Erwin Rommel de Benoît Lemay

Encore une biographie de l’historien canadien Benoît Lemay, basée sur l’un des généraux les plus charismatiques d’Hitler, Erwin Rommel.

Rommel s’est notamment illustré en Afrique du Nord, en tête de sa division panzers, chars de guerre et a marqué l’histoire de la deuxième guerre mondiale par ses stratégies de conquête et de défense de ce territoire. En effet, Churchill, le premier ministre britannique et ses alliés américains avaient décidé de contrôler la méditerranée et ainsi de couper toutes les voies de repli ou de retranchements des armées allemandes et surtout pour pouvoir débarquer plus tranquillement en Europe. Hitler, dans le but d’aider son allié Mussolini englué en Lybie, avait créé l’Afrika Korps et a mis à son commandement l’un de ses généraux les plus connus.

Grâce à Lemay, l’on découvre que Rommel pour des raisons propagandistes (une réussite de Goebbels puisqu’il a fait l’objet d’un film), a été un formidable outil marketing du nazisme et de la race arienne. On découvre aussi qu’il était l’un des généraux les plus convaincus par le projet d’Hitler.

Sur le plan militaire, c’était un brillant stratège qui a réussi à affronter l’armée britannique, mieux armée, plus nombreuse, mieux ravitaillée pendant ses campagnes africaines. Sa réputation de renard du désert n’est pas entièrement usurpée. Néanmoins, Lemay met en lumière toute la machinerie propagandiste qui en a fait un héros inoxydable et explique dans les moindres détails la mort de Rommel.

Tombé en disgrâce auprès de Hitler et soupçonné de faire partie du complot ourdi par des officiers supérieurs (il avait été contacté par Stauffenberg qui souhaitait lui céder la direction de l’armée après l’attentat contre Hitler. Il n’a jamais accepté d’en faire partie mais il ne les a pas dénoncés non plus. Il fera face à l’accusation dignement) pour mettre un terme à la guerre, il lui sera vivement conseillé par Hitler de se suicider pour ne pas nuire à son image auprès des allemands et surtout, auprès des troupes combattantes qui lui vouaient un véritable culte.

C’est une histoire passionnante, qui mêle ambitions, idéologies,  et manipulations, courage personnelle (il échappera à plusieurs attentats, c’est un général qui était au front avec ses troupes, qui n’hésitait pas à mettre sa propre vie en jeu, très téméraire et qui inspirait la bravoure auprès de ses subordonnés. D’ailleurs l’Afrika Korps garde encore aujourd’hui cette réputation de soldats intrépides et déterminés. Il s’est aussi illustré en tant que soldat, gagnant de nombreuses médailles d’honneur saluant sa bravoure,  au cours de sa jeunesse et a réellement mérité ses promotions. Certes, il était promu allegrement par Goebbels avec des chants, des films, des affiches, de nombreux reportages de journaux… Et par ses adversaires britanniques, qui utilisaient sa grande popularité pour masquer leurs propres faiblesses ou maladresses dans le combat et la stratégie de conquête militaire de la Lybie. Mais il n’en demeure pas moins qu’il était très brillant, fougueux comme son pygmalion et dévoué à sa cause. Même ses ennemis lui reconnaissaient beaucoup de talent dans l’art de la guerre.)

A l’évidence, c’est grâce à des généraux aussi charismatiques, bien formés et simplement exceptionnels, qu’Hitler a pu poursuivre aussi loin son projet de domination européenne. Il était populaire, dangereux et craint.

Benoît Lemay nous fait découvrir un grand soldat, un officier de grand talent.

Comme d’habitude, nous le mettons dans notre chaîne de lecture.

 

Osez le bon sens !

YDM

 

 

Be the first to comment on "Erwin Rommel de Benoît Lemay"

Leave a comment