Astuce de rhéteur : oser contrecarrer les poncifs

L’habit ne fait pas le moine

Mais on reconnaît le moine par son habit !


Tous les adages ne sont pas paroles d’évangile et sont facilement retournables, pour qui se donne la peine d’y penser.

Il est important de ne jamais se laisser déstabiliser par ces phrases fourre-tout, sorties opportunément du chapeau, quand votre adversaire cesse d’argumenter, et passionne.

L’union fait la force

ça dépend pour qui ! La perfide albion, l’oncle Sam ou l’UE ?


A chaque fois que vous discuterez avec une personne en manque d’argumentation rationnelle, de cohérence et en quête d’une porte de sortie, il est quasiment obligatoire qu’elle vous sorte une de ces citations massues de je ne sais quel penseur injustement encensé, pour clore son monologue tripal et vous disqualifier aux yeux du public :

Tout ce qui est excessif est insignifiant !

Il vous suffit de rétorquer avec ironie et un gros sourire aux lèvres :

Enfin une personne qui apprécie le racisme* à sa juste valeur ! (*le racisme étant adaptable au thème de l’échange, bien sûr !)


Bon, vous risquez de passer pour un goujat, un taliban, un procès, des dommages et intérêts comme d’habitude, mais vous lirez dans ses yeux, toute la vacuité intellectuelle du monde. C’est jouissif !


Sidérée par votre réponse, deux solutions s’imposeront à elle :

Je n’ai jamais dit ça ! Enfin …

Ou bien

Comment osez-vous ? Je ne parle pas avec les c*** ! je vous ferai un procès, monsieur !

Le masque est définitivement tombé.


Vous voyez bien que tout le monde est contre vous !

Les faibles chassent toujours en meute. C’est d’ailleurs à cela qu’on les reconnaît.


A la bêtise, il faut opposer la bêtise.


Croyez-le ou non, ça fait du bien !

Osez le bon sens !


YDM

Be the first to comment on "Astuce de rhéteur : oser contrecarrer les poncifs"

Leave a comment