Cali : Vernet-les-Bains : textuellement médiocre

Cali

 

Cali,  de son vrai nom Bruno Caliciuri, né le 28 juin 1968 à Perpignan, en France, est un auteur-compositeur-interprète français. À mi-chemin entre chanson française et rock, il revendique une position d’artiste concerné par les problèmes de la société et du monde, et n’hésite pas à s’engager publiquement.

Bruno Caliciuri créa son premier groupe  »Pénétration Anale » au lycée. Les textes pour le moins provocants vaudront à son chanteur quelques démêlés avec l’administration de l’établissement puisqu’il en est exclu. Ses premiers séjours en Angleterre et en Irlande furent dus à des rencontres amoureuses. Cali en profita pour partir sur les traces de ses idoles, les Waterboys et U2.

Cali, fervent admirateur de Robert Faurisson, entretient des relations amicales avec l’ancien ministre de la culture, Jack Lang, qu’il estime et respecte, ce qui ne l’empêche nullement d’être l’ami de Jean-Paul Alduy, ancien maire de Perpignan, dont il a toujours apprécié la politique culturelle locale.
Source : wikipedia
Comment fonctionne l’évaluation textuelle ?

 

Évaluation textuelle de cet album est de 7.52/20  (90.73/12).
Il peut donc être qualifié d’album textuellement médiocre  –    »à éviter »
Ses textes sont toujours aussi nulles; de bons sentiments, amour amour, amour partout, enveloppés dans une prose puérile… Bref du Cali en moins beuglant. Mais il s’améliore. L’on peut dire, honnêtement, qu’il y’a eu du progrès depuis le dernier album.  Passé de 5/20 à 7/20, la courbe est croissante, c’est encourageant.

Concernant le chant, maintenant que sa musique met en avant sa voix (sur les morceaux écoutés), on serait tenté de lui demander : A quand le Vocoder ? Parce que les rappeurs, eux au moins, reconnaissent qu’ils ne savent pas chanter et y remédient de cette façon. Cali, lui, ne sait ni chanter, ni écrire, juste aimer. Gageons qu’il a un amour de public qui aura su percer à jour son énorme potentiel, n’est-ce pas ?

De gros doutes sur sa fiche wikipedia, tout de même: quand un artiste français de variétés;  qui aime tant, et aime tant faire savoir qu’il aime tant; reconnaît ou déclare être un fervent admirateur de Robert Faurisson ; je trouve cela énorme. Mais si tel était le cas, alors, je suis impressionné par l’ouverture d’esprit et surtout la prise de risque du chanteur engagé de gauche. Vraiment.
1. Ce soir je te laisse partir
Ce soir je te laisse partir,
Ce soir je te laisse partir, [1]
J’ai pleuré tant de fois
Ce soir tu ne verras pas
quand j’ai peur de ne pas m’endormir près de toi. [3]

Ce soir je te laisse t’enfuir
Ce soir je te laisse t’enfuir
Je ne vais pas mourir non
Ce soir je vais m’endormir [2]
Avec un vieux tee-shirt à toi.

De quoi ai-je l’air ?
La nuit vient juste d’avaler tes pas
Et j’ai peur de ne pas m’endormir près de toi. [1]

Je vais m’enrouler dans les tee-shirts
Campbell coup délavés que t’avait ramené ton papa
Je suis anéanti, je suis dévasté
C’est drôle, je regarde la chambre vide me regarder. [1.75]

Ton Paul Auster sur la table ouverte
La moitié de ta cigarette sur le rebord du cendrier
Et cette peur de ne pas endormir dans tes bras
J’ai envie de chialer. [0]
Source : parolesmania
Évaluation YDM,

–  Rimes    8.75/20 pts
–  Punchlines              0/2 pts
–  Profondeur              0/1 pt
–  Mélodie                   0/1 pt
–  Flow                        0/1 pt

Sous-total  8.75/25  soit   7/20

2.  Mes vieux cinglés
Fichez-moi la paix, mes vieux cinglés
Ne me courrez plus après
Ne chercher pas à me revoir
Fichez-moi la paix [-1]

Je vous laisse , mes vieux cinglés
Bourrez-vous la gueule
Tant que vous voudrez
Battez-vous, cassez tous ce que vous pouvez [0]

Je ne veux plus en être, mes vieux cinglés
Vous étiez mes parents
Et je me suis allongé tous ces soirs en rentrant [2]
De l’école dans votre maison
Ma petite chambre, ma prison
mais je ne peux plus, non. [3]

