Black M – Les yeux plus gros que le monde : album médiocre

Black M

Black M ou Black Mesrimes, de son vrai nom Alpha Diallo est un rappeur français né le 27 décembre 1984. Il réside dans le 13e arrondissement de Paris ; il a cependant grandi rue du Bac.

Source : wiki

 

 

 

 

 

 

PRINCIPES DE NOTATION DES TEXTES DE RAP

 


black-m-les-yeux-plus-gros-que-le-ventre-cover

 

Évaluation textuelle de cet album – Les yeux plus gros que le monde – est de 121.35/19 soit 6.38/20.

Il peut donc être qualifié d’album textuellement médiocre

 

 

 

 

 

Qu’ai-je pensé de cet album ?

Pauvre Black M, je crains que Mme Pavoshko ait eu raison : ton français présente trop de traces de ski.

Suite de banalités, écriture anorexique, pensée inexistante, thématiques éculées, originalité zéro, faiblesses dans tous les compartiments,  album réellement pauvre en tout. Je n’ai jamais autant attribué des points par pitié pour un album…

Et les punchlines, c’est vraiment en dessous de tout. « Ma vie, elle est instable comme l’État du Congo ». Putain ! Muscles ton jeu, frérot ! Tu es le Cali du rap.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les yeux plus gros que le monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Intro

Les yeux…
… plus gros…
… que le monde

Ceci, c’est pour les gens qui me dévisagent
Comme si j’étais un trav’ et que j’avais des nibards
Le genre de nègre bon que pour le mitard [2]
Avec un poster au mur de Marine en niqab [1.5]

Je vous l’ai dit, les gens me regardent bizarre
Désolé mais je n’ai pas l’humour de Bigard [2]
Et Monsieur Jack me dit que j’suis minable
Que, pour m’en sortir, il faudrait un miracle [1.5]

Il fallait bien qu’on apprenne à bicrave
Loin de nos pays là où ça mitraille [1]
J’me fous d’où est donc Ornicar
Je veux juste savoir où est l’or du Wa [1]

Alors, la famille, dis-moi : on dit quoi ?
Au ‘tier-quar’ : rien d’spéc’, juste qu’on y croit [2]

Tout le monde dit : « Black »
Black

Ah, j’ai dit : « Tout le monde dit : « Black » »

Hein, j’ai dit : « Tout le monde voit Black »

Source : rapgenius

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    11/21 pts soit    7.85/15

–  Profondeur                          1/4 pts
–  Punchlines/Styles               0/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  9.35/25  soit   7.48/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2. Ailleurs

B-L-A-C-K M, les gros yeux
Laisse-moi faire, pousse-toi
Laisse-laisse-moi faire, pousse-toi [1]
Laisse, laisse, laisse-moi faire
Hmmm, hmmm, hmmm

Ils veulent nos codes et nos gimmicks, oh
Le Wati B, c’est no limit, oh [1.75]
Ils veulent représenter ma ville, oh
Mais ils savent qui contrôle Bériz, oh

J’marche seul, j’suis ailleurs
Ailleurs, loin de tout game
J’marche seul, ailleurs [1]
Ailleurs, comme les Saiyan

J’avance dans l’noir
Mes gros yeuz’ en guise de phares [2]
J’ai pas d’frein

Hello le game, comment allez-vous depuis « Wati House » ?
Moi, c’est le Big Black M que tu compares à cet enfoiré de Mickey Mouse [2]
Click, click, bang #WesleySnipes
Laisse, la famille, vas-y, laisse, laisse-les s’lèb’
De toutes façons, poto, le monde est spéc’
Je veux juste qu’on me paye, moi, et en espèces [1]

Mayday, venez m’aider, je ne veux pas de vos ladys, j’vous l’ai dit
Je veux des fafs à la mairie, c’est pénible
La que-ban’ ne fait pas crédits, j’suis pas crédible [2]
Mon équipe, elle est critiquée

Si tu la pousses à bout, tu peux te faire liquider [2]
Sors de ta bulle, ce n’est pas mitigé
C’flow que t’entends, ça fait plus de dix piges
Black kickeur, oh, les MCs, vous me fatiguez [2]

J’regrette l’époque où Lefa kickait
Et toi, on ne sait toujours pas qui t’es [2]
Ça kick comme c’n’est pas permis
Si tu négliges, on te termine
Oui, Black Shady n’est qu’une vermine [2]
Oui, je suis ton père, et je te fle-gi’ [2]

Ce n’est pas le premier single, non
C’est juste une pression, pression
Allô, les puristes de merde
Le Black M ne veut pas de vos impressions [1.5]

Ouais, j’ai le seum, je mélange tout
Même l’ingé’ son peut s’en manger une
La verité sort de la bouche des alcoliques
Ne venez pas me voir quand j’ai bu

Qui est dans le tur-fu’ ? Oui, dis moi, qui est dans le tur-fu’ ?
Les MCs te diront plus tard qu’à cause de moi leur passé fut dur [1.5]
Moi, mon rap, c’est pas la ue-r’, mais la ue-r’, elle aime mon rap
J’ai l’antidote contre l’Alzheimer, oui, ma musique, elle est mémorable [1]

Dans ma tête, j’suis pas solo, dites à tout le monde qu’il m’unfollow [1]
Ou juste à Beyonce qu’elle me follow, j’sais que vous en redemanderez encore
Wesh, le game, c’est comment ? On s’ennuie ça fait un moment [1]
Tout le monde prétend avoir du talent, voilà pourquoi Big Black, il est paro

Tout le monde dit : « Black »

Black

Hein, j’ai dit : « Tout le monde voit Black » [1]

Les yeux plus gros que le monde
Wati B, c’est no limit, oh

A suivre…

Source : rapgenius 

Evaluation YDM,

–  Rimes    27.75/58 pts soit    7.17/15

–  Profondeur                          0.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               0/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  7.92/25  soit   6.33/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3. Spectateur

J’ai fait mon bout d’chemin, baba
J’suis peu bavard
J’me pose et puis j’observe
Mon bout d’chemin, baba [1]

C’est bientôt la fin du monde, mais le monde s’en fout
Le monde, lui, veut faire des lovés autant qu’dans l’foot [1.75]
Certains seront sûrement sauvés, mais, moi, j’sais ap’
Trop d’péchés exposés, ouais rien qu’j’dérape [2]

Tu veux qu’j’te raconte ma story, ces moments maudits
Où l’Sheïtan est l’seul spectateur qui applaudit ? [2]
Eh bah non, j’peux pas m’plaindre, mon compte : il est blindé
Mon savoir est une arme qui ne cesse de tout flinguer [0]

Mais la vie c’est pas l’rap, même si je rappe ma vie
Un mal fou à être présent parce que le monde va vite [1.75]
Les petits reufrés sont timbrés, ne cessent de s’flinguer
Les commissaires, eux, prennent un plaisir à les épingler [2]

Et quant à nos sistas, rien qu’on assiste à
Des auto-destructions, des femmes tristes [2]
Pimpées, bimbos, pour séduire les gringos
Akhi, les gens sont prêts à tout pour remplir le frigo [2]
Je te dis que je suis

Spectateur d’un film gore et je t’avoue que la suite m’effraie
Spectateur d’une vie trop courte, si j’pouvais réellement j’la referais [2]

