De la banlieue rouge à la banlieue «verte» ? Article du blagueur du Figaro, Alexandre Devecchio

Samedi. Je viens juste de me réveiller, il est 13h54. Je vous rassure, j’ai passé la nuit à convoyer les familles aux gares et à Orly. Je pense à cette fillette de Gennevilliers qui a demandé à sa mère :

« pourquoi papa ne vient pas ? C’est parce qu’il n’a pas l’argent du loyer ? Il va nous suivre ? »

C’est triste de voir toutes ces personnes modestes qui s’acharnent à s’offrir des vacances low-cost pour faire comme tout le monde. Partir coûte que coûte. Ils allaient en Espagne. Youpi ! Personne ne leur a dit que l’on peut avoir d’excellentes vacances en Ile-de-France. Conformisme abrutissant. Tant de sacrifices pour étaler sa burqa sur la plage, agglutinés comme des sardines dans une boîte de conserves. On délaisse le métro bondé de thons pour aller zoner sur des plages archi-bondées de thons. J’ai de la peine pour le frère ado, seul mec embarqué dans cette aventure rocambolesque. Chacun ses complexes.

Je file me servir un jus de goyaves au frigo et j’allume mon ordi, toujours en veille. Je jette un œil sur B.I. Rien à signaler. Google. Je tape « banlieue ». Fil d’actu. Et là je tombe illico sur un article Figarovox/oipinion, sensé m’expliquer comment la banlieue est passée du PCF au communautarisme musulman. Enfin, du lourd. Clic.

Alexandre Devecchio, journaliste au Figaro passionné par les questions liés aux banlieues et à l’intégration. Tiens donc !!! On va se marrer. Il a été chroniqueur au Bondy Blog. Putain de street crédibilité. Le Bondy Blog, cette blague est aussi fournisseur du Figaro. Whaou ! Une fois de plus, j’ai de la peine pour tous ces Mohamed, Mehdi, Kahina, Ilyès, Idir, Mamadou, Samba, Fofana, Harissa, Toufik, Kirikou, Imane…. qui étalent depuis tant d’années leur cyprine sur leur fameux blog avec l’aimable autorisation des tenants du manche (ne parlez jamais de pravda en France. Le politique finance, choisit, coopte mais ne vous inquiètez pas : les commentateurs autorisés sont libres d’esprit ! C’est pas Moscou ici !), et c’est Alexandre Devecchio qui se retrouve au Figaro… Ah, ah, ah !  Rions de toute cette tartufferie.

 

Et que nous dit Alex dans son article intitulé : De la banlieue rouge à la banlieue «verte» ?

 

 

Blablablablablablablablablabla..Renaud…..blablablabla…  Mitterrand…blablablabla… Touche pas à mon négro, caresse mon arabe…blablablabla…loubards remplacés par les racailles… blablablabla…Cité des 4000…Antiracisme devenu antisémitisme….communistes…blablablabla… communautarismes.

 

Ok ! C’est la millionième fois qu’on me la sort, celle-là. Putain d’analyses d’Alex !

Reprenons le cours de notre belle histoire; nous finirons bien par tomber sur quelque chose d’intéressant.

 

Passage à niveau Kepel… Nanani, nanana…Sarkozy Kärcher… Emeutes, manifs propalestiniennes (on emballe tout ça !!)… et c’est déjà la chute, belle comme une anuscopie du Dr Lexington Steele. Je vous la cite, histoire que vous vous rendiez compte du talent :

 

Pour les enfants de la troisième génération, comme pour ceux de la deuxième, la Palestine ou l’Algérie ne sont qu’un prétexte. Les noms de leur sécession avec la nation française. C’est pour eux une identité de substitution. Un ailleurs fantasmé. L’illusion d’une communion.

 

Oh ! Que c’est beau ! Quelle finesse ! Bon, je l’ai entendue … un million de fois; mais amenée ainsi, cette « analyse » est originale. L’originalité de cette banalité est si arachnéenne… Whaou ! Je me déborde, là ! Effet Devecchio, pour sûr.
Et notre ex-blagueur du Figaro de conclure :

 

Dans Le Village de l’Allemand, roman de Boualem Sansal (Gallimard, 2008), Malrich, le personnage principal, prophétise: «A ce train, la cité sera bientôt une République islamique parfaitement constituée. Vous devrez alors lui faire la guerre si vous voulez seulement la contenir dans ses frontières actuelles.» De Renaud à Sansal, la banlieue rouge est devenue verte…

 

Je vous ai cité à peu près 40% de l’article du sieur Alex D.  Et visiblement, c’est le point culminant de sa resucée.

De la banlieue rouge à la banlieue «verte» ?