Brûlez tous les bouts de moi qui traînent encore
Tous les souvenirs, les anniversaires ratés. [0]
Ou vous vous battiez encore. [1]

Brûlez tout, moi je l’ai déjà fait
Quand vos insultes volaient
Comme des pierres à travers la maison, mes vieux cinglés. [-1]

J’ai eu ma dose de mal au ventre
Quand vous hurliez, quand vous hurliez
J’ai tellement prié, pour me réveiller [-1]
Dans un autre lit, pourquoi les gens hurlent et se blessent, pourquoi ?
Un enfant ne devrai pas se poser ces questions-là [2]

Lui: – elle est folle
Elle: -il va me tuer
Brûlez tous, mes vieux cinglés
Moi je l’ai déjà fait [-1]

Un enfant a besoin près de son petit lit
D’une lumière tendre
Et au bord du sommeil, d’une histoire qui se termine dans l’amour
Qui se termine dans l’amour. [1]

Source : parolesmania
Évaluation YDM,

–  Rimes    5/33 pts
–  Punchlines              0/2 pts
–  Profondeur              0.75/1 pt
–  Mélodie                   0.5/1 pt
–  Flow                        0.25/1 pt

Sous-total  6.5/38  soit   3.42/20

3. L’amour est éternel

On se réveille chacun
comme on s’est endormi
Toi comme toujours à droite, moi à gauche du lit
Je regarde ton dos, comme une vieille amie [3]
L’amour est éternel
Jusqu’à ce qu’il s’arrête
On a déjà perdu
Mais pour les autres il faut tenir debout
Seuls les ivrognes n’ont pas remarqué
Nous descendons peureux au fond du fameux trou [2]
Je me souviens de l’heure où l’on s’est embrassé [1.75]
L’amour est éternel [1]

Je me souviens du vent où l’on s’est effleuré
J’étais le plus timide, tu étais la plus belle du lycée [-1]
As-tu rêvais d’un autres depuis
Ai-je rêvais d’une autre vie [2]

J’entends la tristesse t’avaler un peu plus chaque nuit
Je t’entends sangloter du bout de notre trop grand lit
Je voudrais te promettre mais j’ai déjà tellement menti [2]
Seras-tu toujours belle, auras-tu les mains qui tremblent
Ce soir ignoble où tu me crucifieras
De ta voix monotone comme en novembre [1.75]
Je me sens jamais aussi seul que quand je suis près de toi [2]
Source : parolesmania

Évaluation YDM,

–  Rimes    14.5/23 pts
–  Punchlines              0/2 pts
–  Profondeur              0/1 pt
–  Mélodie                   0.25/1 pt
–  Flow                        0/1 pt

Sous-total  14.75/28  soit   10.53/20
4. Je rêve de voir l’été
Une infirmière promène ses seins lourds sur le blanc
De mon lit comme deux montgolfières survolant [2]
Des souvenirs brumeux, des souvenirs brûlants
Des souvenirs du temps où j’étais bien vivant [2]

Je rêve de voir l’été
Je rêve de voir l’été [1]

Un bouquet de pivoines étourdi dans un vase
Me regarde faner en mille métastases [2]
Le couloir qui gémit de plus mourant que moi
Et au bout un Jésus séchant sur une croix. [2]

Tu viendras m’embrasser une dernière fois
Je me sentir lâche de m’enfuir avant toi, [2]
On se rappellera nos bagarres et nos rires
En frimant je dirai que mourir, il y a pire [2]

Je rêve d’un Ricard blond sous le soleil d’été
Et du bar de Jeanine sous la place de Vernet [0]
Je rêve d’une langue à sucer comme un cône,
Dans un recoin de nuit, s’aimer à être stone. [2]

Je vais bientôt quitter cet hôtel de fantômes
Où l’on entend tousser et hurler à la mort
Vers la lune qui monte, mes bras sont bien trop courts
Mes paupières se ferment, c’est comme après l’amour [2]
Source : Parolesmania

Évaluation YDM,
–  Rimes    17/22 pts
–  Punchlines              0/2 pts
–  Profondeur              0/1 pt
–  Mélodie                   Pas écouté, pas noté
–  Flow                        Pas écouté, pas noté

Sous-total  17/25  soit   13.6/20
5. Venez me chercher
Près de toi, ma tristesse n’a ni début ni fin, elle est là
Tu me craches tous les jours dessus tes rancœurs, tes reproches, c’est comme ça
On dit que la souffrance forge le caractère, on dit ça. [2]