Spectateur d’une vie trop courte…

Parce que Maman se lève tôt, et mes ennemis me testent
Et, entre nous, dans l’ghetto, j’ai pu constater qu’on se blesse [1.75]
Oui, j’ai au-dessus d’la tête l’épée de Damoclès
Oui, certes, on s’fait la guerre, mais c’est pour avoir l’âme en paix

Spectateur d’un monde en péril
Où la paix a signé un contrat d’intérim
Où devenir un homme saint, c’est puéril [2]
J’ai cherché la tranquillité, putain, c’est un périple [1]

Témoin de leurs débats, ils nous trouvent incultes
Khouya, je suis venu, j’ai vu, j’ai été vaincu [1]
On a tous vu des choses qui traumatisent
Les soirs d’hiver glacial, j’peux dire qu’le métro m’attriste

Des fois, les larmes coulent, c’est automatique
C’est peut-être la saison, ou alors c’est trop la crise
J’ai vu cet homme seul, sale qui pue la tise [2]
Seul, saoul, ça l’saoule plus, y’a plus son fils qui l’soutient

J’ai vu la solitude de cet homme qui jadis était un leader fort et dur
Spectateur fatigué, on s’est trop tirés les cheveux
Donc, à force, on encaisse, on préfère fermer les yeux [2]

Tout c’que j’ai vu
M’a démontré qu’les p’tits frères seront perdus
J’ai vu qu’le mal se propage et puis perdure [2.75]
P’t-être dur et lâche
Je vois qu’on est perdus, perdus, perdus… Hélas [1.5]

Source : Rapgenius

 

Evaluation YDM,

 

–  Rimes    30.5/48 pts soit    9.53/15

–  Profondeur                          2/4 pts
–  Punchlines/Styles               1/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.5/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  13.53/25  soit   10.82/20 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4. Mme Pavoshko

Ce son est une dédicace à madame Pavoshko
Vous vous souvenez ? Monsieur Diallo [1]

Hi, madame Pavoshko, non
J’suis pas en prison ou à l’hosto’, non
J’fais des hits,
madame Pavoshko
Et vos gosses me kiffent, [1.75]

Oui, oui, oui, oui, oui,

J’ai toujours autant d’inspi’ [1]

C’est pour mes gars sous weed,

Si vous voulez, on s’tweete, [1]

Solo, tête sous l’eau
J’me suis dit : « C’est l’moment
Mets l’fire ! » Fire

Yo, vous vous souvenez d’oim’ ?
Le petit renoi qui grattait des couplets d’barge
Fuck le délégué, dites-moi où est l’mic’
On dirait qu’on m’a poucave, wesh d’où elle m’snipe ? [1]

Ma vie, les cours, oui, oui, oui, oui, oui
J’m’en bats les couilles
Oui, je sais, c’est dommage, du coup [1]
Vos surveillants sont contre moi, moi, moi

J’ai trop fait d’aller-retour au Rectorat
Vos discours, dans ma ‘te-tê’, j’en ai fait une vraie chorale [1.75]
Toi, t’es ‘sé-po’ dans ton bureau, tu m’dis « Va bricoler ! »
Et moi, au lieu d’te gifler, je préfère en rigoler [2]

Dès qu’nos regards se croisent, hop, adrénaline
Oui, je sais, j’ai pas calculé l’prof de mathématiques
J’analysais un d’ces fameux couplets où Nakk, il kickait
Oui, je sais madame, le rap a failli gâter ma vie [1.75]

Je me suis juré qu’un jour, vous danserez sur mes sons
À une époque, j’voulais me procurer un Smith et Wesson [2]
Une petite voix me chuchotait : « Vas-y, tire sur l’école
Ça fera une petite anecdote, la directrice, elle est conne » [1]

Pourquoi ce con de surveillant m’demande de vider mes poches ?
On n’est pas au poste de police, et, moi, j’suis fidèle au poste [1]
Mettez-moi vos heures de colle, même allez prévenir vos collègues
Vous avez qu’à être en colère, c’est nous les ‘reusta’ du collège [1.25]

Oui, aujourd’hui, ils diront
Que je ne rappe que pour les ‘tits-pe’, que pour le fric
Quel drôle de type, j’dirais même « petit con »
Qui s’imagine avoir la force de King Kong [3]

Enfin, bref

Parti au conseil de classe, les profs disaient
Qu’tu fais partie des plus nazes d’l’école
Jette ton cahier, mets l’fire, fire

Et c’est, pour toi, un avertissement
T’as donc plus aucune excuse en plus de divertissement [2]

Oui, je faisais exprès d’arriver en retard pour m’faire renvoyer
Oui, madame, oui, je fumais des ****** dans les toilettes
Oui, j’étais présent qu’à la cantine
Oui, j’ai pas eu mon bac, oui, j’ai pas eu mon BEP

Oui, j’ai pas eu mon brevet, oui, mais j’vous remercie
Vous m’avez donné la force d’réaliser l’un d’mes rêves les plus fous
« Les yeux plus gros que le monde »

Source : rapgenius

 

 

Evaluation YDM,

–  Rimes   22.5/53 pts soit   6.36/15

–  Profondeur                          0.25/4 pts
–  Punchlines/Styles              0/3 pts
–  Langage                       0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                 0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  7.36/25  soit   5.88/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5. À la vôtre

Laisse tomber les autres,
on ne les voit même pas, on sort du lot
Ils n’ont pas l’attitude pour être des nôtres
Et, nous, dans nos habitudes, c’est du sans faute
À la vôtre [3]

Pose ton Mathusalem puisque c’est ça qu’elles aiment
Pose ton Mathusalem, c’est Paris, pas Harlem [1]
Pose ton Mathusalem, fais kiffer mes aliens
Pose ton Mathusalem, ton ennemi, on l’malmène [2]

Trois heures du mat’, poto, j’suis dans l’club
J’entends rien, y’a trop d’seuf’
Ramène-moi deux magnums, un math’
Une champ’ et deux paquets d’clopes [1.75]

Ça fait deux heures qu’on a quitté l’block
Batte de base-ball dans l’coffre [1]
Breh, ambiance Star Wars, laisse-les
J’vais leur montrer c’est qui l’boss

J’suis sur la piste, éclaté et foncecar, Vendetta
Sur l »té-c’ au niveau d’la ‘squette-ca’ [1.75]
Wati B, Big Black, Gros Yeux, trop d’swag
C’est la Champions League, des missiles à notre table

L’amiral à notre gauche, Big Ali sur notre droite
– XXX soir ce, XXX

Un coupé-décalé euphorique pour régler ses ardoises [1]

Ici, même avec tes gros bras, tu finiras bêtement fatigué
Tout ce que t’as physiquement, ici, on t’le masque avec un billet
Demande aux mecs de ma cave qui se sont tous déjà éparpillés [2]
Si ta bouteille fait des étincelles, ça veut pas dire que t’es né pour briller [0]

Oui, pose ton mathusalem
Avant que les gos t’fassent tiser Salem [2]
Les requins à ma table aux appétits d’baleines
Gros, t’auras la côte même avec la coupe à Khaled [1]

– Ramène khaliss,, caisses, calice, XXX
Ta cess’ XXX l’espèce [1]
Plus la bouteille bombe et plus les cavus m’causent
Sens la peur dans l’assemblée quand mes gavas s’posent [2]