Quelle papier ! Un rappel lénifiant du passé, une citation d’un expert promu, une conclusion agrichante soutenue par une citation d’un témoin supposé crédible (Boualem, avec ça, on ne peut pas lutter).

 

Je vous l’ai dit: c’est beau comme une anuscopie de Steele. Sacré analyse. C’est d’une telle profondeur. Je suis sur le cul.

Je propose que l’on remette le Pulitzer immédiatement à Alexandre Devecchio, et même s’il n’a pas encore écrit, qu’on lui réserve le prix du livre politique ; qu’il rejoigne ses illustres consœurs Laurent Joffrin, Caroline Fourest, Michèle Cotta, Dominique Schnapper ou encore Fadela Amara.

 

 

 

Vous l’aurez compris, chers idiotifiés, qu’avec de tels perroquets, ce n’est pas demain la veille, que nous serons sortis de cette désinformation. C’est même pire que la désinformation; c’est ininformation. Pondre des resucées pour occuper l’espace, occuper (et préoccuper) les esprits. A force de répétitions, ça finit toujours par rentrer. B.a ba connu de tout pédagogue. Et de tout proctologue, en passant…

Je ne m’étendrai pas sur ce sujet. Comme vous le savez, j’ai déjà traité du communautarisme sur B.I. et vous connaissez mes positions. Que celui qui croit qu’il n’est pas communautariste jette la première pierre.

Et pour le rouge devenu vert, c’est tout le drame des perroquets qui ont fini par croire à leurs propres créations médiatiques. Ils ont tellement focalisé sur un phénomène marginal, et j’insiste sur le marginal, que la banlieue n’est plus qu’un creuset d’islamistes, de racailles, d’anti-France. Le fantasme est devenu réalité. Leur réalité, soyons précis.

Concrètement, de milliers de jeunes vont toujours à l’école, à l’université, à l’hôpital, au cinéma, en boîte de nuit et j’en passe. Des millions de jeunes banlieusards sont toujours vissés sur le territoire national et aspirent à faire leur vie ici, quoiqu’il advienne. L’Islam a triomphé de l’islamisme et il n y a pas eu match (Combien de mumus en France ? Combien de mumus pratiquants en France ? Combien d’attentats (et si c’était simplement parce qu’il n y en a pas tant que ça des fous mais qu’il faut justifier sa présence et son salaire aux gouvernants en laissant croire qu’on agit en amont pour désamorcer de tonnes de cellules, bien fictives. Rappelons le cas récent des agents du FBI qui ont incité des jeunes musulmans sans le sou à commettre un attentat pour mieux les arrêter. Intoxications et manipulations) ?

Combien de réels enragés du divin ? Quand vous regardez les jeunes des banlieues, vous avez vraiment l’impression qu’ils regardent vers la Mecque ou vers la débauche et le consumérisme ?

Et en termes politiques, combien d’élus islamistes dans les mairies ? Combien de maires islamistes ? Combien de représentants de l’autorité islamiste en France ? Combien de députés fondamentalistes en France ? Combien ?

Pour exercer un quelconque pouvoir sur les masses, encore faut-il le détenir. Le détenir vraiment. Soyons sérieux! Avez-vous l’impression que les islamistes détiennent une once de pouvoir en France sur leurs coreligionnaires et sur le reste de la population ?

Les rares benêts qui veulent tenir ce rôle sont des pantins, des épouvantails dressés sur la psyché des français pour les dresser par la peur. Il n y a pas plus d’islamistes en France qu’il n’ y a de journalistes. Oui, des journalistes, des vrais. Et non, des caresse-anus.

De la banlieue «courge»  à la banlieue de «merde» ?

Après leur avoir faits avaler tout et n’importe quoi, il est temps de trouver un moyen de s’en débarrasser. Les jeunes tolèrent de moins en moins vos salades. Si vous cessiez un instant de vous branler sur elle, vous débanderiez devant les vrais problèmes de la France. Il serait marrant de demander à un taliban ce qu’il pense de l’islamisme de France.

La vérité est davantage plus funeste en banlieue : il ne s’y passe rien d’intéressant. C’est tout le drame de la banlieue. Il ne s’y passe rien, Alex. Sauf toi, peut-être… Tu as réussi à passer du Bondy Blog au Figaro. Stupéfiant ! Espérons qu’un autre blagueur autorisé prénommé Moustapha, cinéphile et assigné aux sujets de l’immigration et de la banlieue suivra tes pas. N’est-ce pas ?

Allez, chers idiotifiés, rions de plus belle, à cette vaste fumisterie. Sur ce, je vais libérer Mandela. Le foot reprend. Bon week-end.

 

 

Osez le bon sens !

YDM

Be the first to comment on "De la banlieue rouge à la banlieue «verte» ? Article du blagueur du Figaro, Alexandre Devecchio"

Leave a comment