Couvrez-la !

 

 

 

 

 

 

 

 

Au début, elles étaient pêchues
Connes mais vêtues
Elles étaient mi-putes, mi-soumises
Contemporaines de leurs bêtises
Contemporaines de mézigue
Elles venaient de banlieues
Et leurs discours ne valaient guère mieux
Que la prose indigeste de Caroline Fourest
Filles et femmes de nègres et d’arabes
Payées pour cracher sur les nègres et les arabes
Des pères, des maris, des hommes exécrables
Au ban, les queues
Aux larmes citoyennes
Qu’en hauts-lieux
Ils sévissent et encensent leurs fredaines
Ma nullité, ma burqa

Et puis, elle sont venues
De Kiev, elles sont descendues
Pêchues, connes mais dévêtues
Elles étaient ukrainiennes
Devant les caméras; obscènes
Warholiennes !
Aurait dit une chienne
D’avant-garde, doguenarde
Leur féminisme prenait mieux la lumière
Mais demeurait aussi aberrant
Que celui de leurs devancières
Payées pour clasher leurs clients
Des pères, des fils, des ogres blancs
Des hommes concupiscents
Au ban, les queues
Aux charmes lesbiens
Qu’en tout lieu
Ils masquent leurs traits masculins
Ma nudité, ma burqa

Féminisme des quartiers
Féminisme des tasspé

Le féminisme de ces courges
Aurait vraiment de la gueule
S’il reposait au pied de la veuve
Comme celle d’Olympe de Gouges

Seul le talent s’impose
Votre bêtise indispose
Couvrez-la !

Be the first to comment on "Couvrez-la !"

Leave a comment