Donc, [t’es le doc?], on veut le nirvana
Couvre-chef sur le ‘té-c’ comme Guevara [2]
Aa Baana Aa Baana comme quand t’as rien sur toi
XXX surpoids [2]

XXX SMIC sur la ‘ble-ta’
XXX RMIstes on s’en tape on a les yeux plus gros qu’le monde
Chez toi, les bouteilles ne brillent pas, on valide pas [1]
Car on sait que tu ne vois pas plus loin que ton ombre [1.75]

Laisse-moi m’poser
Le but, ce n’est pas de voir ma tête dans mon Closer
Vu l’état du game, y’a de quoi te faire les gros yeux
Oui, j’veux peser, mais pas comme Rozay [0]

Fuck vos peoples, et ce sont des losers [2]
Et qui t’a dit que mon public n’a pas plus d’douze ans ?
J’suis en train d’tout ‘quer-ni’, ça devient même pénible
J’fais kiffer ta go et je n’ai rien d’un R.Kelly [1.25]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    28.5/50 pts soit   8.55/15

–  Profondeur                          0.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.25/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  9.55/25  soit   7.64/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6. À force d’être

J’n’y vois plus que du black

À force d’être dans le haram, j’ai niqué ma life
Mais, eux, ils ne le voient a-p parce que, quand j’kick, ils m’acclament
À force d’être dans le haram, j’n’y vois plus que du black

À force d’être dans le haram, j’sais même plus pourquoi j’suis ‘àl’
Tu m’diras bien : « Laissons les négros propres »
Mais, dans ma vie, je fais qu’du sale [2]
À force d’être dans le haram, bah, forcement, du biff, y’en a

Et elles veulent toutes montrer leur cavu, comme cette pute de Rihanna [2]
À force d’être dans le haram, au ‘tier-quar’, j »ves-qui’ tous les ‘res-frè’
Parce que, au lieu d’apprendre leur sourates, les petits
Ils chantent tous mes refrains [+1]

À force d’être dans le haram, j’suis un mec de la night
Demande à Monsieur Jack, mieux vaut ne pas m’croiser sur Paname [+1]
À force d’être dans le haram, oui, oui, j’démarre au quart de tour
On dirait j’m’embarque en enfer sans faire aucun détour [2]

À force d’être dans le haram, ta wife va jeter sa bague
J’parle en connaissance de cause, me demande pas si ça va [1]
À force d’être dans le haram, j’vais devenir fou, oh mon dieu
J’croyais que le son me protégeait mais les murs ont des oreilles avec des putains de casques audio [+1]

À force d’être dans le haram, la dernière fois qu’j’ai mis des coups
J’croyais qu’c’était sur mon pire ennemi alors qu’c’était sur madame
À force d’être dans le haram, y’a plus rien d’hellal à ma table
Je ne vois qu’une bande de cochonnes avec une bande de macaques [1]

À force d’être dans le haram, j’n’ai plus aucune limite
Ne m’prenez pas pour un exemple, ouais
J’m’en branle que le petit ‘re-frè’ m’imite [2]
Tout c’qui compte, c’est le physique, j’t’insulte dans ma musique

À force d’être dans le haram, pour un rien, mes gavas te fusillent
À force d’être dans le haram, ça parle de ‘ul-c’, de ‘eins-s’ et des gros, oui
À force d’être dans le haram, elle pose à poils sur Instagram
Elle fout la merde entre mes négros, elle fait zarma, c’est moi, j’ai les crocs [2]

À force d’être dans le haram, Big Black M a l’plus gros des égos
Oui, elles veulent toutes mon numéro comme si j’étais un super-héros
À force d’être dans le haram, Juliette se tape plein d’Roméo [3]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    18/35 pts soit   7.71/15

–  Profondeur                          0.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.25/3 pts
–  Langage                     0/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  8.46/25  soit   6.76/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7. C’est tout moi

Oui, j’ai du mal à reconnaitre mes erreurs, je sais
Ne m’en veux pas car j’ai du mal à m’exprimer mais j’essaye [2]
C’est tout moi

J’suis plus le même, oui, je sais
Mais comment te dire que je t’aime, est-ce que tu sais ?
J’me regarde, j’me fais d’la peine, je sais, c’est triste à dire
J’me regarde et j’ai la haine, j’aimerais disparaitre

Quand j’pense à nos débuts, c’est là qu’j’me dis
« Franchement, j’suis trop débile », mais l’acte est fait
J’crois pas qu’faute avouée est pardonnée [-1]
Oh no, je m’en veux, ouais, parce que j’vois qu’t’as mal

Tu m’diras : « C’est facile d’en faire une chanson »
J’te répondrai : « C’est difficile de vivre dans l’mensonge » [1.5]
Et tous ces gens autour qui ne font que parler
Seuls nos cœurs pourront leur dire qu’on est bien plus que marié [2]

Y’a ceux qui veulent une vie de rêve et celles qui rêvent d’une vie
Où jamais l’amour crève, mais, ça, c’est pas possible
J’crois qu’tout tient qu’à un fil tant que j’serais pas posé
Ecoute pour une fois que je suis grave plausible [2]

En c’qui concerne cette flamme que t’as
Tenté d’éteindre avec tes larmes, arrête
Je te l’répète, tu t’fais du mal et, moi [2]
J’veux juste récupérer ma femme, stop

Oui, j’suis pas parfait, l’homme modèle
N’existe pas chez les mortels, serais-je maudis ?
Je n’en sais rien mais je sais que sans toi
C’est comme si j’vivais dans notre belle maison mais sans l’toit [2]

Du mal à tourner la page comme si la plume qui l’a écrite pesait
Plus d’une tonne, et, vous, arrêtez, là, j’me fous d’buzzer [-1]
Le cœur plus gros qu’les yeux
Oui, j’ai menti, mesdames, messieurs [2]

J’brûle des étapes à force de jouer avec le feu
À force de jouer des personnages, j’suis devenu fou [+1]
Et toi, ma chérie, Ô pardonne moi
Je sais que je l’emporterai pas au paradis

Tout simplement parce que j’suis un homme et pas un ange
Laisse-moi me faire du mal, j’vais t’venger
Et on dit qu’l’amour est aveugle
C’est p’t-être pour ça qu’on a du mal à s’retrouver [-1]

Pardonne-moi mais je n’ai pas su trouver mieux
On s’regarde plus dans les yeux
Je prie Dieu pour qu’on finisse cette vie à deux
Les mains vers les cieux [2.5]

Source :  rapgenius

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    14/43 pts soit    4.80/15

–  Profondeur                          2/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.5/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  8.05/25  soit  6.44/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8. Pour oublier

Pour oublier, je chantonne
Moi, je veux juste m’évader pour un petit temps, tout effacer

Moi, je veux oublier, m’évader, je veux tout effacer [1]

Dis-moi, qui est ton toubib ? Le mien est mort
Posons-nous, parlons d’nos vies, c’qui nous a causé du tort
L’impression d’aimer souffrir, j’crois qu’on m’a jeté un sort [2]
J’ai comme une envie de fuir mais j’ai plus de force [1]

Pour oublier, j’suis obligé d’me forcer à faire la fête
Ou alors j’pense à la fin du mois, la date de ce foutu chèque
Pour oublier, j’fume de l’herbe, j’frappe quand j’ai les nerfs
Perdu dans mes rêves, j’suis devenu grave téméraire [2]