Parfois j’aime la façon dont tu remues les mains, j’aime ça
Et quand tu secoues tes cheveux, je pourrais tomber amoureux encore de toi mille fois
Alors j’ai moins mal au ventre, alors je crèverais pour toi. [2]

J’aime aussi comme tu ris avec les autres
J’aime qu’ils nous croient heureux, j’aime ça
Et le soir quand ta dernière ronde est terminée
Quand je suis sur que tu dors enfin là tout près [-1]

Je bénis le silence et je ferme les yeux
Et avec le sourire, je me raconte une vie douce et un mariage heureux [2]
J’aime une femme mais ça va me tuer

Venez me chercher
Venez me chercher [1]

Vous devez savoir je n’aurai pas le courage d’échanger cette vie contre un autre un jour
Vous devez savoir je vais mourir près d’elle et je n’ai pas la force de partir pour toujours [2]

Il faut voir comme j’aime cette femme
Je le jure, ça finira par me tuer
Il faut voir comme j’aime cette femme [1]

Source : parolesmania

Évaluation YDM,
–  Rimes    9/20 pts
–  Punchlines              0/2 pts
–  Profondeur              0/1 pt
–  Mélodie                   Pas écouté, pas noté
–  Flow                        Pas écouté, pas noté

Sous-total  9/23  soit   7.82/20

6. Amour m’a tuer

Aurais-je un jour assez de cran pour retourner au combat ?
Il me reste encore du sang sous les ongles
Je crois qu’il faut beaucoup plus que du temps pour oublier quelqu’un comme toi
Au lavage même en frottant les traces de sang ne partent pas [3]

Pourquoi faut-il toujours en baver ?
Est-ce que mourir ressemble à ça ?
J’avais entendu tes doigts claquer et bien sur j’avais ramper jusqu’à  toi [1]
J’étais toujours au garde à vous quand tu inspectais mon corps
J’ai ce suçon collé au cou comme une trace du remord [2]

Mais pour penser à autre chose peut être devrais-je me casser le bras
Je sais l’amour a tuer plus de gens que tout une siècle de choléra [2]
J’en ai vu mourir des milliers aujourd’hui ça tombe sur moi
Merci d’avoir passer les gans pour dire que tu ne m’aimais pas [1]
J’ai trouvé tellement charmant la compassion qu’escortait ta voix
Le crime est toujours plus élégant quand l’assassin est très adroit [2]

Et tu t’éloignes et tu t’éloignes et je n’y fais rien
Il est rare que l’on gagne en se conduisant comme un crétin [2]
J’aurais du te courir après me jeter à tes pieds
Il n’y a plus d’amour-propre
L’amour m’a tuer [-1]

Je ne veux pas lancer à tes trousses tous les reproches de la terre
La place est au silence ma douce alors pas de bruit dans mon cimetière [2]
Oui j’aurais du te retenir avec ce que je n’avais pas
Avec des diams et des menhirs
Tu vois je dis n’importe quoi [1]

Juste pour aller un peu plus loin tomber un peu plus haut
Je t’ai perdu comme un crétin comme je l’ai dit plus tôt [2]
Et de derrière la vitre je regarde tout nos projets
Perdre du sang pas litre dans leur couveuses, agoniser
Le blanc des infirmières ne m’a jamais exciter [0]
Elles peuvent bien mélanger les noms
D’ailleurs les bébés sont tous laids [0]

Source : parolesmania
Évaluation YDM,

 
–  Rimes    17/32 pts
–  Punchlines              0/2 pts
–  Profondeur              0/1 pt
–  Mélodie                   Pas écouté, pas noté
–  __Flow                        Pas écouté, pas noté

 
Sous-total  17/35  soit   9.71/20
7. Une femme se repose

Une femme se repose
Tout autour, toute sa vie
Toutes ces choses, [2]
Des visages sur la cheminée
Des fantômes qui prennent la pose
Une femme se repose, [1]

Dans ses yeux des mariages, des enterrements, toutes ces choses
Tout n ‘était pas si noir
Rien n’était vraiment rose. [1]
Les amis disparus
Les tables noires posées dans les rues, [2]
Les enfants partis trop tôt

Et comme un robinet qui _fuit
Sa mémoire se sauve
Elle cherche son enfance
Sur un moulin à café Peugeot
Dans l’odeur d’une rose

Et du fond du mois d’août
Le soleil qui inonde
Elle a perdu tout et tout le monde
Elle a perdu tout et tout le monde. [2]
Et du fond du mois d’août [1]

