais qu’en est-il des autres projets ? La plupart du temps, c’est très flou.  Source : Arrêtsurimages

 

Oh, n’y voyez surtout pas une forme très élaborée de corruption ! Oh non, surtout pas. Google les aide gracieusement. Les qataris, eux voulaient ré-enflammer les banlieues en permettant aux jeunes entrepreneurs musulmans de faire imprimer par millions des Corans et autres livres fondamentalistes et en créant des niqab en soie pour enfermer leurs femmes. Avec 50 millions. Ils ont juste mis toute la France au piquet avec les 300 millions qu’ils ont investis sur le PSG. Du pain et des jeux. On comprend où sont les priorités des élites françaises concernant la banlieue : donnez-leur du foot, jamais du flouze pour qu’ils s’élèvent dans la société et ils s’en porteront mieux.

 

L’article d’Arrêtsurimages, Du multi-bidule au data-machin : les projets aidés par le fonds Google, montre évidemment cette vaste tartuferie, ce jeu de dupes où des caresse-anus continuent d’être assistés par cette nouvelle subvention Google. Les projets bidons sont financés par le géant : tout le monde sait que c’est de la merde, mais on est entre gens cultivés (on n’est pas des mendiants, nous, on réfléchit la France !!! Mdr), on ne tend pas la main, le trognon ou la sébile comme les roms ; on met les formes, on pond des projets et le philanthrope américain donne. Ailleurs, on innove par les idées; en France, dans la mendicité.

Simplement, les roms savent ce qu’ils font. Je crains que ces caresse-anus n’aient pas encore pris conscience de qui ils sont.

A quand le fonds Twitter pour un rab de billets, utile pour payer au lance-pierres quelques jeunes pigistes idéalistes sortis en vrac de ces chaînes à production massive de commentateurs ? En attendant que l’État, bonne poire, crache comme d’habitude, au bassinet ?

 

 

 

Osez le bon sens !

YDM

 

Be the first to comment on "Fonds Google, Fonds qatari pour la banlieue : même combat ?"

Leave a comment