J’regarde ma mère, sourire aux lèvres
Cette femme me fait oublier que, sur Terre, c’est la merde
Comment oublier hier si, aujourd’hui, j’ai mal ?
En plus de ça, demain, c’est loin, c’est quoi le but au final ? [1]

J’pense à ceux qui sont partis, que le temps emporte
Ainsi qu’à tous les martyrs du vice de notre époque
Et à ceux dont la fatigue a usé le corps
Et, en voyant leur sourire, tu sens qu’ils sont plus forts [1.25]

Pour oublier, ils chantaient, je les ai vus dès six ans
Avec des problèmes de santé suivis de grosses décisions [+1]
Lui aussi chantait dans son dix mètres carrés
Alors qu’il plaidait non coupable comme nous l’disait Karim

J’chantonne sur un chemin où le Diable te guide
Te kidnappe, te brise, tu l’vis mal, tu frises
La folie, ouais, t’oublies les stigmates, les crises [2]
Pour oublier, je chantonne ou bien je rappe mes titres

Parce que je veux juste fuir les problèmes
Je n’veux plus de problèmes

Ma vie, elle est instable comme l’Etat du Congo
Ça m’fait du bien d’me ‘cher-lâ’ comme les mecs de Kingston

Pour tous les proches que j’ai perdu en cours de route
Les durs moments où, solo, j’ai failli devenir fou
Moi, je veux juste m’évader pour un petit temps, tout effacer
La fois où mon pays d’origine a connu un coup d’Etat

Mes ‘sins-cou’ n’avaient pas d’arme mais ils étaient prêt à s »per-ta’
Moi, je veux oublier, m’évader, je veux tout effacer
La guerre, la crise, j’ai peur, j’suis triste
L’argent : y’a pas, normal, ils ont tout pris

J’en pleure, je prie, mon Dieu, aide-moi
Je veux tout effacer
J’ai mal, j’ai faim, on tue les miens

La lèpre me ronge, j’ai plus mes mains [2]
Eux, ils violent nos femmes, nos filles
Et, moi, je veux tout effacer

Enfant soldat, peu importe le pouvoir
L’Homme est tout petit et Dieu est grand
Pour oublier qu’on souffre
Au lieu de pleurer, on chante [1]
Big Black M

Source : rapgenius

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    14.25/50  pts soit    4.27/15

–  Profondeur                          0.5/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.25/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  5.77/25  soit   4.61/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9- La Légende Black

Oh, oh, oh !
Les yeux plus gros que le monde !
Dr Beriz
Big Black M

Et on disait qu’il avait trop d’style
Et qu’il vendait du rêve aux ladies
Et, pour lui, personne se faisait d’bill [1]
Pas besoin d’cogiter, t’as d’jà tilté (Black M)

Et, quand il chantait, il faisait la dif’
Et, avec ses mélodies, on oubliait la crise
Pour n’pas se prendre la tête, disait : « Ainsi soit-il » [1]

Na na na na na na na na

Hello Bériz ! Euh…
Comment vas-tu depuis Wati euh… ?
Comment leur dire que c’est moi l’king ? Euh… [1]
C’est moi qui vous dicte le chapitre

Rêveur, on me dit que j’suis ché-per
Mais, le Big Black M, il a cé-per [0]
Et on dit que, la chute, elle est sévère
Et, le débrouillard, il sait faire [2]

J’ai le sang du daron de la Guinée
Comme j’ai le sang d’un rappeur qui sait kicker [0]
Je me fous de vos idoles cain-ri, ce n’est pas eux qui me donnent le maro
Je suis pas dans les délires L.A, quand le soleil frappe, j’suis plutôt Maroc [1.75]

Gros son pour les re-frés
Il faut que tout le monde chante mon refrain

Je voulais juste prendre mes lovés
Sans pour autant vouloir être mauvais [2]
M’en voulez pas d’avoir innové
Oh ! Tous vos sons me donnent la nausée [0]

J’étais au ‘tier-quar’ souvent posé
J’voulais que personne vienne me causer [0]
Je voulais juste dreamer, m’sauver
Fuck l’Interim, j’préférais chômer [2]

Beaucoup m’ont dit qu’je finirai paumé
J’avais que Sexion pour m’épauler [2]
J’étais souvent dur et en colère
Oui, je n’aimais pas l’système scolaire [2]

J’avais du mal avec les horaires [1]
À mes ennemies j’disais : « J’les aurais »
Je ne suis pas là pour décorer
Non, renoi, faut pas déconner [3]

Si j’ai les yeux plus gros qu’le monde
C’est que j’ai dû voir ce qu’ont vu tous les grands de ce monde [1]
N’est ce pas ? J’ai que ma gueule, ma musique et mon style
Pour m’en sortir, j’ai du transmettre ma peine sur mes titres, mon gars

Source : rapgenius

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    19.75/46 pts soit   6.44/15

–  Profondeur                          0.5/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.5/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0.25/0.5 pt

Sous-total  8.44/25  soit  6.75/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10- Interlude

J’ai l’impression d’avoir échoué
Ne venez pas me dire qu’j’suis doué [-1]

C’est comment ? Explique-moi, qu’est-ce que j’ai raté ?
Ne m’dis pas qu’la vie m’a appris qu’à rapper [0]

J’écris des pages mais y’en a aucune de tournée
Persuadé qu’tout ça n’est pas vraiment fait pour moi
J’me laisse guider
S’il est écrit qu’j’dois prendre un mur, j’pourrais pas l’esquiver [-1]

Merci pour le soutien
Mais, quand ça n’allait pas, t’étais pas là, akhi, j’me souviens [2]
J’t’en veux même pas
J’m’en fous qu’tu m’aimes ou qu’tu m’aimes pas [1]

Moi, j’me préférais avant quand
Moi et mon petit égo, on voulait juste avancer
Aujourd’hui, on a grandi
Et il m’arrive d’m’regarder et d’me dire : « Wesh, tu t’prends pour qui ? »
Pensée… [0]

Source : rapgenius

 

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    1/17 pts soit    0.88/15

–  Profondeur                          0.5/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.25/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  2.13/25  soit   1.70/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11- Money

Tu veux la money ? Tu veux la money ?
Est-ce que tu connais le danger de la money ? [1]
Est-ce que t’es conscient que tu n’emporteras rien là-haut ?
Té-ma’ Cahuzac qui les a rendu bêtes

Le clochard qui mendie pour la money
J’crois pas qu’il en fait pour les mêmes raisons
Le milliardaire parle aux têtes sur ses billets
Parce qu’il a perdu la raison [1]

Il était parti de rien, il avait juste le respect [-1]
Quatre ans qu’il vit avec une femme sans avoir de quoi payer le resto
Toujours droit, tout le monde l’aimait, tout le monde voulait être son gava
Dans son dictionnaire à lui, on pouvait pas trouver le mot « Avare » [1]

Il était reconnu pour l’talent qu’il avait pour le ballon rond
L’avenir nous chuchotait qu’il pouvait pas être malheureux
Mais la vie a fait que, autour de lui, motherfucker
Les requins ont posé le regard sur ce qu’il avait de plus fort

Impossible d’anticiper quand le Sheitan te plébiscite
Demande aux mecs de ta cité mais ne va surtout pas les citer
Et le frangin s’envole et ses ailes sont en or
C’est pas à lui qu’on va faire croire qu’il y a une vie après la mort [1.75]

