400 PAGES DE PLAGIATS : 20,33 EUROS !

Posté par Jean Noël Darde pour Archéologie du « copier-coller »

7 juin 2012 : Joachim Schöpfel, directeur de l’Atelier national de reproduction des thèses (Lille 3), ouvre la rubrique « commentaires » à la fin de cet article. Il a procédé, aussitôt après en avoir pris connaissance, au retrait des 3 thèses évoquées du catalogue de l’ANRT.

À ce jour, 8 juin, les 4 fiches du SUDOC (catalogue collectif des bibliothèques de l’enseignement supérieur géré par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur – www.abes.fr) citées dans cet article pour correspondre à des thèses plagiaires sont toujours en ligne.

Résumé

La diffusion par l’Atelier national de reproduction des thèses de 400 pages de plagiats pour 20,33 euros et la vente d’autres thèses plagiaires pourraient conduire à des procès en contrefaçon en vertu des articles L122-4 et L335-2 du Code de la propriété intellectuelle.

Concernant deux cas présentés ci-dessous, celui de thèses soutenues et validées à l’université Paris 8, un tel procès mettrait en cause non seulement l’ANRT, Lille 3 (l’université qui contrôle et gère l’atelier de reproduction des thèses) et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche qui a confié cette mission à Lille 3 et reste l’autorité de tutelle de l’ANRT, mais surtout ceux qui à l’université Paris 8 ont délivré, ou confirmé, l’autorisation de publication à ces thèses plagiaires : les directeurs de thèse, les directeurs du laboratoire et de l’école doctorale concernés et les membres de la Commission déontologie chargés d’expertiser ces thèses qui avaient été l’objet d’alertes au plagiat.

Un troisième cas concerne une thèse dont les plagiats, attestés par la section de droit public du Conseil national des universités, ont été confirmés par une décision du Conseil d’État. Ce cas met en cause l’attitude d’universitaires de Lyon3 – Jean Moulin et du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Bien qu’informés des plagiats de cette thèse soutenue à Lyon 3, ils n’ont rien fait pour en faire cesser l’édition et la diffusion par l’Atelier national de reproduction des thèses.

Lire la suite sur le site de Jean-Noël Darde

Be the first to comment on "400 PAGES DE PLAGIATS : 20,33 EUROS !"

Leave a comment