[Cameroon-net] Camair-Co: L'entreprise est au rouge!

La sonnette d’alarme est tirée par le Directeur Général himself à travers une correspondance adressée à Philémon Yang, Pca de la structure. La lettre qui date du 10 mai dernier, résume une situation financière précaire qui semble annoncer une nouvelle descente aux enfers.

 

«La situation financière est hors de contrôle», ainsi débute la correspondance du General Manager de Camair-Co, Boertien Matthijs qui d’emblée, ne prend aucune peine de chausser les gants pour décrier, à sa façon, la catastrophe vers laquelle notre compagnie aérienne est en train de s’en voler. Une autre façon de dire que l’appareil va à une allure où il va heurter de manière inévitable le météore, tant il est vrai qu’il est sorti du contrôle des pilotes. D’ailleurs, pour faire monter d’un cran cette peur bleue de voir la Camair-Co sombrer, il ajoute «nous avons atteint le point où nous ne pouvons plus garantir la fiabilité de la sécurité de la compagnie; car la situation est pire que celle que j’ai trouvée lors de ma nomination le 3 janvier dernier principalement parce que les différentes promesses faites à nos fournisseurs sur les paiements, n’ont simplement pas pu être tenues». Pour comprendre le cri de détresse de Boertien Matthijs, il faudrait impérativement resituer la Camair-Co dans le contexte de reprise en main d’une société moribonde à la quelle pourtant l’Etat n’a ménagé aucun moyen pour redorer son blason. On a crié comme des forcenés, écrit pour et contre la navigation à vue de l’ex-Dg, Alex Van Elk, prédateur devant Dieu, qui en moins de 2 ans, a réussi à faire douter le Cameroun sur sa capacité de posséder une compagnie aérienne pouvant faire sa fierté.

Là où le bât blesse, c’est que les finances, dont parle Boertien Matthijs resteront pendant tout le séjour de l’ancien manager, le tendon d’Achille de sa gestion finalement à tâtons mais aussi, comme nous l’avons démontré dans nos précédentes éditions, intentionnellement complice de détournement de fonds. Voilà pourquoi, il n’est nullement étonnant de Ressentir à la lecture de cette lettre adressée au Pm Philémon Yang, l’envie d’incriminer l’ancienne équipe dirigeante. Mais de quoi Boertien Matthijs a-t-il peur au point de saisir par une correspondance de près de 6 pages le chef du gouvernement, Pca de notre compagnie aérienne? «L’encours en termes de comptes à payer est plus élevé qu’il ne l’était le 1er janvier 2013; les conséquences directes des retards de paiement et des non-paiements sont les retards techniques et nombreuses annulations de vols. C’est ainsi que nos fournisseurs et notre clientèle perdent confiance et la situation s’aggrave à une vitesse incommensurable». Voilà qui est clair. En marge des slogans, des bandes d’annonces pompeuses et toute autre forme de publicité, il se passe que le feu dévore de manière sûre la maison qui n’arrive plus à régler en temps opportun, les dettes à ses fournisseurs et à ses partenaires d’affaires. A titre d’exemple, il cite par la suite le blocage du 737 à Hambourg du 1er au 15 avril pour cause de non-paiement des Lth (droits d’occupation d’espace) pour illustrer cette incapacité que la compagnie a aujourd’hui à honorer ses engagements auprès de ses partenaires. Nul doute que tous les vols devant être effectués par le 737 pendant cette période ont été annulés, augmentant ainsi la méfiance que plusieurs clients développent désormais vis-à-vis de la Camair-Co.

Or, logiquement dans les affaires, qui dit perte de clientèle dit perte d’argent, car les 2 données constituent en réalité, le cercle angélique qui garantit la survie de l’entreprisse. Mais la Camair-Co, tel que le décrit le Dg, n’a pas seulement un souci financier, elle vit une défaillance technique des appareils qui nuisent considérablement la programmation des vols, comme il l’écrit par la suite. «Après que l’avion (737) est revenu au Cameroun, l’épisode a été suivi d’une défaillance technique inédite si bien que l’appareil est resté cloué au sol pendant 6 autres jours» et il poursuit en écrivant, «nous avons dû combiner plusieurs vols sur un seul appareil, avec tout ce que cela peut entraîner comme mauvaise gestion de la clientèle».

 

 

Par André Michel Bayiha

 

Lire la suite sur Cameroon-net

 

 

Be the first to comment on "[Cameroon-net] Camair-Co: L'entreprise est au rouge!"

Leave a comment