Et je me dois, dois
De vous en parler, oui, j’me dois, dois [1]
Sa vie un trou noir, trop noir
Elle lui à retiré le pouvoir, pour le croire, faut le voir [1]

Et le soir, quand sa ville s’éteint
Il compte ses billets, il compte ses billets
Oui, le soir, une fois la nuit tombée [-1]
Seul avec ses démons, oui, seul avec son fric

Elle aussi ne connaissait pas le côté chic de sa ville
Elle n’aurait jamais cru se poser dans des hôtels comme Le Ritz [1]
Elle qui venait du pays qui ne pouvait rien se payer
On lui a promis la Lune, que si son booty shakait [-1]

À côté, sa fille qui lui disait « Oh maman, j’ai tellement faim »
Oui, je sais, je n’ai plus l’âge mais je suis prêt à téter ton sein [1]
Situation critique, j’ai du mal à gratter l’lyrics
Là, surpris de panique, elle dut jouer de son physique [1.5]

Tout pour la money, elle commence à se donner
Ses lèvres siliconées, maintenant, les ches-ri’ la connaissent
Tous les soirs humiliée avant de pouvoir prendre son billet
Parfois, même à plusieurs, elle se retrouvait au milieu

Épuisée, toute sa force, elle l’a puisé [-0.5]
Sa seule envie : mourir ou alors mettre ces hommes en prison
C’est sa petite fille de six ans qui demande l’aide du Tout-Puissant
Si elle te raconte sa courte vie, t’auras des frissons [2]

Et le soir quand sa fille s’endort
Elle compte ses billets, elle compte ses billets
Toutes ces images qui hantent son cerveau
Tout ça pour la petite, tout ça pour sa survie

Des stories comme ça, j’peux t’en raconter jusqu’à fatiguer
L’argent ne fait pas le bonheur, cousin, j’te jure, t’as pas idée [2]
Moi-même, je croyais qu’une fois le compte blindé, tout irait mieux

Mais, ça, c’est une autre histoire, Black M qui se rapproche du Feu [1]
Oh malheurs, malheurs, à celui qui ne compte que sur la money, money
J’ai dit : « Malheurs, malheurs, à celui qui ne compte que sur la money, money »

Source : rapgenius

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    11.75/54 pts soit    3.26/15

–  Profondeur                          0.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               0/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  3.51/25  soit   2.80/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12. Jessica

Ahhh, Alpha, ahhah, Alpha, Alpha, ahhhahh

Elle était si calme et fragile
Je l’ai vu dans son regard, imagine [1]
Petite Jessica dans son coin
Moi-même, j’y crois pas, elle était

Au premier rang, il me semble
Au premier rang, innocente [1]
Au premier rang, elle m’fixait
Au premier rang

Putain, que c’est bizarre ce visage
M’est familier parmi ces milliers d’gens, drôle d’histoire
Et je pourrais t’jurer que tu serais jamais resté peace, toi [1]
Attends, j’récapitule

Je crois qu’avant-hier au Zénith de Pau, ouais
C’est elle qui s’est pointé avec ce jolie poème [+1]
C’est elle qui m’a dit que j’étais le genre de black que les gos aiment
Petite fan cool, soit le dernier de mes problèmes [2]

Chelou, ce soir, dans les loges, mon manager m’dit
Que, dehors, j’ai un proche qui m’attend
Depuis qu’on a terminé le concert, et je me demande c’est qui [1]
Parce qu’ici je connais personne, bref, j’y vais et comme toujours

Les plus déterminés sont là pour me passer le bonjour [1]
Yes, merci la famille, vous êtes les meilleurs supporters
Oui, ca vient du fond du cœur, moi-même, je suis déçu d’partir
J’ai beau chercher du regard, j’vois toujours pas ce fameux proche

J’crois bien, comme on dit chez nous, akhi, « le boss m’a biire un cauch' » [2]
Mais, juste avant de partir, on m’appelle par mon prénom
« Alpha » Une silhouette dans la pénombre « Alpha » [1]

– Salut, ça va ?
– Euh ouais, ouais, cool…
– Franchement, j’aime trop ce que tu fais, je te suis partout, j’ai assisté à quasiment tous tes concerts, j’te jure…

– Bah merci, hein, c’est cool, c’est gentil, mais, mais ta tête, elle me dit quelque chose…
– Ah voilà, en fait, je veux pas trop, trop tarder, j’aimerais juste une photo avec toi avant que tu partes s’te plaît…
– Ouais, vas-y ma soce, y’a pas d’problème…

J’croyais que j’avais que des supporters et non des fans
Je me prends pas pour une star, mon histoire, c’est pas Stan [1]
Oui, j’ai ma petite vie sur Beriz avec la mif et je prie
Pour ne pas tomber sur ce genre de type hystérique [1]

Mais ce week-end fut délicat, digne d’un drame américain
J’me dis que, dans la suite, tout le monde va penser que j’suis dingue [1.25]
Cette fille qui me revient chaque fois en tête
On dirait qu’elle m’observe et, ça, ça m’embête [2]

Depuis le début de la tournée, la nuit comme la journée
L’impression d’être manipulé comme si j’étais un jouet [0]
Ce numéro privé qui m’appelle tous les deux jours
Et ces messages interminables qui défilent sur Facebook

« Black M, je t’admire, t’es ma seule famille
Tous les week-end, pour toi, j’descends sur Paris [1]
Je sais que tu es marié et que tu as un fils
Oui, je suis folle de toi au point de prendre des risques »

J’avoue ne pas savoir comment réagir
Comme on dit chez nous : « Oh, la mif, agib »
Et ce jour là, oui, tout près d’chez moi
J’sentais qu’elle était là, p’t-être l’instinct animal

Dimanche, grâce mat’, jour de repos, hein
J’sort du studio et chez moi ça répond ap
Pas d’quoi stresser, j’suis juste presser hum [1]
Fatigué comme t’as pas idée

Fin de l’album, tout le monde a validé [2]
Bref, j’suis arrivé, j’ai sorti mes clefs
Mon cœur qui bat fort mais quel est cet effet ? [0]
J’me sens chelou comme si le danger

Etait à mes pieds, comme si elle m’épiait
Et, là, dans le salon, une scène plutôt paro
Ma femme en train de gigoter, complètement ligotée [-2]
J’me jette sur elle, ahhh, défais son bandage, hum

Dis-moi ce qu’il se passe, où est le tit-pe ?
Et, dans mon angoisse, j’la laisse, je fonce dans sa chambre
La porte est comme bloquée, j’entends des pleurs, ahhh

J’mets un gros chassé et la porte se casse
Une silhouette de dos, soudain, se retourne
Mon fils dans ses bras, oui, elle était là

Je t’avais dis que j’étais prête à tout pour toi, ahhahh
Si c’est un cauchemar s’il vous plait réveillez moi [2]

Source : rapgenius

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    20.25/68 pts soit    4.46/15

–  Profondeur                          1/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.5/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  6.46/25  soit   5.16/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13. Je ne dirai rien

T’aimes te faire belle, oui, t’aimes briller la night
T’aimes les éloges, t’aimes quand les hommes te remarquent
T’aimes que l’on pense haut et fort que t’es la plus oohh…
Je ne dirai rien

