Dred Scott – l’esclave qui a permis la guerre civile des Etats-Unis

Dred Scott était un esclave qui, via les tribunaux, a essayé d’obtenir sa liberté et celle de sa famille. En 1857, après onze ans de lutte, la Cour suprême des USA a rejeté sa demande, déclarant qu’en tant que descendant d’africains, il n’était pas un citoyen américain et donc, ne pouvait pas utiliser les tribunaux pour gagner sa liberté. la décision a élargi la dispute entre les mouvements pro et anti-esclavages. Moins de trois ans après cette décision, les États-Unis étaient en guerre.

Né en Virginie aux environs de 1799, Dred Scott était né esclave et avait grandi dans l’État de Saint-Louis chez son maître, Peter Blow. En 1832, Blow meurt et Scott est acheté par un chirurgien de l’armée, Dr John Emerson. Dans le cadre son travail, Emerson était envoyé dans différents postes aux USA et à chaque fois, il emmenait Scott avec lui. Du Missouri, Emerson est passé à l’Illinois, un État libre, puis, après deux ans et demi, sur le territoire du Wisconsin, un territoire libre. C’est dans le Wisconsin qu’il rencontre Harriet Robinson, esclave elle aussi. Après leur mariage, Robinson est devenue la propriété du Dr Emerson. Les Scott auront deux enfants.

Après de nombreuses années de déplacements, Emerson et sa nouvelle femme, Irene, sont retournés au Missouri, un État esclavagiste. Le Dr Emerson est mort en 1843, et Scott a essayé d’acheter leur liberté à la veuve d’Emerson, lui offrant une somme de 300 $. Elle a refusé.

Scott v Emerson

Faisant face, en 1847, Dred et Harriet Scott ont porté plainte, arguant qu’ils ont résidé dans deux États libres, et que leurs enfants devraient être libérés. Les Scott ont perdu leur procès sur un point technique mais en 1851, la cour leur a autorisé un nouveau procès dans une juridiction inférieure. Cette fois, la cour était d’accord avec les Scott et leur a accordé leur liberté. Mais en 1852, la cour suprême du Missouri, a cassé la décision. Mrs Emerson a quitté le Missouri, abandonnant ainsi la propriété de son mari, incluant ses esclaves, à son frère John F A Sanford.

 

 

Scott v Sanford

Deux ans plus tard, les Scott ont pris leur cas à la cour fédérale du Missouri mais une fois de plus ont perdu, puisque la cour a confirmé la décision précédente. Pas du tout intimidés par ce revers, les Scott et leurs avocats ont décidé d’aller plus haut – à la Cour suprême des USA. HarrietScott1857

Mais faut croire que la malchance les poursuivait – sept des neufs juges de la Cour suprême étaient des possesseurs d’esclaves ou au moins pro-esclavagistes. Le 6 mars 1857, le juge Roger B Taney, a jugé en défaveur des Scott, disant que les personnes ayant des ancêtres africains n’étaient pas éligibles pour être citoyens américains  et donc, ne pouvaient faire de recours auprès du système légal américain. Les hommes noirs, a dit Taney,  « n’ont aucun droit dont les hommes blancs devraient obligatoirement respecter ». En plus, un esclave ne devenait pas libre en entrant simplement dans un État libre. Donc, Dred Scott et sa femme devaient rester esclaves.

 

MTIwNjA4NjM0MjE1ODkyNDky

La cour a aussi déclaré que le Missouri Compromise de 1820, qui avait créé une ligne de démarcationon nord-sud entre États esclavagistes et États libres, était anticonstitutionnelle. Le congrès n’avait pas l’autorité d’interdire l’esclavage et son expansion devrait être permise dans tous les nouveaux territoires américains.

 

La déclaration américaine de l’indépendance pourrait avoir inclue la phrase, « tous les hommes sont nés égaux« , mais, Taney a argué , « c’est très claire pour être disputée, que la race africaine mise en esclavage n’était pas supposée y être incluse, et ne formait aucune part des personnes qui ont pensées et adoptées cette déclaration. »

 

 

Un homme simple

220px-MatildaJoslynGageDred Scott et Harriet ont été retournés à Mme Emerson qui les a rapidement passés à la famille d’origine, les Blow, qui, en mai 1857, leur a accordé leur liberté. Dred Scott est mort en homme libre de tuberculose le 17 septembre 1858 et est enterré à St Louis. Sa pierre tombale mentionne, « En mémoire d’un homme simple qui voulait être libre. » Harriet a encore vécu pendant dix-huit ans, avant de mourir en 1876.

 

Le cas des Scott a divisé davantage et a certainement concouru à obliger le parti républicain et son leader, Abraham Lincoln, à lutter contre l’expansion de l’esclavage. En novembre 1860, trois ans après la  décision de la cour suprême, Lincoln était élu président des USA et, quelques semaines plus tard, la Caroline du Sud est devenue le premier des 11 États à casser son appartenance à l’Union. Le chemin de la guerre civile était entamé.

 

Source : American Slavery par Kat Smutz, Ed. Harper Press 99 pages, 1$60
Traduction de l’article paru sur Historyinanhour

 

Be the first to comment on "Dred Scott – l’esclave qui a permis la guerre civile des Etats-Unis"

Leave a comment