De petit gérant méprisé à grand PDG méprisant

Actu : Offre spécial <<découverte>>

 

Ce soir, j’ai reçu un appel à souscription de la part du « PDG » Maurice SZAFRAN du journal Marianne.

Cela fait un bon moment que nous promouvons le partage scolaire et ces journalistes, qui sont censés relayer des idées utiles pour la cité et non des imbécilités, n’ont rien trouvé de mieux en cette rentrée scolaire, que de m’envoyer un joli message où le grand scribe de Marie-Anne me demande de m’abonner à leurs papotages de bourgeois.

Quand il s’agit de cramer la banlieue, ils sont prêts à tout; Bintou n’étant qu’une petite illustration de mon propos. Quand on leur sort la tuerie, au lieu de faire leur boulot ou de taire leur vacuité ou leur incompétence dans le silence, ils veulent vous taxer.

Super foutage de gueule. Ton idée ne nous intéresse pas; par contre, ton argent, si.


Il m’a paru intéressant de lui répondre immédiatement.

 

 

 

 

 

 

Réaction

 

 

Un message de xxxxxxxxxxxx,
Gérant de <<ClaireYvesAndré>>

Cher Monsieur,

D’abord, soyons justes : si l’immonde comme il vient, les médias comme ils fonctionnent vous débectent ; si vous estimez qu’on ne peut ni changer l’immonde, ni rendre gorge à ces relais,
alors Papapedago est fait pour vous !

Si vous vous accoutumez à un « journal » pour vous abrutir de leurs platitudes, bercer votre immobilisme quotidien, nourrir votre connerie naturelle, alors inutile de lire cette lettre.

ClaireYvesAndré s’adresse à ceux qu’on insulte à volonté, sans crainte aucune, et dont la parole est confisquée par des pseudo-experts à l’expertise bullshiteuse.

Voyez-vous, nous avons autre chose à vous présenter…

Si, dans votre parisianisme, l’on vous parlait de <<concret>>, d’utile, d’abordable, de soutien scolaire pour tous et même pour les plus modestes, légal, sans mendicité, sans exploitation éhontée d’étudiants, s’il vous était possible d’entendre un autre son de cloche au lieu de vous complaire dans des idées éculées, à l’inefficacité avérée…
Alors le Partage scolaire est fait pour vous.

Si vous refusez que l’assistanat fiscal soit le seul moyen d’éduquer vos enfants, que le partage soit une valeur sûre pour vous, que la cause des plus humbles porte jusqu’au paillasson de vos temples de la promotion de l’abrutissement généralisé,
Alors ClaireYvesAndré est fait pour vous.

Si vous détestez les caresse-anus, qui se complaisent dans leurs génuflexions compulsives, sont issus des mêmes terreaux de conformité et de reproduction sociale que les politiques qu’ils dégorgent, se perpétuent comme les objets de leurs indolents commentaires, sacralisent leur bêtise dans des trucs qu’ils appellent essais,
Alors Papapedago est fait pour vous.

Si vous estimez, comme nous, qu’il est indispensable de remettre
les mots au centre de tout …
Alors DesVersSurLeBitume est fait pour vous.

Si, en ces temps d’inversion des valeurs où la mendicité s’est généralisée, si vous recherchez des solutions simples, accessibles aux familles modestes et pas seulement aux bobo parisiens, à ceux qui ne prennent jamais le départ à la ligne d’arrivée comme les vôtres,…
Alors, oui, ClaireYvesAndré est fait pour vous.

Cher Monsieur, je souscrirai à la poursuite de votre existence (soyons clairs : je parle de votre journal) quand vous daignerez parler de Foxtrot ou Blythe Masters. Mais je doute que la France qui écoute et lit de plus en plus ces horribles monstrueux obscènes haineux grossiers personnages soit celle qui s’intéresse à vos épanchements. Mais surtout, je doute que vous soyez journaliste. Enfin, un vrai journaliste, pas une de ces poulettes élevées en batterie à chiasses-pot and Co.
Si vous viviez en conformité avec vos saines idées ? Je veux dire votre blabla perpétuel, je ne suis pas d’ac et tutti quanti

Cher ami, commencez à parler aux gens. Et non à vos clones, vous savez, ces gens bien qui vous entourent actuellement. Parlez aux gens et je m’abonnerai. Parlez aux gens bien et crevez. Dans quelques mois, vous irez jusqu’à 80% de réductions pour qu’on daigne s’abaisser à lire vos crétineries.
Vous êtes là grâce aux subventions qui vous sont gracieusement accordées par ces hommes politiques que vous dites écorner. Le trouble causé dans votre profession par votre consœur Audrey Pulvar n’est que la matérialisation de la situation de votre corps.

Indépendant ? Arrêtez votre propre assistanat et le peuple vous lira. Pour l’instant, je crains que vous soyez déjà condamnés. La presse telle qu’elle est, est bel et bien morte; et c’est bien.

Osez le bon sens !

xxxxxxxxxxxxx

Be the first to comment on "De petit gérant méprisé à grand PDG méprisant"

Leave a comment