Chrysanthèmes

Pour ma négritude, qui réfléchit colères et haines
Savoir, bêtement; c’est s’ouvrir les veines
Soumissions, traîtrises perdurent et s’égrainent
Corruptions et ruines s’enchaînent

Dans toutes les cases, la lâcheté essaime
Les Oncle Tom se poilent et s’étreignent
Et l’histoire, cette commère, cette chienne
Qui ment si bien quand elle m’enseigne

M’enterre quand elle me met en scène
Chaque livre est une incise de scalpel dans mon derme
Chaque siècle, tourmenté, charrie mes peines
Comme la Seine

Nos héros sont si souvent des collabos sans gêne
Vérités souterraines
Ensevelis sous leurs couennes
A chaque fois que je lis, je saigne

Alors à chaque fois que j’écris, je sème
Des crissants thèmes, des chrysanthèmes
Car je sais ce qu’elle veut que je retienne
Alors je ris à chaque fois qu’on me dit je t’aime

Be the first to comment on "Chrysanthèmes"

Leave a comment