Toi tu sais pertinemment que t’es fraiche
Devant les mecs fauchés tu t’prends pour l’Everest
Négro c’est pas une meuf pour oi-t, est-ce claire ?
Tu veux la gérer sans gamos, espère [2]

Seulement 15 000 abonnés sur Instagram
A moitié dénudée t’es prête à tout pour plaire
T’aimes pas mon son mais tu veux ton pass backstage
T’aimes pas les canards mais t’enchaines les duckface [1]

Et tu m’dis : Pourquoi j’trouve pas d’mecs bien ?
Pourquoi les mecs s’comportent tout comme des chiens ? [2]
TA GUEULE ! Parce que t’es stupide
Matérialiste, cupide, stupide, stupide, stupide, stupide [1]

Et tu te crois super intelligente et mature
Hélas, la seule raison pour laquelle on t’écoutes sont tes obus
Sinon t’as pas un 06 j’crois que j’ai l’coup de foudre
Eeeuh non ! bon ok vas te faire foutre [1.75]

T’aimes qu’on te dises que ta présence est indispensable
Puis te poser avec un smicard est une chose impensable [2]
Ego surdimensionné or princesse de château de sable
Et fuck s’il a bon cœur c’qui compte c’est qu’le compte soit dépensable [2]

Tu vis dans tes idéaux donc t’as délaissée l’bac
Tu ne mérites que la Clio mais tu veux la Maybach [2]
Tu regardes les gens de haut, les yeux plus gros qu’la black card
Carlton et les beaux tels-hô vu qu’tu sautes les étapes

Toujours une nouvelle envie chaque seconde, rien est assez bien pour oi-t
Faudrait qu’on t’offre les merveilles de ce monde
Bien emballées dans une boite [2]
Pourtant t’es pas si sexy, tu n’excites que les gavas en fin d’vie

Si je t’invites au coin V.I.P. c’est qu’ta copine me supplie [1]
Faut que t’arrêtes de jubiler, arrête de m’questionner
La ça bosse pour Indéfini, PDG, vire les ! [-1]

Est-ce que tes talons supporteront tes grosses cuisses ?
Ton mini short est au bord de la rupture
Fixé j’me vois poser dessus avec un gros spliff [1]
Fais moi voir les bails j’te ferais voir la luxure [2]

Tu m’reproches de trop courir après l’butin
Mais tu marcherais sur du sang pour avoir des Louboutins [1]
T’aimes te faire belle pour qu’on t’interpelle
T’aimes les bad boy recherchés par Interpol [+1]

Donc épargne moi toutes tes souffrances
Épargne moi tout c’maquillage à outrance [2]
Bitch ! t’as les yeux plus gros qu’ton ventre
Pour un simple resto dois-je vider mon compte en banque ? [1.75]

Oui ton entrée a mis comme un froid dans le coin
Alors que j’étais posé avec tout mes gars, au calme !
J’ai voulu t’ignorer mais comment faire
Quand même les plus grands bandits ils y sont tombés sous ton charme [2]

Pour moi y’a pas d’soucis, j’ai les yeux plus gros que ta cambrure cousine
Ce n’est pas juste parce que tu es fraiche que tu vas me refroidir
J’en ai connu des plus sauvages, tous les niggas te guettent
Quand ya du “mbourou” j’suis pas celui qui daba les miettes… (Ha ha !)

Big Black M ! Pas du genre à se faire piquer par ta taille de guêpe
Trop cash peut-être, parce que je sais qu’le mal me guette [2.75]
Je sais que c’est bête, mais t’es la juste parce que j’ai cé-per
Et si moi je suis un macho, dis moi toi t’es quoi

De toute façon tu n’me laisses pas l’choix, tout le monde te nnait-co
A quoi ça sert d’être un avion d’chasse si ça vole pas haut
Si tu veux oui vas-y vient on tchatche, mais j’suis qu’un salaud [2.5]

Source : rapgenius

 

Evaluation YDM,

–  Rimes   31.75/62 pts soit    7.68/15

–  Profondeur                          1/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.5/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  9.68/25  soit   7.74/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14. Qataris

Dites aux Qataris que
Di-di-di-di dites aux Qataris que [1]
Ramenez-moi vos rois, j’vais retourner l’endroit
Ramenez-moi vos rois, j’vais vous faire marcher droit [1]
Ramenez-moi vos émirs, j’vais remplir tous vos Zéniths

Dites aux Qataris que, l’Wati B, il vient d’Paris

Dites aux Qataris que, le Big Black M, il vient d’Paris
Dites aux Qataris que j’vaux plus cher que Cavani [2]

Dites leurs qu’ils commencent par la Neuvième zone
Là où, l’homme, tu ne peux pas le raisonner
Kick depuis l’époque d’All Eyez on Me
Pas le genre à ‘trer-ren’ à la ‘son-mai’ [0]

Marche casquette à l’envers
Y’a pas eu qu’des clips dans le square d’Anvers [2]
Paris danga, la Goutte d’Or
Qui fait déborder le vase d’eau, écoute-moi

Trop d’clichés, la même merde jusqu’à place de Clichy, mec t’a pigé ?
Obligé de kicker, montrer que je peux les monter en l’air
Wesh, Riquet, Crimée, Cambrai dites leur pas de mec cambré
Paris danga, Dawala, dis-leur qu’ils finiront démembrés [-1]

Dites leur qu’ils enchaînent par Danube
Gaston Pinot, dis-moi d’où vient ton pilon
Même d’où viennent ces mixtapes qu’à l’époque on appelait « Pur Son Ghetto »
Là où y’avait les 16Ar Guelfar et mes gravons du Neuf-Quatre

Nous : gros bras et, en face, il n’y avait que des petites frappes, bref
Ferme-la quand j’opère, kick sale pour les mecs de la Grange-aux-Belles
Quand j’rappe, ton MC, il panique grave

J’suis l’pochon de éç de la Place Stalingrad [1.5]
T’as dû m’voir ‘sé-po’ dans l’dix-sept avec toute une équipe de « Z »
Ou bien en train de marcher Vers Ze en quête de niquer tout le rap jeu

Neuf-Un, Neuf-Deux, Neuf-Trois : allez, tout le monde dit : « Black »
Neuf-Quatre, Neuf-Cinq, Sept-Sept, Sept-Huit : tout le monde dit : « Black »
Madinina, Gwada, là-bas aussi : tout le monde dit : « Black »
Tunisie, Maroc, Algérie, j’ai dit : tout le monde dit : « Black » [1]

Pas le temps de dédicacer tout l’monde
Et j’attends pas que le monde vienne me dédicacer
J’ai pas l’temps de clasher avec vous, les mecs, laissez-moi juste passer

J’ai la dalle d’un mec de chez moi, parfois, j’suis complètement ingérable
J’suis en studio et rien que l’ingé râle [+2]
Big Black est à deux doigts de tout casser [0]

Source : rapgenius

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    9.5/40 pts   soit  3.56/15

–  Profondeur                          0.5/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.5/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  5.06/25  soit   4.04/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15. Casse pas ton dos

Doucement, cousine, ne casse pas ton dos
Mais, vas-y, doucement, cousine, ne casse pas ton dos (Ça va) [1]

Wesh, ton coccyx
Fais doucement, car imagine que tu le bloques, miss [2]
Comme sur MTV, on va devoir te dismiss
Et, dans la famille, c’n’est pas le genre de choses qui se disent [1]