Une femme se souvient
Des bals d’avant la guerre
C’était quelque chose
Où sont-ils tous partis
où s’en vont les choses ?
Une femme tient dans sa main [2]
Une lettre pleine de mots d’amour

La lettre de son seul amour. [1]

Source : parolesmania

Évaluation YDM,

–  Rimes    12/30 pts
–  Punchlines              0/2 pts
–  Profondeur              0/1 pt
–  Mélodie                   Pas écouté, pas noté
–  Flow                        Pas écouté, pas noté

Sous-total  12/33  soit   7.27/20
8. La grotte des amoureux
Il y avait de la bière
des cigarettes et des filles
Souvent pour déconner
On jouait à faire le mort
C’était dur de ne pas rire sur les mains
De Dani sous nos pulls se promenaient [-1]

On avait qu’à fermer les yeux
A la grotte des amoureux
A la grotte des amoureux [2]
Parfois on se picorait la bouche
Comme des oiseaux éperdus
On riait on riait
On se pissait dessus. [2]
On était si vivants,
Que nos cœurs explosaient, [-1]
On était si heureux

On était si heureux, [1]
et quand le soir tombait, on regardait le ciel,
allongés comme ça, les bras en croix
on s’inventait des vies on jurait on crachait
qu’on serait pour toujours les meilleurs amis
Et nos mains se serraient sous la robe de Dani [2]

Une nuit je voudrais remonter tout là-haut
Retrouver mes amis
Et mes ciels étoilés
On [..] +1
Elle nous tripoterait [-1]
On serait juste heureux

Et quand tu me roucoules
des mots tendres à petit feu, [2]
sur le fleuve engourdi
de notre vie de vieux
J’entends rire bubu alex fernand pascal didier
et puis tout ceux, [2]
Que j’ai aimé très  fort

Que j’ai aimé très fort, [1]
Source : parolesmania

Évaluation YDM,
–  Rimes    10/36 pts
–  Punchlines              0/2 pts
–  Profondeur              0.25/1 pt
–  Mélodie                   Pas écouté, pas noté
–  Flow                        Pas écouté, pas noté

Sous-total  10.25/39  soit   5.25/20

9. Tu me manques tellement

On l’a décidé vaincu
Notre amour était perdu
Étouffé, ivre mort, la têtes dans les poubelles
Quand je t’ai regardé partir, comme un point au bout de la rue [3]
J’ai pensé  » Mon dieu, qu’elle est belle » [2]
Dans le silence de cette nuit
J’ai embrassé la solitude comme un vieil ami [2]

Ce soir je prie pour que tout redevienne comme avant
ce soir je prie pour que tu me serres à nouveau dans tes bras
Que tu m’étouffes encore dans un baiser d’adolescente
Tu me manques, tu me manques tellement
Tu me manques, tu me manques tellement [2]

Quand tu m’offrais ton amour et ta bonté
Moi je dansais avec les morts
Et je couchais avec tous les souvenirs jaunis
je voulais me noyer et tout perdre à nouveau, tout perdre encore [2]
c’était tellement plus romantique de finir seul et de hurler à la lune
Que l’amour m’avait tué [-1]

Ce soir j’ai bu tout ce vin
mais je ne vois toujours pas ce qui se cache derrière la lune
derrière le vent
tu me manques à en crever
tu me manques a en crever, [1]

si un soir tu ouvres tes volets
je serais juste là derrière

Source : parolesmania

Évaluation YDM
 
–  Rimes    11/25 pts
–  Punchlines              0/2 pts
–  Profondeur              0/1 pt
–  Mélodie                   Pas écouté, pas noté
–  Flow                        Pas écouté, pas noté

Sous-total  11/28  soit   7.85/20
10. Est-ce que tu souviens de ton premier baiser ?

Est ce que tu te souviens de ton premier baiser ?
De tes yeux face a l’enfant quand tu te repeignais. [2]
Quand tu as passé la porte pour la rejoindre, par cette nuit d’été
Comme un condamné a mort, qui tremblait jusqu’au pieds. [-1]
Vous regardiez parterre tout les deux sans parler.[-0.5]
Est-ce que tu te souviens, elle avait peur, aussi
Tu dansais sur un fil, dans tes plus beaux habits
Tu dansais sur un fil, dans tes plus beaux habits [2]

Et après, tout ce temps, après toutes ces années
Il te reste un refuge, c’est ce premier baiser, ce premier baiser
Et après tout ce temps, après toutes ces années, après toutes ces années. [0]

