[Afrikblog] La vie de nègre d’Alexandre Dumas

Alexandre Dumas est certainement l’auteur français le plus populaire au monde. Qui n’a jamais entendu parler des Trois mousquetaires ? Qui n’a jamais entendu prononcer la formule « un pour tous, tous pour un » ? En tout cas, en France, tous les enfants ont joué, jouent et joueront encore longtemps à imiter ses héros.

            C’est lors du transfert de sa dépouille au Panthéon le 30 novembre 2002 que l’on a pu mesurer à quel point cet écrivain français a marqué des générations d’élèves à travers la terre entière. Sur le site www.dumaspere.com, les internautes du monde entier avaient exprimé leur admiration et leur reconnaissance a l’égard du génie d’Alexandre Dumas. Chose étonnante, aucun n’avait évoqué sa négritude ; comme si devant le talent, l’homme avait disparu. On oublie trop souvent que quand les gens écrivent des romans, ils ne cessent pas d’être homme et de vivre les meurtrissures de la vie quotidienne qui souvent forgent leur caractère et orientent même leur production littéraire ou artistique. Après avoir piétiné et rejeté son père dans l’oubli malgré tout ce qu’il a fait pour la République, après avoir refusé de réhabiliter ce père injustement déshonoré alors qu’il fut le plus glorieux général français de la fin du XVIIIe siècle, le 30 novembre 2002, la nation tout entière a chanté et loué le fils qui ne cessa de le pleurer. 

            Je me réjouis de savoir que la proposition du transfert des cendres d’Alexandre Dumas ne soit pas venue des Afro-Français. Il est certain que la cérémonie aurait été entachée d’une malsaine polémique.

            Je ne peux ici saluer le talent littéraire d’Alexandre Dumas. Ceux dont l’enfance fut bercée par ses récits sauront le faire mieux que moi qui n’ai lu que Joseph Balsamo bien tard. Cependant, je dirai à la manière de Montaigne que c’est l’homme qui m’intéresse. Quels sont les événements de la société, les faits de la vie quotidienne qui ont affecté la sienne ? C’est ce que je vous propose ici. Plongeons donc ensemble dans la vie – méconnue de beaucoup – du père des Trois Mousquetaires ; une vie de nègre faite de racisme subi au quotidien.

 

   Le toilettage ou la « dénégrification » d’Alexandre Dumas   

            Durant tout le XXe siècle jusqu’en ce début du XXIe siècle, les œuvres critiques et les manuels scolaires se sont appliqués à cacher à des générations de lycéens et d’étudiants la « négritude » ou la part nègre d’Alexandre Dumas, et le racisme qui en est le pendant obligé dans la société française. Pour ce faire, les écrits le concernant ne s’attardaient jamais sur sa famille. Partout on évoquait à peine son père, né esclave avant de devenir le premier général noir de la France et même un héros national parmi ses contemporains avant de sombrer dans la déchéance puis l’oubli. On évitait de mentionner les quolibets et le racisme primaire dont il a été la victime durant sa vie entière.

Aussi, dans la conscience populaire française du XXe siècle, Alexandre Dumas est demeuré un grand écrivain français dont la blancheur de peau – sa « blanchitude » – n’était pas à démontrer. Pour tout le monde, son œuvre qui célèbre l’esprit de la société française d’une certaine époque ne pouvait qu’être celle d’un Français blanc pétri de la culture et des traditions blanches de son temps. Pouvait-on croire un seul instant qu’un homme qui a du sang noir ait pu s’élever à un tel degré de génie pour peindre les mœurs françaises avec autant de virtuosité ? Non ! Une littérature de cape et d’épée ne saurait jaillir que de la plume de la branche pure des citoyens français : la race blanche, la race de ceux que des imbéciles ignorant les mélanges à travers les siècles appellent encore « Français de souche ». 

Afin de mieux montrer que le génie d’Alexandre Dumas et de son fils, auteur et dramaturge lui aussi – célèbre grâce à La Dame au Camélia – n’a rien à voir avec le monde nègre, on a nommé l’un Alexandre Dumas père et l’autre Alexandre Dumas fils. Par voie de conséquence, le général Dumas, le métis, était exclu de la lignée des grands hommes de la France ! Rayer ainsi son père de l’Histoire fut la marque d’un racisme officialisé que la nation française a voulu, consciemment ou non, infliger au célèbre écrivain.