Tu vas te casser les os, et ce n’est pas le chien qui parle
Tu n’es pas et tu n’as rien de ma sos’ Shakira [1]
T’as l’impression que j’te provoque mais ton boule en fait autant
Face à lui, mes négros s’transforment en orang-outans [2]

On va envoyer ton lap-dance à ton daron, juste pour voir
Si tu te la pètes autant, on verra
Si vous avez le même pas d’danse en ‘rée-soi’, attends, ma bella
J’te laisse le temps d’te ‘cher-lâ’, ton ex même le verra [2]

Pas d’excuse, ton cavu est exclu
Tu veux forcer le mektoub, que toutes les têtes tournent
Et ta pote à la rescousse, fais kiffer ma west coast Africa
Obligé de crier : « Fais doucement, les chica ! » [2]

On t’a remarqué à l’entrée
Tu nous as déconcentré [0]
T’es le point faible des hombres
Moi-même, j’en perds mes mots

Tu leur fais tous de l’ombre [2]
Oui, elles veulent toutes te contrer
Oui, elles veulent toutes se montrer [2]
Elles veulent toutes faire le show [2]

Doucement, cousine, ne casse pas ton dos
Et, toi, doucement, cousin, ne casse pas ton cou
La go t’a rendu fou, résultat : tu crois que
T’as des super-pouvoirs comme mon gars Sangoku [2]

T’en fais beaucoup trop, tout ça pour son gros…
Akhi, faut rester pro, oui, même si t’as les crocs [2.5]
Fais doucement, en plus de ça, t’es venu accompagné
Ne m’dis que t’es avec elle juste pour les papiers [0]

Femme va t’allumer, te brûler jusqu’à te tuer
J’pense que tu vas perdre des plumes dans le duel
Ecoute tes gars sûrs si tu ne veux pas de ‘llère-ga’
On t’a vu love de la miss au bout de deux secondes de twerk [1.25]

Viens changer d’air, on t’a vu, tu transpires
Viens fumer notre herbe, elle va p’t-être te donner l’inspi’ [1]
T’es un négro faible, tout ça, c’est du fake
Ne viens pas me shake, nous, on veut juste les gros chèques, et toi…

Anti-twerk, les mains en l’air
Sur la piste, la mode, on l’enterre [2]
Anti-twerk, c’est l’Black M

Source : rapgenius

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    23.25/45 pts soit    7.75/15

–  Profondeur                          0.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.25/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  8.75/25  soit   7/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16. Le regard des gens

Les gens me regardent bizarre

Si j’ai fait du mal dites moi

Et j’ai tellement peur au final [1]

Comme si j’étais coupable

Et ils m’entendent mais ne m’écoutent pas [1.5]

Parce que je ne marche pas, je roule pourtant le cœur en paix
Je me sent marché dessus comme si je rampais [2]
Je suis des vôtres sauf que je ne marche plus c’est tout
Je suis ce que l’on appelle un obèse en surpoids

On se moque de moi et d’ma démarche une fois sur trois [2]
À chaque rentrée de classe j’ai l’impression que le monde s’écroule
Les regards sont durs alors je baisse constamment les miens
Je frise les murs quand il y a personne je m’en frotte les mains [2]

Et je me dis : « C’est peut être ma faute, je ne peux m’en prendre qu’à moi même
Si c’est ma faute, prie pour moi que Dieu me pardonne
Oui c’est ma faute, sûrement je n’ai pas les bonnes paroles [1.5]
Et je ne comprend toujours pas, pourquoi ? »

J’ai la taille d’un enfant de 7 ans
Étant plus jeune, j’attendais que mon corps s’étende [2]
Quand je fais les courses je demande de l’aide aux plus grands
Pas le choix c’est trop haut, et puis j’ai plus le temps [1]

J’ai pris de l’âge je m’assume totalement
J’ai une femme en or c’est bon je me tue plus au calmant [2]
Et c’est fou comment les gens nous poussent
A devenir fou je suis sur mes gardes

Ne me demande pas de ne pas te calculer
Vos regards sont des coups de poignard
J’suis différent je vais assumer, un peu comme si j’étais un bagnard [2]
Et je me dis : « Que ça fait mal, quand tu vois que personne ne t’écoute

Oui ça fait mal, oui parfois le monde me dégoûte [2]
J’ai tellement mal au point de ne plus sentir les coups
Et je ne comprends toujours pas, pourquoi ? »

Tu sais je suis pas si différent, j’ai un cœur comme toi
Non tu ne peux pas me comprendre
Je suis dans un réel combat [2]

Source : rapgenius

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    21/35 pts soit    9/15

–  Profondeur                          0.5/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.25/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  10/25  soit   8/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17. Solitaire

Je crains tellement de finir solitaire
Moi qui marchait avec ma bande solidaire
Je crains tellement de finir solitaire (solo,solo,solo) [2]

Révolution sans se poser de question
Les coeurs dans le son
C’était ça ma Sexion [2]
Un tas de concessions [2]

Une drôle d’impression
Je l’sens j’ai la pression [2]
You know
Je me sens seul sur scène

Seul tu sais, seul seul seul seul sur scène [1]
Oui seul tu sais
Oui, you know

Oui on était là main dans la main
C’était nous tous contre le monde
Vous contre nous
Oui on était là un pour tous [1]

Tous sur 1 parfois des coups d’surin
Y’avait pas trois mousquetaires
Mais beaucoup de soldats
Fight sans arbitre c’était la jungle sauvage [1]

Je me souviens la première fois A.D, Maska sur le tieq
Enfin des mecs qui me ressemble
Mais qui sont ces drôles de mecs [2]
Renoi rêveurs on veut pas de buv mais du level

Je les voit dans les eyes de EwR
Je me voit dans la bande forever
Oh ! La vie ! Oh Oh la vie ! [1]

Oui on était là, les poches vides, trouées
Heureusement qu’il y avait Dadia
Qui a sût comprendre qu’on était doués [2]
Plus fort pour le combat [1]

Encore plus déterminés
Uni comme les doigts de la main
Si on serre le poing c’est terminé [2]
Immense est l’océan

Et le trésor y est caché
Et la mer reste salée même si dedans tu viens craché [0]
Entre les requins, les sirènes
Je ne sais pas si je rêve

Peut être qu’en me regardant lucifer est si fière
Parfois je me sens si fort en même temps si faible [1.5]
Trop pour un homme mais c’est pas grave on s’y fait ! [1]

Nos vies un freestyle
Juste avec des mots on était venus pour marqué l’histoire
Mais c’est notre histoire qui a fini par nous marqué
Oui j’ai vu mon entourage s’écarter [0]

Aujourd’hui chacun avance dans le flou
J’ai vu j’ai moins d’amis, j’ai vu j’ai plus de flow [2]
La richesse est ceux qui était là au début
La famille c’est ce que j’en déduit c’est pour ça que je reste debout [+2]

Source : rapgenius

 

Evaluation YDM,

–  Rimes   25.5/52 pts soit    7.35/15

–  Profondeur                          0.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.25/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  8.35/25  soit   6.68/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18. Blacklines