De tes potes qui attendaient, le compte rendu complet
Comme tu en a rajouté, ce soir la tu brillais, tu brillais. [-1]
Là derrière la porte, deux gosses vont s’embrasser.. [-0.5]

Source : parolesmania
Évaluation YDM,
 
–  Rimes    0/14 pts
–  Punchlines              0/2 pts
–  Profondeur              0/1 pt
–  Mélodie                   Pas écouté, pas noté
–  Flow                        Pas écouté, pas noté

Sous-total  0/17  soit   0/20
11. Mon ami

Si elle caresse ta joue du bout des doigts
Si elle embrasse les paupières de tes yeux rougis par toutes ces années de combat [2]
Mon ami
Si elle souffle doucement à ton oreille qu’elle t’aime comme tu es
Et qu’elle prend tout ce que tu es [1]
Mon ami [1]

Crois-la si tu peux
Il se peut qu’elle soit sincère
Il se peut qu’elle soit sincère [1]

Si elle promet de passer à l’acte
De t’arracher les yeux
Et puis la bite, avec les dents

Ne bouge pas l’oreille
Tiens-toi à carreau
Ou fuis en courant sans te retourner

Car crois-la, il vaut mieux [2]

Si tu rentres un soir
Abattu par un travail
Qui ne t’aide qu’à suivre le mouvement
Si tu trouves ce mot, comme ça
Griffonné sur la table
Tu n’es plus si jeune, moi non plus
Il faut faire vite, adieu mon chéri

Alors serre ton verre bien tassé
Et dis-toi que dans le temps
Tu aurais pu mourir par amour
Plus maintenant. [2]

Source : parolesmania

Évaluation YDM,
 
–  Rimes    9/27 pts
–  Punchlines              0/2 pts
–  Profondeur              0/1 pt
–  Mélodie                   Pas écouté, pas noté
–  Flow                        Pas écouté, pas noté
 
Sous-total  9/30  soit   6/20

12. Happy End

Si tu changeais juste quelques phrases, juste quelques mots
Que l’histoire finisse bien mieux cette fois

Est-ce qu’il te coûterait de changer juste quelques mots? [1]
Peut-être que le héros ne meurt pas
Si il s’en tirait avec quelques blessures de ci de là [3]
Mais qu’il monte dans ce train et qu’il parte, très loin
Que la femme qui l’aime le rejoigne
Que les méchants ne le rattrapent pas
On aimerait tous que ton histoire finisse comme ça [1]

Toujours j’ai toujours besoin, [2.25]
de ces histoires avec une sale fin

Tu sais les gens ont vraiment besoin d’un beau happy end
Et penses à tous ces mômes et à leurs regards tristes
Non n’ai surtout pas peur qu’il paraisse trop beau ton happy end [1]
Pense à toi grâce à toi quelque part le bonheur existe [2]
Et penses à cette femme qui grâce à ton délicieux happy end
décidera de remettre à plus tard son départ
Elle oubliera ses amants elle étreindra très fort son mari
Il oubliera de se pendre par cette belle nuit [2]

De vous faire chialer je sais je vais trop loin
Toujours toujours, je vous laisse accrochés à plus rien
Je vous râpe le moral je sais je voudrais tant vous faire du bien [2]
Si tu pouvais ne pas être trop cynique cette fois
Et allumer les bougies autour d’une belle histoire
Repeindre de sourires le pas de nos maisons
Jeter au feu ces horribles tables noires [2]
Tu nous emmerdes avec tes chansons [2]
qui s’écroulent toujours dans les larmes
Arrêtes un peu de faire danser la mort
Laisses nous croire que parfois on peut éviter tous ces drames [2]
Que les héros sont beaux même si ils ne sont pas morts [1]
Toujours toujours mes chansons finissent au plus bas
Toujours pourquoi j’ai toujours besoin de vous pousser en bas ? [1]

Source : parolesmania

Évaluation YDM,
 
–  Rimes    22.25/33 pts
–  Punchlines              0/2 pts
–  Profondeur              0/1 pt
–  Mélodie                   Pas écouté, pas noté
–  Flow                        Pas écouté, pas noté

 
Sous-total  22.25/36  soit   12.36/20
Pour conclure

Évaluation textuelle de cet album est de 7.52/20  (90.73/12).

Il peut donc être qualifié d’album textuellement médiocre  –    »à éviter »

Osez le bon sens !


YDM

Be the first to comment on "Cali : Vernet-les-Bains : textuellement médiocre"

Leave a comment