Et quand – avec le temps, et la curiosité aidant – il se trouva quelques individus parmi nous pour souligner de façon un peu trop appuyée la part nègre de ce génial père des Trois Mousquetaires, très vite, on a vu ressortir les arguments de son époque cent fois utilisés pour le discréditer. Il aurait, rappelle-t-on, abusé du recours aux « nègres » pour ses productions littéraires. Sa prodigalité littéraire ne s’expliquerait que par le fait que d’autres travaillaient dans l’ombre pour qu’il existât. Et en ce XXIe siècle, comme dans les siècles précédents, il a encore fallu démontrer que le père des Trois Mousquetaires était indubitablement le père de ses œuvres même si d’autres ont entrepris de sérieuses recherches pour lui et l’ont même remplacé dans la production de certains feuilletons destinés à la presse de son époque.

Alexandre Dumas 2 0003

Oui, Alexandre Dumas est définitivement réhabilité ! Le racisme n’a pas eu raison de son talent et de la Vérité. Comme l’a si bien souligné l’historienne Simone Bertière, il est prouvé qu’Auguste Maquet, à qui on a voulu faire partager la paternité de certaines œuvres avec Dumas, n’a absolument aucun talent d’écrivain ! Collaborateur d’Alexandre Dumas durant sept ans comme documentaliste, il avait apparemment continué seul à fournir les copies de feuilleton à la presse au moment où son maître s’est jeté dans la politique. « [Maquet] se sent alors pousser des ailes, il commence alors à traiter directement avec les directeurs de journaux, et il finira par traîner Dumas devant les tribunaux. Il obtient de l’argent, mais pas le partage de la réputation qu’il réclamait. […] on a retrouvé certains « premier jets des « Trois Mousquetaires » écrits de la main de Maquet. A première vue, on se dit que tout y est. Mais à y regarder de près, le texte est plat, sans charme. Les détails que Dumas ajoutera ou changera ensuite feront tout le relief, toute la saveur du passage. D’ailleurs Maquet a ensuite publié d’autres récits sous son nom, et ses romans ne valent rien… Dans ce couple étrange, c’est Dumas, et Dumas seul qui est l’écrivain »(1). Alexandre Dumas était déjà célèbre avant la contribution d’Auguste Maquet. Celui-ci n’a été qu’un documentaliste au départ très honoré de travailler pour l’illustre dramaturge dont la réputation n’avait jusque là jamais été contestée.

D’ailleurs, aujourd’hui, les recherches de l’Américain Tom Reiss (2) démontrent de façon éclatante qu’aucun Français blanc n’aurait pu écrire Les Trois mousquetaires, Le Comte de Monte-Cristo ou Georges. Tout simplement parce que toutes ces œuvres sont profondément imprégnées de la personnalité du père métis, le général et comte Alexandre Dumas né esclave à Saint-Domingue qui deviendra Haïti. Par exemple, au XVIIIe siècle, comme aujourd’hui, presqu’aucun Français n’était capable de situer Monte-Cristo sur une carte du monde.

« Eh bien ! c’est un nègre ! »

Ce n’est donc que par pur racisme que l’on a régulièrement exhumé la querelle qui a opposé le père des Trois Mousquetaires à Auguste Maquet. Ce racisme, Alexandre Dumas le vivait quotidiennement. Et contre ceux qui ne voulaient voir en lui qu’un nègre – jusqu’à son nom qu’il tient de sa grand-mère noire et esclave – au XIXe siècle, il a fallu que Victor Hugo prenne sa défense : « Le nom d’Alexandre Dumas est plus que français, il est européen ; il est plus qu’européen, il est universel. Alexandre Dumas est un de ces hommes qu’on pourrait appeler les semeurs de civilisation ». L’usage constant du racisme à son égard témoigne à quel point ce quarteron aux cheveux crépus, fils d’un métis, gênait ses contemporains jaloux de son talent et de sa notoriété.

            Mais plus terrible encore sont les quolibets, les imbécilités que les petits esprits vous jettent à la figure. « Eh bien ! c’est un nègre ! » disait ainsi de lui Balzac.

 

 

Lire la suite sur Afrikblog

Article de Raphaël ADJOBI, publié le 1 Mars 2014

 

 

Be the first to comment on "[Afrikblog] La vie de nègre d’Alexandre Dumas"

Leave a comment