Les yeux plus gros…
Et le clochard s’demande où est-ce qu’il va encore pouvoir passer l’hiver ?
Si je l’pouvais je le mettrais simplement dans la poche de Gulliver [2]
Ici aucun de mes niggas ne peut dire comme Obama : Yes We Can !
Akhi surveille ta fille si elle te dit qu’elle part avec ses potes en week-end [+2]

J’n’ai pas des punchs, j’n’ai qu’des blacklines
Si y’en a une qui t’parle, akhi, back-la [+1]

La ‘be-ro’ du Diable est moulante
J’danse avec lui, on zouk sur des sables mouvants
Non ! J’me vois pas suivre le mouvement [2]
C’est vers chez nous qu’il y a les choses les plus émouvantes [2]

Maman se couche mais elle ne dort pas
Médite bien sur cette blackline après on en reparle [1]
Évidemment qu’on fait du cinéma
Ramène Di Cap’, j’l’handicape [1]

L’argent, ça résout nada
Ça rend juste l’Homme chien sans aucun état d’âme [1.25]
Un jour, on pourra plus négocier
Le Créateur a tous les dossiers [2]

Ah ouais, tu t’es fait tromper par ton âme sœur ?
Fais l’muet, fais l’aveugle, fais l’sourd [+1]
Dounia, j’en ai assez
Aujourd’hui, ça tape la C avant d’savoir faire ses lacets [2]

Si l’Etat est sur mes côtes, tranquille, le game est sur mes couilles
Pardonnez-moi, j’sais qu’y’a des ‘tits-pe’ qui m’écoutent [1.25]
Rêves, vérité masquées, cauchemar cachés, tout est faux, casse-toi
Chez nous, c’est tout l’contraire de la place Vendôme

Marlich, on va pas au paradis en Rolls Phantom [2]
Et, tant qu’y’a pas mort d’Homme, perdre, c’est rien
Mais, ça, c’est quand t’as rien à perdre
J’ai cascadé, poto, ma semelle est plus qu’usée

Dis-moi avec qui tu traînes, j’te dirai rien, y’a qu’Dieu pour juger [0]
On perd beaucoup d’argent en courant après une femme
Mais on peut aussi perdre sa femme en courant après l’argent (Hein !)
Sans concept

Un peu long, même trop long pour la faire en concert [1.25]
La vérité : on s’connaît pas
Mais y’a encore du blé à faire, wesh, les mecs, déconnez pas [1]
Laissez Lefa, Mach’Allah, il a la foi

Ne parlez pas de belles histoires avant la fin
Complètement matrixé
Parano, j’pourrais t’faire du sale parce que tu m’as fixé [2]
Non, non, j’suis pas un gangsta, j’ai jamais ‘ré-ti’, paw

Si toi oui, et alors, t’es un taré, toi, hein ?
Bref, moi, j’ai plutôt intérêt à
M’occuper d’ma propre vie pour qu’on puisse m’enterrer propre
J’aurais aimé pouvoir revenir à l’époque [1.25]

Et j’aurais aimé savoir qu’est-ce que pensent mes potes
Qui m’ont vu partir d’un rien et d’un coup, les spots [2]
J’aurais aimé, j’aurais aimé
Et, au fait, j’me suis marié

Et l’Sheitan a dit : « J’vais tout détruire, combien vous voulez parier ? » [-2]
Et j’ai gagné le premier round car j’ai un fils
Mais j’suis devenu un peu bizarre, les frères, j’aimerais qu’on m’analyse
J’ai été choqué par des choses qu’aujourd’hui je banalise [2]

Dégoûtant mais nécessaire comme la structure de ma salive
Traumatisé pour nos cas faut des scientifiques
Cousin, on finira tous KO, même celui qui anticipe [1]
J’te raconte ma vie alors qu’j’devrais ‘as-p’

Et j’suis plus au stade de m’demander si j’fais du vrai rap [2]
One-two, one-two
Laisse-moi juste dire à tous ceux qu’j’aime haut et fort : I love you ! [1.75]
Excusez-moi, mais je n’veux pas qu’on m’idolâtre

Un long chemin entre la parole et les actes
Même si, petit, c’est vrai, j’rêvais d’être star
Mais elle est loin l’époque où on criait : « On baise les shtars ! » [2]
Les sessions freestyle à Milton, loin des hôtels Hilton

Beaucoup de ‘res-frè’ ‘bés-tom’, j’m’attendais pas à c’qu’ils tombent
Les nerfs, les pulsions, ma mère, notre expulsion
Tout ça feat la passion, ça m’étonne pas qu’il tue, l’son [2]

Source : rapgenius

Evaluation YDM,

–  Rimes    37.75/70 pts soit    8.08/15

–  Profondeur                          0.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.5/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0.25/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  9.58/25  soit   7.66/20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19. Sur ma route

Sur ma route, oui
Il y a eu du move, oui
De l’aventure dans l’movie [2]
Une vie de roots

Je n’compte plus les soucis
De quoi devenir fou, oui [2]

Sur ma route

Sur ma route, j’ai eu des moments de doute
J’marchais sans savoir vers où, j’étais têtu rien à foutre
Sur ma route, j’avais pas d’bagage en soute [2]
Et, dans ma poche, pas un sou, juste la famille, entre nous [1.25]

Sur ma route, y’a eu un tas d’bouchons
La vérité : j’ai souvent trébuché
Est-ce que tu sais que quand tu touches le fond [1]
Il y a peu de gens chez qui tu peux te réfugier ? [2]

Tu peux compter que sur tes chers parents
Parce que les amis, eux, disparaissent un par un [1]
Oui, il m’arrive d’avoir le front au sol
Parce que Dieu est grand et, on est seul, on meurt seul [1]

Sur ma route, on m’a fait des coups en douce
L’impression qu’mon cœur en souffre, mais j’suis sous anesthésie
Sur mon chemin, j’ai croisé pas mal d’anciens
Ils me parlaient du lendemain et que tout allait si vite

Ne me parle pas de nostalgie [1]
Parce que j’t’avoue que mon cœur est trop fragile
J’suis comme un pirate naufragé
Oui, mon équipage est plus qu’endommagé [2]

Je sèche mes larmes, j’baisse les armes [1]
J’veux même plus savoir pourquoi ils m’testent, les autres
Si y’a plus rien à prendre, je sais qu’il m’reste une chose
Et, ma route, elle est trop longue, pas l’temps de faire une pause [2]

Source : rapgenius

 

 

Evaluation YDM,

–  Rimes    18.25/31 pts soit    8.83/15

–  Profondeur                          0.25/4 pts
–  Punchlines/Styles               0.25/3 pts
–  Langage                     0.25/1 pts
–  Flow                                          0.25/1 pt
–  Mélodie                                     0/0.5 pt
–  Inventivité                      0/0.5 pt

Sous-total  9.83/25  soit   7.86/20

 

 

 

 

Pour conclure,

 

black-m-les-yeux-plus-gros-que-le-ventre-cover

Évaluation textuelle de cet album – Les yeux plus gros que le monde – est de 121.35/19 soit 6.38/20.

Il peut donc être qualifié d’album textuellement médiocre

 

 

 

 

 

 

Osez le bon sens !

YDM

 

 

 

1 Comment on "Black M – Les yeux plus gros que le monde : album médiocre"

  1. Tu sais même pas noter, bouffon va. Va plutôt écouter ton Johnny Hallyday espèce de vieux mec. Tu connais rien à la vie.

Leave a comment